Bolsonaro maintient un rejet élevé et ne parvient pas à obtenir les votes de Lula

São Paulo – Les sondages électoraux publiés cette semaine indiquent que l’ex-président Luiz Inácio Lula da Silva (PT) s’est consolidé à l’avant-garde de la dispute pour le Palais du Planalto. Mais aussi une montée en puissance du président Jair Bolsonaro (PL) dans la course, bien en deçà des attentes face aux paquets électoraux. De plus, Bolsonaro ne peut pas retirer des voix à Lula, et la réduction de son rejet ne se fait pas non plus au rythme nécessaire.

L’évaluation est réalisée par la politologue Rosemary Segurado, professeure à l’Université catholique pontificale de São Paulo (PUC-SP) et à la Fondation de l’École de sociologie et de politique de São Paulo (FESPSP). Dans une interview avec Rafael Garcia, de Journal actuel du Brésil, Rosemary fonde son analyse sur la dernière enquête Datafolha, publiée hier (18). Dans l’étude, le PT affiche 15 points de pourcentage d’avance sur Bolsonaro au premier tour, avec 47 %, contre 32 % pour le candidat à la réélection.

La croissance de 3 points de Bolsonaro par rapport à l’enquête précédente se situe dans la marge d’erreur. Le président a également réussi à avancer numériquement parmi d’autres segments, comme les électeurs qui gagnent de deux à cinq SMIC, dans lesquels Bolsonaro est désormais à égalité technique avec Lula, également dans la marge d’erreur (40% à 38% pour le PT ). « Il (Bolsonaro) avait besoin de travailler dessus et il ne peut pas », commente Rosemary. De plus, dans le groupe le plus pauvre – et le plus peuplé –, Lula est toujours en tête, avec 54% contre 23%.

rejet le plus élevé

Le rejet de Bolsonaro reste également un obstacle pour l’actuel président, selon elle, puisque Datafolha a constaté que 51% ont déclaré qu’ils ne voteraient pas du tout pour lui. « Inverser 51 % de rejet, dans le temps dont nous disposons, moins de 45 jours avant l’élection, ce n’est pas simple. Et c’est peut-être encore plus difficile pour Bolsonaro, qui produit chaque jour des nouvelles négatives pour sa propre campagne. Par exemple, hier, après avoir agressé un youtubeur qui l’attendait devant le palais du Planalto », observe le politologue. Elle fait référence au cas dans lequel Bolsonaro a été appelé dans cette ferme la « thutchuca do centrão ». Et, dégoûté, il est allé chercher Wilker Leão, essayant de lui arracher le téléphone portable des mains.

Premier tour

Rosemary se méfie également des analyses des médias commerciaux qui considèrent le second tour comme acquis. « Les données ne montrent pas exactement cela », analyse-t-il. « Nous avons l’ex-président Lula assez consolidé dans la direction et Bolsonaro, même avec toutes ces mesures prises récemment, et Bolsonaro n’a pas été en mesure d’inverser (le rejet). Gagner un point en un mois ou un autre est insuffisant et loin de l’attente de ce qui serait réalisé avec ces ressources. Nous ne voyons pas ce changement. Donc, oui, il y a cette possibilité de victoire au premier tour (de Lula). »

Datafolha a indiqué que Lula dispose actuellement de 51% de votes valides, hors nuls et blancs, contre 35% pour Bolsonaro. L’ancien président surpasse également l’actuel avec une différence de 13 points de pourcentage à São Paulo, 20 à Minas Gerais et 6 à Rio de Janeiro. Les trois collèges électoraux indiquent généralement déjà qui peut être le vainqueur des élections. « À Rio, la différence est moindre, mais il faut garder à l’esprit que sa vie et sa trajectoire politique se sont entièrement constituées à Rio. Il a une très large base de soutien dans l’État, il est donc compréhensible qu’il performe mieux qu’ailleurs », réfléchit Rosemary.

En savoir plus entretien

★★★★★