« certains ont quitté la Casa de Nariño en pleurant »

Président Gustavo Pétro a prononcé une curieuse intervention dans laquelle il parlait sur l’influence que le pouvoir a sur les êtres humains. Dans la commémoration de la Journée internationale des peuples autochtones, le chef de l’État a indiqué que cela génère une dépendance.

L’un des représentants de la communauté Arawak a déclaré que le président n’avait pas mentionné les peuples autochtones dans son discours inaugural du 7 août et, par conséquent, les aurait exclus de ce qui était le début de son gouvernement.

Petro a rejeté ces déclarations, assurant que l’ambassade auprès des Nations unies, la direction de la restitution des terres et la direction des droits de l’homme de la présidence sont dirigées par des membres des communautés autochtones.

D’un autre côté, le chef du Pacte historique a déclaré que le pouvoir peut « détruire un être humain » et conduisent les gens à commettre les pires crimes. « Les personnes au pouvoir veulent continuer à en avoir, le pouvoir déforme la réalité, ce n’est rien de plus que d’aller à la Casa de Nariño pour voir comment cette drogue est vécue », a-t-il déclaré.

Le président a également fait une analogie avec le changement de pouvoir. « Vous voyez les chaises dorées et vous pensez que vous êtes un roi, c’est même un piège parce que quand le président entre et pense qu’il est le roi, c’est parce qu’ils le trompent parce que le vrai pouvoir est à l’extérieur du palais », a-t-il dit.

Et il a ajouté: « Ceux qui vous donnent un vrai pouvoir commencent à transformer et à ‘adoucir’ le président avec les chaises dorées, la drogue, alors ils sortent en pleurant quand ils doivent quitter le Palais de Nariño”.

En ce sens, le chef du Pacte historique a souligné que son gouvernement ne peut pas « tomber dans cette drogue » car « on y fout en l’air ». « Il faut assumer un vrai pouvoir qui n’est pas au Palais », a-t-il insisté devant les membres des peuples indigènes, qu’il a invités à gouverner.

« Je vous invite non seulement à résister parce que vous devez continuer à résister, mais à gouverner pour vraiment changer le pays », a-t-il dit, soulignant que « les luttes indigènes, la résistance, ont remporté des triomphes dans la réglementation colombienne (…) qui semblent être plus rhétorique que réel.

Finalement, le président a précisé que « le mouvement indigène doit continuer de manière indépendante » du Gouvernement malgré la présence de membres de ces communautés au sein de l’Exécutif et le gouvernement doit être « renforcé, discuté et critiqué, si nécessaire ».

« Mais ils doivent aussi assumer une tâche : ils sont aussi au sein du gouvernement et ensuite ils doivent gouverner non seulement pour eux-mêmes, mais pour l’ensemble de la société avec toute sa complexité », a-t-il conclu.

★★★★★