Chroniques des îles (I)

21 décembre 2020-11: 45 p. m.
Pour:

Miky Calero

J'essaierai d'être objectif en décrivant ce qui s'est passé dans l'archipel de San Andrés, après l'ouragan Iota.

La destruction à Providencia et Catalina a été presque totale. L'aide a été immédiatement annulée. Un mois plus tard, 21 maisons sur 1 200 ont un toit.

Cela a été mon expérience et celle de certaines des personnes que nous avons rejointes, essayant d'aider, faisant une présence solidaire les accompagnant émotionnellement car les traumatismes qui subsistent sont nombreux et obtenant aussi des dons en nature, comme de la nourriture, des plastiques, des tuiles, des centrales électriques, des outils, la pointe des pieds et ainsi de suite.

Grâce à de généreuses contributions, des sommes importantes de ces subventions ont été obtenues. Ils ne peuvent pas atteindre les îles. Ils ont été piégés dans des entrepôts, attendant il y a trois semaines l'aide promise par le gouvernement pour les transporter à Providencia et San Andrés via les FAC et le Corps des Marines. Nous avons identifié grâce à des recensements et à la collecte de données qui ont été effectués à pied, les maisons et le type d'aide urgente dont ils ont besoin, ainsi que les personnes qui pourraient mettre l'aide que nous avons obtenue en usage immédiat.

Nous ne voulons pas mêler la politique à notre travail, mais uniquement soutenir les victimes.

Il n'y a pas de transport de fret régulier et comme ils nous l'expliquent, les dons acheminés via les canaux de transport officiels du gouvernement font automatiquement partie du conglomérat de dons géré par l'Unité des risques et des catastrophes, qui décide de leur destination après avoir été stockés dans les centres de collecte de la mairie. Il n'y a aucun moyen d'obtenir de l'aide pour des personnes ou des villes spécifiques sur les îles.

Ceux qui ont reçu le soutien des FAC pour envoyer des dons ont dû subir un traitement despotique et grossier de la part des représentants du gouvernement pour pouvoir retirer les dons avec beaucoup de difficulté et les livrer à la communauté.

La situation aujourd'hui 22 décembre reste chaotique et les gens sont toujours sans abri exposés aux intempéries. Des tentes sont arrivées, certaines très sophistiquées, confortables avec la climatisation pour les représentants du gouvernement et d'autres petites, non étanches, où une personne peut accueillir des résidents.

Pour les insulaires, il y a parfois un gallon d'essence par jour après une rangée de trois à quatre heures en plein soleil. Pendant ce temps, le défilé de véhicules amenés sur l'île par le gouvernement et les ONG ont un approvisionnement illimité.

Cette semaine un des pêcheurs a réussi à ramasser 8 gallons d'essence, le minimum pour sortir dans son bateau vers les bas-fonds où il pêche depuis plus de 40 ans. Toute sa pêche a été partagée avec la communauté du Sud-Ouest et a invité les policiers affectés à cette zone qui ont été un soutien inestimable.

Admirable le travail effectué par Emcali, d'autres compagnies d'énergie, des soldats et fantassins et la police privée.

★★★★★