A Bahia, Bolsonaro dit encore qu’il n’y a pas de faim au Brésil

São Paulo – Dans un acte avec des supporters ce samedi (27), à Vitória da Conquista (BA), le président Jair Bolsonaro (PL), candidat à la réélection, a réaffirmé qu’il n’y a pas de faim au Brésil. « De plus en plus, le monde nous regarde. Le monde, sans le Brésil, a faim », a-t-il dit, sans mentionner que dans le pays 33 millions de personnes sont dans cette situation, selon le Réseau brésilien de recherche sur la souveraineté et la sécurité alimentaires et nutritionnelles (Rede Penssan).

Dans une interview hier avec Panique Bolsonaro a déclaré que « la faim pour de vrai n’existe pas, comme on le dit ». « Qu’est-ce que l’extrême pauvreté ? Vous gagnez 1,9 US$ par jour, soit 10 R$. Auxílio Brasil est de 20 R$ par jour. Toute personne qui se trouve sur la carte de la faim peut s’inscrire et la recevra », a-t-il déclaré.

Bolsonaro a fait des déclarations niant la faim sur la base d’un commentaire qui aurait été fait par le directeur de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), Ngozi Okonjo-Iweala, en avril. Selon le président, le dirigeant a déclaré que le monde ne pourrait pas se nourrir sans l’agriculture brésilienne.

La version est répétée comme un mantra principalement dans les engagements que Bolsonaro a habituellement avec les représentants du secteur agroalimentaire qui le soutiennent.

En plus de l’acte, Bolsonaro a participé à une course de motos dans la ville de Bahia. Dans son discours, il a également convoqué la population pour les actes du 7 septembre. Il a déclaré que ce jour-là, il participera à un acte à Brasília le matin et l’après-midi, il sera à Copacabana, à Rio de Janeiro.

« Le 7, à 9 heures du matin, je serai à Brasilia et à 15 heures, je serai à Copacabana, à Rio de Janeiro. Ici, vous apparaissez également à l’endroit approprié. Ce jour-là, nous pouvons montrer au Brésil et au monde que nous sommes unis pour la démocratie et la liberté.

A lire aussi : L’émergence de la faim : le Brésil vit le pire scénario jamais enregistré au XXIe siècle

L’actuel président a également déclaré qu’il n’admettrait « aucune action contre notre démocratie ou contre notre liberté ». « Nous sommes pour la paix, nous sommes pour le bien, mais nous sommes aussi des guerriers et nous ferons tout avec ceux qui veulent voler notre démocratie. »

« La démocratie se construit sur le vote, le vote transparent, le vote fiable », a poursuivi le président.

Bolsonaro était accompagné de l’ancien ministre de la Défense Braga Netto, qui sera son adjoint sur le ticket, et de l’ancien ministre João Roma, candidat au poste de gouverneur de Bahia qui a le soutien du président.


Avec des informations d’un reportage de Victoria Azevedo et Mário Bittencourt à Folha de S.Paulo et UOL.

★★★★★