Chef colombien qui a été choisi parmi les 100 meilleurs au monde

Les Best Chef Awards visent la reconnaissance individuelle des chefs, contrairement à d’autres prix qui se concentrent sur le travail général des restaurants. L’influence de ces experts est importante à reconnaître grâce à l’inspiration et à la créativité qu’ils génèrent. Lors de cette sixième édition, tenue à Madrid, en Espagne, elle s’est tenue du 18 au 20 septembre et Clavijo a obtenu la 86e place.

L’événement a eu lieu dans la Crystal Gallery du Palacio de Cibeles, mettant en vedette des chefs de renommée mondiale de 30 pays, certains avec des étoiles Michelin, avec des titres sur des listes telles que les « 50 meilleurs » ou reconnus dans d’autres prix de l’industrie. Le processus d’élection est réalisé grâce aux votes des chefs eux-mêmes et d’autres par des professionnels du secteur.

« C’est une reconnaissance personnelle, qui ne serait pas possible sans mon équipe El Chato. Je ressens beaucoup de gratitude, d’émotion et de responsabilité, mais mettre la Colombie sur la carte culinaire du monde est un sentiment incroyable. Ça a été une course incroyable et chaque année ça s’améliore », a déclaré Clavijo.

Ce n’est pas la première fois qu’Álvaro se distingue par un prix puisqu’il en avait déjà obtenu un pour son restaurant « El Chato » situé parmi les meilleurs au niveau international. Basé à Bogotál’a fondé en 2017 en obtenant d’importantes reconnaissances et a obtenu la 21e position du « Latin America’s 50 Best Restaurants » en 2018, a été récompensé comme le 7e meilleur restaurant d’Amérique latine dans les « 50 Best » en 2019 et 2020.

Il a étudié la cuisine à l’école hôtelière Hofmann de Barcelone (Espagne) et au Cordon Bleu à Paris. Il passe ensuite au restaurant Atelier, de Joël Robuchon, et après quatre ans, et en passant par d’autres restaurants en Europe, il part à New York travailler au Per Se, du chef Tomas Keller.Son expérience est longue, il a passé du temps en Colombie et a fait un stage au Danemark dans le meilleur restaurant du monde, Noma, du chef René Redzepi ; Plus tard, en 2012, avant de rentrer définitivement au pays, il retourne à New York où il passe une saison à l’Atera, du chef Matthew Lightner.

Son approche gastronomique est liée aux expériences qu’il a vécues au cours de sa vie, ainsi qu’aux produits colombiens adaptés parfaitement pour faire ressortir des plats étonnants. « L’objectif est que les convives se régalent d’ingrédients du quotidien préparés de façon insolite dans des plats très élaborés, avec des saveurs différentes des saveurs traditionnelles et à des prix très abordables », a souligné Álvaro selon El Universal.

★★★★★