A Cuba, les crabes connaissent une dangereuse migration vers la Baie des Cochons

Chaque année à Cuba, des millions de crabes émergent de la jungle au début des pluies printanières et se dirigent vers les eaux de la Baie des Cochons, traversant rues et autoroutes dans un périlleux voyage pour s’accoupler et se reproduire.

Désormais en cours, la migration inquiète les chauffeurs détournent dans une tentative souvent futile de ne pas tuer les crustacés.

Les crabes sont une nuisance pour les habitants, mais la vue de leur carrefour est un émerveillement pour les touristes et autres spectateurs novices.

Chaque année à Cuba, des millions de crabes émergent de la jungle au début des pluies printanières et se dirigent vers les eaux de la Baie des Cochons, traversant rues et autoroutes dans un périlleux voyage pour s’accoupler et se reproduire.

Désormais en cours, la migration inquiète les automobilistes qui tentent de dévier dans une tentative souvent vaine de ne pas tuer les crustacés.

Les crabes sont une nuisance pour les habitants, mais la vue de leur carrefour est un émerveillement pour les touristes et autres spectateurs novices.

Cette année, les crabes ont commencé leur voyage tôt. Fin mars, les autorités municipales ont émis un avertissement aux automobilistes pour qu’ils évitent de circuler le matin et l’après-midi, heures de passage préférées des crabes.

Les écologistes exigent souvent la fermeture de l’autoroute principale, en particulier aux moments clés de la migration.

Le passage des crustacés rouges – l’espèce appelée gecarcinus ruricola – pourrait durer jusqu’en juillet.

Le trafic le plus important se produit entre avril et mai. Attention riverains : lorsque les crabes se sentent menacés, ils peuvent crever les pneus des voitures avec leurs griffes.

Les chiffres officiels estiment que quelque 3,5 millions de crabes meurent chaque saison sur la route, dont beaucoup sont écrasés par les véhicules qui passent. Chacun prend environ une minute et demie à traverser.

Ce type de crabe vit et migre aux Bahamas, au Nicaragua, en Jamaïque et en Dominique.

Mais ce n’est qu’ici, et peut-être dans un autre secteur de la côte vers la province voisine de Cienfuegos, que sa trajectoire se heurte si dramatiquement à la traite des êtres humains.

la vue de son carrefour est un émerveillement pour les touristes et autres spectateurs novices.

Cette année, les crabes ont commencé leur voyage tôt. Fin mars, les autorités municipales ont émis un avertissement aux automobilistes pour qu’ils évitent de circuler le matin et l’après-midi, heures de passage préférées des crabes.

Les écologistes exigent souvent la fermeture de l’autoroute principale, en particulier aux moments clés de la migration.

Le passage des crustacés rouges – l’espèce appelée gecarcinus ruricola – pourrait durer jusqu’en juillet.

Le trafic le plus important se produit entre avril et mai. Attention riverains : lorsque les crabes se sentent menacés, ils peuvent crever les pneus des voitures avec leurs griffes.

Les chiffres officiels estiment que quelque 3,5 millions de crabes meurent chaque saison sur la route, dont beaucoup sont écrasés par les véhicules qui passent. Chacun prend environ une minute et demie à traverser.

Ce type de crabe vit et migre aux Bahamas, au Nicaragua, en Jamaïque et en Dominique.

Mais ce n’est qu’ici, et peut-être dans un autre secteur de la côte vers la province voisine de Cienfuegos, que sa trajectoire se heurte si dramatiquement à la traite des êtres humains.

★★★★★