Bolivie : les promoteurs du chômage en difficulté pour admettre que le recensement est en 2024

En Bolivie, 32 jours après la grève de Santa Cruz, qui a généré des millions de pertes dans cette province et dans d’autres régions du pays, une grève des employeurs que les secteurs ouvriers dénoncent comme un enlèvement, la nouvelle de la fuite d’un lesquels promoteurs de la mobilisation anti-gouvernementale ne sauraient comment informer les groupes extrémistes qui les soutenaient que la grève a échoué et il ne reste plus qu’à admettre que le recensement aura lieu en 2024.

Dans un audio attribué à une prétendue rencontre entre des opposants au gouvernement du président bolivien Luis Arce, à savoir des sénateurs et des députés du banc Creemos et Vicente Cuéllar ; président du Comité interinstitutionnel de Santa Cruz et également recteur de l’Université autonome Gabriel René Moreno, on entend comment les deux parties admettent que la soi-disant grève civique a été un échec, promue sous prétexte que le recensement devrait se tenir sur une date antérieure à la date stipulée par l’exécutif.

Les interlocuteurs dans le matériel admettent qu’ils doivent informer les habitants de Santa Cruz de l’échec, cependant, ils ne savent pas comment le faire, a rapporté le journal bolivien Maintenant la ville.

« Qui va vous le dire, recteur ? Vous en tant que président de la Commission interinstitutionnelle. Qui va informer la population que le Recensement ne peut plus se faire en 2023 et qu’il faut juste accepter que ce soit en 2024 ? », peut-on entendre dire un député, identifié comme membre du banc Creemos.

Dans l’audio qui circule sur les réseaux, une autre sénatrice de Creemos souligne que les parlementaires de son parti, dirigés par le gouverneur Camacho, ne peuvent pas faire face à la tâche de révéler la vérité aux personnes mobilisées dans son département, ni défendre le projet de loi soulevé à l’Assemblée législative plurinationale (ALP), pour que le recensement soit effectué en 2023, ce qui indiquerait clairement que l’excuse du recensement n’a jamais été le véritable arrière-plan de la grève qui a déjà entamé sa cinquième semaine et complique la situation économique des Cruceños et d’autres populations boliviennes.

Le journal souligne qu’à Santa Cruz, il y a eu 32 jours de la soi-disant grève civique, imposée par le Comité interinstitutionnel, dirigé par Cuéllar, en plus du gouverneur de cette entité, Luis Fernando Camacho, impliqué dans le coup d’État d’état qu’il a renversé; avec des mobilisations violentes commencées précisément à Santa Cruz, contre le président Evo Morales. L’autre principal promoteur de la grève qui chercherait, selon le gouvernement Arce, à relancer la violence pour un autre coup d’État, est le Comité civique de Santa Cruz, le tout sous prétexte d’imposer le recensement en 2023, malgré le fait que le Gouvernement a convenu, avec le reste des gouverneurs, maires et autorités élues de tout le pays, qu’un tableau technique définirait la date et ledit tableau établissait que l’inscription se ferait entre mars et avril 2024.

Il convient de noter que, conformément à ce qui a été décidé par le panel technique issu de la réunion « Pour un recensement consensuel » promue par le gouvernement bolivien afin que tous les acteurs politiques du pays puissent décider de la date de la consultation, le président Arce a approuvé une décret suprême qui dicte l’achèvement de l’événement de recensement le 23 mars 2024.

« Nous n’avons pas la possibilité de défendre au sein du Législatif le projet (de loi) que nous voulons, nous pouvons finir très mal dans ce sens (…) car la position que prend le peuple est la position de méfiance », prévient le parlementaire, devant l’éventuelle réaction qu’aurait la population de Santa Cruz devant ce résultat.

« Non seulement on va mal finir et voilà que je veux lancer une alerte : tout le monde (la population) va dire qu’ils ont été enfermés pour que ça sorte », a-t-il conclu.

Dans ce sens, un autre député du parti de Camacho a ajouté, à l’intervention du sénateur, que « présenter le projet est une chose, et le faire approuver (en session plénière de l’ALP) en est une autre totalement différente ».

Un autre parlementaire a écarté la possibilité que le caucus Creemos puisse défendre son projet de loi, déclarant : « … parce que tout le monde ici sait que nous n’allons pas exposer la loi, qu’au moins ils avaient un accord dans ce dialogue, afin que nous lui donnions un moyen dehors… ».

Un cinquième législateur, précisément un autre député, fait référence à ne plus mentir aux habitants de Santa Cruz afin qu’ils n’aient pas de fausses idées, car ils ont été trompés par une alternative qui, à leur avis, ne serait pas viable.

« Nous ne devons pas mentir au peuple, nous devons dire la vérité et la vérité est que l’Assemblée législative a toutes les possibilités, elle a le devoir de discuter de cette question et de dire la réalité au peuple, à tout le pays et au Père Noël. Cruz plus que quiconque, car les gens ont également menti et sont entraînés dans une illusion selon laquelle nous savons évidemment déjà comment seront ceux d’entre nous qui sont en politique », a-t-il déclaré.

La Commission constitutionnelle a repris le débat sur les projets de loi sur le recensement, présentés à la Chambre des députés. L’une des pierres d’achoppement est que la proposition de l’opposition fait référence à l’enregistrement en 2023 ; tandis que celui du MAS propose d’élever le décret promulgué par le président au rang de loi, et d’inclure un article qui prévoit que les résultats sur la population seront appliqués aux élections générales de 2025.

Les pertes de millionnaires continuent

Autres informations mises en évidence par Maintenant la villesouligne comment En un mois de chômage, le terminal de transport public Bimodal, à Santa Cruz, a perdu plus de 40 millions de bolivianos, quelque 5 millions 800 mille dollars américains.

Mario Pérez, directeur du terminal bimodal de Santa Cruz, cité par le journal bolivien, a rapporté ce mardi qu’en 32 jours de chômage, plus de 1 400 personnes travaillaient sur place ; entre transporteurs et commerçants, ont été touchés.

« Les dégâts sont la seule chose qui a provoqué cette grève, nous avons une perte de plus de 40 millions de Bs et environ 1 400 personnes ont été blessées. Malheureusement, ces ressources ne sont pas récupérées, la perte est irrécupérable », a déclaré Pérez dans une interview avec Télévision bolivienne.

Le directeur du terminal terrestre a expliqué qu’ils ont finalement réussi lundi à rétablir le transport interdépartemental et que douze bus ont quitté le terminal transportant plus de 300 passagers vers La Paz (capitale du pays des hautes terres), Oruro, Cochabamba, Trinidad et Yacuiba, un flux qui , selon Il a dit, cela contraste avec la moyenne des jours normaux avant la grève, qui variait entre 12 000 et 15 000 passagers.

★★★★★