Campagne électorale numérique : que faire ?

Campagne électorale numérique. Image : image.

Internet, en particulier les réseaux sociaux, est de plus en plus le principal moyen de communication pour diffuser les visages, les propositions et les projets des politiques, de leurs partis et de leurs campagnes. sont les appels campagnes électorales numériques.

Il y a aussi le phénomène bien connu de la diffusion d’informations à la fois vraies et fausses, ce que l’on appelle fausses nouvelles.

A lire aussi : Fake news aux élections : comment les combattre ?

Dans ce scénario de quasi oubli des médias traditionnels (presse écrite, télévision, débats), le législation électoraleapporte chaque année des nouveautés et des règles spécifiques à l’utilisation d’internet pour la propagande électorale ou partisane.

La compréhension des règles du jeu est nécessaire pour toute personne souhaitant postuler et essentielle pour que les citoyens évaluent les candidats.

Savez-vous ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas ? campagnes électorales numériques?

Voir aussi notre vidéo sur le calendrier électoral !

D’ABORD, QU’EST-CE QU’UNE CAMPAGNE ÉLECTORALE ?

Selon le Tribunal supérieur électoral (TSE), la propagande politique « sont toutes les formes de publicité qui visent à gagner des sympathisants aux idées d’un parti et à obtenir des votes ».

Dans la propagande politique, il y a le période de campagne électoralequi commence le 15 août de l’année électorale et dure jusqu’à la veille de l’élection (Loi 9.504/97, art. 36 et 57-A).

La législation électorale réglemente les différentes formes de propagande et de campagnes électorales, avec pour principal objectif de prévenir les abus de pouvoir économique et politique, en plus de assurer l’égalité entre les candidats.

Selon le Code électoral (loi 4 737/65), la publicité est gratuite, tant qu’elle est effectuée dans ses limites.

Banderoles, enseignes, affiches, dépliants, en plein airautocollants, radio, rassemblements, télévision et poupées sont quelques-uns des différents formats de propagande politique et électorale qui existent et sont autorisés.

D’autre part, les concerts sont interdits, dite présentation rémunérée ou non d’artistes dans le but d’animer des rassemblements et meetings électoraux. L’utilisation de trios électriques pendant les campagnes n’est pas non plus autorisée, et plusieurs autres exemples.

LA campagne électorale numériquepar conséquent, n’est qu’un des types de propagande politique et a ses propres règles spécifiques.

Qu’est-ce qui est autorisé et qu’est-ce qui est interdit dans les campagnes électorales numériques ?

Autorisé pour différents types de campagnes électorales numériques

Il n’y a aucun obstacle ou restriction quant au type de média virtuel ou de réseau social que le parti ou l’homme politique peut utiliser dans son campagne électorale numérique.

Les sites Web, blogs, facebook, twitter, instagram, linkedin, email marketing, SMS, tout est autorisé, tant que la campagne électorale numérique respecte les limites établies par la loi et les autres réglementations de la législation électorale.

Lire aussi : Discours politique : de la plateforme aux réseaux sociaux

Interdit de demander un vote hors période de campagne

LA législation électorale autorise le candidat à utiliser à tout moment internet et les réseaux sociaux, pouvant exalter ses qualités personnelles ; participer à des entretiens, séminaires, congrès ; faire connaître les actes parlementaires et même votre position personnelle sur les questions politiques.

Cependant, la même loi interdit au candidat de demander explicitement un vote en sa faveur.

C’est-à-dire qu’il n’est pas considéré propagande électorale numérique toute manifestation mentionnée ci-dessus, à condition qu’il n’y ait pas de demande expresse de vote.

Écoutez également notre podcast sur ce qu’est le vote !

Publicité autorisée uniquement après le 15 août

Comme nous l’avons déjà vu, la campagne électorale commence le 15 août et dure jusqu’à la veille de l’élection.

Pendant cette période, également en campagne électorale numérique le candidat peut utiliser ses réseaux sociaux, blog, site internet, etc. de se présenter officiellement comme candidat au poste pour lequel il a l’intention de se présenter.

Ainsi, alors qu’avant je ne pouvais demander expressément un vote en sa faveur, lors de la campagne électorale numérique C’est permis.

Publicité autorisée sur les blogs et les sites Web

La résolution 23 610 (à partir de 2019) autorise la propagande électorale numérique sur les blogs, les pages internet ou les réseaux sociaux des candidats, partis politiques, coalitions ou fédérations, mais les adresses doivent toutes être communiquées au Tribunal électoral, en suivant les règles et délais respectifs.

Témoignages d’électeurs autorisés

C’EST autorisé la publication d’éloges ou de critiques adressés par les électeurs aux candidatssur des pages personnelles (facebook, instagram, twitter, blog, etc), n’étant pas considérées comme de la propagande électorale.

Il peut même y avoir un boost de telles publications, tant qu’il n’est pas boosté de manière payante, afin d’augmenter l’engagement.

Autorisation d’envoi de messages électroniques

À campagne numérique Il est licite d’envoyer directement aux électeurs des messages électroniques, tels que des e-mails et des SMS, à condition que les électeurs se soient volontairement inscrits pour les recevoir et, à condition que l’expéditeur des messages soit identifié, dans le plein respect des Loi générale sur la protection des données personnelles (LGPD).

En outre, il est obligatoire de disposer d’options et de moyens de se désabonner de la réception de tels messages.

Pas de télémarketing et de tir de masse

n’est pas autorisé à publicité numérique par le télémarketing ou le tournage massif de contenus électoraux par SMS, sauf en cas de consentement préalable de l’électeur, comme mentionné ci-dessus.

La législation vise à empêcher les parents et amis des candidats de faire un usage promotionnel des ressources publicitaires numériques pour demander des votes.

Ce type de comportement peut être caractérisé comme un abus de pouvoir économique et publicité irrégulièreétant sanctionné d’une amende allant de 5 000 R$ à 30 000 R$.

ET POUR L’ÉLECTEUR, Y A-T-IL DES RÈGLES ?

À campagne électorale numérique il y a aussi des règles pour les électeurs. Ils doivent être conscients de ce qu’ils publient ou publient sur leurs réseaux sociaux ou leurs pages personnelles sur Internet.

Bien que votre expression de pensée soit libre, et que vous puissiez louer et critiquer tout candidat, parti, coalition ou fédération, la législation électorale, civile et pénale prévoit des limitations et des sanctions, en cas d’atteinte à l’honneur ou à l’image du destinataire du message . , ou la diffusion de fausses informations.

CAMPAGNE NUMÉRIQUE ET ÉLECTIONS 2022

Il est incontestable que les médias numériques sont de plus en plus pertinents dans le scénario politique et dans la formation des opinions des électeurs. À campagnes numériques est venu pour rester et régner.

Ce que nous recherchions dans les journaux, les rassemblements, les débats télévisés, nous le trouvons maintenant dans les vies, les histoires, les publications, les vidéos, etc.

De cette manière, non seulement les candidats, les partis et les coalitions, mais aussi le grand public, le marché, les entreprises privées, les entités et entités publiques doivent être conscients de leurs rôles respectifs et de la bonne manière d’utiliser les instruments numériques dans les campagnes électorales. .

Une connaissance étendue est importante même pour les fiabilité du résultat des électionscompte tenu de l’augmentation significative de la manipulation de données et d’informations sur Internet.

Voir aussi notre vidéo sur les résultats des élections !

Selon Cris Camargo, directeur exécutif d’IAB Brasil (Bureau de publicité interactive) « les actions de campagne électorale sur internet doivent être développées par des professionnels spécialisés, et ils ont besoin de connaître les règles du TSE et les bonnes pratiques de la publicité numérique, à l’heure où les spécialistes alertent déjà sur le risque de propagation de contenus déformés et faux aux prochaines élections ».

En 2022, cinq postes seront disputés : président de la République, gouverneur, sénateur, députés fédéraux et députés des États.

Les règles résumées ici s’appliquent aux campagnes électorales numériques impliquant tous ces postes.

Alors, avez-vous compris les lignes directrices pour les campagnes électorales numériques ? Laissez votre question ou commentaire!

Références:

★★★★★