Bolsonaro maintient la persécution des victimes de la torture dans les sous-sols de la dictature

São Paulo – En route vers la fin de son gouvernement, le président Jair Bolsonaro (PL) poursuit la persécution des opposants au régime militaire victimes de tortures dans les sous-sols de la dictature civilo-militaire (1964-1985). Pendant tout ce temps, la Commission d’amnistie a accordé environ 5 % des demandes de réparation. Et l’extinction de la Commission spéciale sur les morts et les disparus est toujours à l’étude, bien qu’elle soit encore loin de localiser et d’identifier toutes les victimes. En d’autres termes, selon la loi, il a un long travail devant lui.

« Nous n’avons plus de commission d’amnistie. Et oui, un tribunal d’exception. Considérant le jugement de l’ancienne présidente Dilma Rousseff et du député fédéral Ivan Valente (Psol-SP). Ce n’est pas parce qu’elle était présidente et lui député, mais à cause de leur histoire. Ils ont été arrêtés, ont subi des tortures et n’avaient pas le droit d’être amnistiés », a-t-il déclaré. RBA Rosa Simiano dos Santos, de Brasilia.

La militante a fait arrêter son père alors qu’elle avait 5 ans, puis a été bannie du pays. Mais ils ont préféré vivre clandestinement au Brésil, se déplaçant toujours d’un État à l’autre. Aujourd’hui, à 62 ans, Rosa apporte son aide à tous les amnistiés du fait qu’ils vivent dans la capitale fédérale.

Selon elle, les conseillers de l’organisme lié au ministère de la Femme, de la Famille et des Droits humains de Bolsonaro agissent contre les victimes de la dictature. Et aucun d’entre eux ne devrait être amnistié, à leur avis. « Ce qu’ils disent là-bas, c’est que si vous avez été arrêté et torturé, c’est le cas de la police. Vous devez vous rendre dans un poste de police et le signaler. Et si un travailleur persécuté perd son emploi, le problème est déjà un problème de main-d’œuvre. En d’autres termes, vous devez vous adresser au ministère du Travail.

Commission qui a rejeté la demande d’amnistie de Dilma

Conformément aux directives du gouvernement bolsonariste, la Commission d’amnistie est composée principalement de militaires des forces armées et d’auxiliaires. Parmi eux, le général Luiz Eduardo Rocha Paiva, ancien président du groupe Terrorism Never Again (Ternuma), une organisation créée en 1998, dont le nom est un contrepoint à Tortura Never Again. Cette dernière a été fondée en 1985 par des victimes de la répression politique du régime dictatorial. Paiva était celui qui a dirigé le processus qui demande d’amnistie refusée à Dilma Rousseff début juin.

« Un milico qui a servi avec Ustra sera là pour défendre nos intérêts ? Lire le procès-verbal et dire : « ces gens-là ont été torturés » ? Ne pas aller. La loi 10 559/2002 détermine que la commission doit avoir un représentant de la défense et des personnes amnistiées. Il y a des avocats pour ceux qui ont été amnistiés, comme Victor Neiva, qui a été expulsé », a déclaré Rosa.

Les réunions des conseillers de Bolsonaro, dit-il, servent à formaliser des décisions prises précédemment, dans lesquelles ils rejettent déjà les demandes des victimes de la torture. Autrement dit, en trois jours, ils jugent près de 600 cas, qui finissent tous par être rejetés. Le président de la Commission est l’avocat João Henrique Nascimento de Freitas, auteur d’un procès qui a suspendu, en 2015, le versement d’indemnités aux membres de la famille de l’ancien guérillero Carlos Lamarca.

Pour autant, il n’annonce aucun résultat sans d’abord « regarder Rocha Paiva en face », en quête d’approbation, poursuit le militant. « C’est là comme une marionnette. Il était déjà conseiller de Flávio Bolsonaro, lorsqu’il était député. Il était autrefois pour (Hamilton) Mourão (vice-président de la République). Rocha Paiva, à son tour, s’y rend en distribuant les mémoires d’Ustra (il est l’auteur de la préface) et s’en prend aux victimes de la dictature. Il dit que le livre raconte la véritable histoire du pays et nous traite de terroristes ! ».

Nouvelle torture des décennies plus tard

Tout cela, pour Rosa Simiano, s’apparente à la répétition d’une « séance de torture » pour les victimes des sous-sols du régime. Des gens comme son père, qui, par exemple, ont subi des décharges électriques successives sur les parties génitales et les tétons tirées par ce qu’elle appelle des « pervers ». « Disproportionné à ce qu’ils vivent. Une nouvelle torture », dit-il.

Au cours des quatre dernières années, au milieu d’innombrables problèmes, la Commission d’amnistie de Bolsonaro n’a accordé que 5 % du total des demandes formulées par des victimes de torture dans les sous-sols de la dictature. Ce pourcentage inclut les demandes qui finissent par être tranchées devant les tribunaux et ce n’est qu’alors qu’elles donnent une définition favorable, analyse Rosa, qui suit la question depuis le gouvernement de Fernando Henrique Cardoso (1995-2003), lorsque les premières commissions ont été créées. « Il n’y a jamais eu de telles atrocités vues maintenant. »

Les problèmes ont commencé à émerger lors du coup d’État de Michel Temer, en 2016, avec l’entrée du ministre Torquato Jardim. C’est pourquoi les gens de l’amnistie veulent l’annulation de toutes les délibérations depuis lors.

En plus de déconfigurer complètement la Commission d’amnistie et ses objectifs, le gouvernement de Jair Bolsonaro entend également éteindre la Commission spéciale sur les décès et disparitions politiques. Et il ne l’a pas fait le 28, après avoir lu le rapport, comme il l’avait prévu, sous la pression des militants et du ministère public fédéral.

Bolsonaro contre la commission des morts et des disparus

Créée en 1995, sous le gouvernement FHC, la Commission d’amnistie est le fruit d’un accord entre les ministères de la Justice et de l’Armée. Et il répond à la volonté constitutionnelle de reconnaître la responsabilité de l’État brésilien dans la disparition et la mort de prisonniers politiques pendant la dictature civilo-militaire. Selon la loi, la commission ne peut être éteinte que lorsqu’elle localise et identifie tous les morts et disparus pour des raisons politiques de cette période. Selon Rosa Simiano, l’estimation est qu’en 27 ans seulement 10% des travaux ont été réalisés.

« Lorsque Dilma a fait le coup d’État, il y avait environ 13 000 affaires à juger par la Commission d’amnistie. Avant la pandémie, ils ne parlaient que de 2 000 cas. Comme ils veulent transmettre le troupeau, nous sommes sûrs qu’ils veulent fermer la commission des morts et des disparus », a-t-il déclaré.

Le 21, la députée fédérale Erika Kokay (PT-DF) a tenu une audition publique pour aborder la question. Les victimes de la dictature qui attendent des réparations de l’État pour les violences subies, ou qui ont vu leur indemnisation révoquée par Bolsonaro, attendent une rencontre avec le pré-candidat à la présidence Luiz Inácio Lula da Silva (PT).

Selon Rosa Simiano, ces revendications seront portées à tous les candidats à la présidentielle. Cependant, elle estime que Lula, qui a également été persécuté par la dictature dans les années 1970, lorsqu’il a mené les premières grandes grèves des métallurgistes d’ABC, devrait être plus sensible à la cause. « Notre histoire doit figurer dans les manuels, les universitaires, pour raconter quelle a été notre lutte pour atteindre la démocratie. Il faut faire la justice transitionnelle, punir les tortionnaires. Ce n’est pas de la vengeance, mais c’est parce qu’ils n’ont pas puni les tortionnaires qu’ils sont partout aujourd’hui. Il y en a beaucoup à la Chambre. Une avalanche de miliciens ici, en uniforme militaire, comme s’ils voulaient nous intimider », a-t-il dit. Un dégoût, selon elle. Mais mêlé à la peur d’un enfant de 5 ans.

★★★★★