Comprendre la théorie malthusienne une fois pour toutes

Thomas Malthus.  Image : Getty Images.
Thomas Malthus. Image : Getty Images.

Non, Théorie malthusienne Ce n’est pas juste un nom bizarre. C’est la première théorie pour tenter d’expliquer relation entre la croissance démographique et la durabilité. En d’autres termes, ce concept a été le premier à lier la croissance démographique aux pénuries alimentaires. Curieux? Dans les prochaines lignes, Politize ! explique la théorie malthusienne et comment elle a été développée. Allons-y ensemble!

Voir aussi notre vidéo sur l’économie durable !

Thomas Robert Malthus : le visionnaire du chaos

La personne chargée de prédire ce scénario quelque peu pessimiste pour l’époque était Thomas-Robert Malthus. Pasteur protestant anglais né en 1776 et préoccupé par l’augmentation des effectifs.

La théorie malthusienne a pour toile de fond la première révolution industrielle, lorsque le monde a commencé à abandonner le travail artisanal et à migrer vers le processus de réorganisation du système productif.

Ce mouvement a provoqué la l’exode rural, qui n’est rien d’autre qu’une migration de personnes des zones rurales vers les régions centrales. À l’époque, la Grande-Bretagne comptait environ 5 millions d’habitants.

Dans ce scénario, où le monde se réjouit des nouvelles technologies et où la société traverse une transformation de votre mode de vie, l’économiste a déclaré publiquement que le monde ne serait pas en mesure de fournir la subsistance humaine. Ce fait eut une grande influence sur la société intellectuelle de l’époque.

Qu’est-ce que la théorie malthusienne ?

Maintenant que nous connaissons le créateur et le contexte historique, passons à la théorie elle-même. Selon l’anglican Thomas Malthus, l’humanité doublerait tous les 25 ans. Ceci, sans tenir compte des guerres, des épidémies et catastrophes naturelles.

Selon la théorie malthusienne, la croissance démographique suivrait une progression géométrique (2, 4, 8, 16, 32…), tandis que la production alimentaire suivrait le modèle de progression arithmétique (2, 4, 6, 8, 10…).

La conclusion est que la croissance démographique serait supérieure à la quantité de nourriture produite. De plus, la théorie prévoyait que les zones propices à fournitures de culture prendrait fin sur tous les continents.

Voir aussi notre vidéo sur la production agroalimentaire !

Pour résoudre le problème, Malthus propose : Le contrôle de naissance. Cependant, selon lui, cela devrait se faire par l’assujettissement moral de l’homme, avec le mariage tardif et l’abstinence sexuelle.

Pas si visionnaire : la boule de cristal a échoué

Bien sûr, Thomas Malthus avait raison de lier croissance démographique et rareté. Mais la population n’a pas doublé. Selon l’article « La croissance démographique mondiale n’est pas la principale menace pour la planète », publié dans le magazine EcoDebate, en 130 ans la population mondiale est passée de 1,0 milliard d’individus en 1800 à 2,0 milliards d’habitants, en 1930.

Puis 33 ans pour atteindre 3,0 milliards. Après 1960, il y a eu une augmentation de 1,0 milliard d’habitants environ tous les 13 ans.

C’est pourquoi il est venu au renouveau : la théorie néo-malthusienne

La science est faite de critiques et de révisions ! Puis, en 1945, l’année de la création de l’Organisation des Nations Unies (ONU), la Théorie néo-malthusienne.

Selon le nouveau concept, plus il y a d’habitants, plus le revenu par habitant est faible et plus la capacité des agents économiques à répartir les revenus est faible.

Cette théorie propose le contrôle des naissances dans les pays sous-développés. Et contrairement à la théorie précédente, le courant néo-malthusien est favorable à méthodes contraceptives.

Lire la suite : Éducation sexuelle : qu’est-ce que c’est et comment ça marche dans d’autres pays ? et Que sont les droits sexuels et reproductifs ?

L’avenir va à l’encontre des projections

Le rapport « L’humanité n’atteindra pas 10 milliards de personnes », publié par le journal espagnol El País, présente des recherches publiées dans la revue scientifique « The Lancet ».

L’étude révèle que le Brésil fera face à une baisse de 165 millions de sa population totale d’ici 2100. Toujours selon la publication scientifique, l’Inde et le Nigeria dépasseront la Chine en termes de population.

Les recherches menées ont été publiées en 2020 et montrent qu’en 2060 nous aurons un pic de population. Et à ce moment-là, nous atteindrons 9,7 milliards de personnes sur la planète. A partir de là nous aurons un lent déclin et en 2100 nous serons 8,8 milliards.

Ni malthusiens ni néo-malthusiens

L’étude conclut qu’en fait, le problème sera à l’opposé de tout ce que pensaient tant les malthusiens que les néo-malthusiens. Le problème sera le faible taux de natalité.

Face à cela, l’étude propose quatre pistes pour résoudre le problème : la migration, créer un environnement propice à la maternité, rendre difficile l’accès aux contraceptifs ou miser sur travail de personnes d’âge avancé.

La publication souligne qu’en 2100 nous serions une société âgée, où les personnes de plus de 65 ans seraient 2,3 milliards. Alors que les moins de 20 ans ne seraient que 1,7 milliard de personnes.

Pendant ce temps au Brésil

Pour l’Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE), en 2042 le Brésil comptera 228 millions d’habitants. En 2015, nous étions 204 millions. Autrement dit, la croissance démographique sera faible et lente. Contrairement aux projections de la théorie malthusienne.

Lire la suite : Quel est le rôle de l’IBGE dans les politiques brésiliennes ?

Au vu du scénario, il est essentiel de construire un pays qui s’adapte à cette réalité. Il faut penser l’accessibilité tant en termes de mobilité qu’en termes de accès au marché du travailqui devra comprendre que la main-d’œuvre jeune se fera de plus en plus rare.

Chaque société devra évoluer vers un nouveau modèle de croissance. La théorie malthusienne peut contenir quelques erreurs (comme nous l’avons vu précédemment), mais il n’est pas faux de s’en préoccuper. Les Nations Unies sont également attentives à la démographie et à ses implications pour la société et ont créé un nouvel ensemble de 17 objectifs mondiaux pour les 15 prochaines années, rendez-vous : Politize ! et les objectifs de développement durable.

Démographie : un miroir et des jumelles

Dans le livre « História do Futuro », la journaliste Miriam Leitão affirme que la démographie est à la fois une jumelle et un miroir. Dans le miroir, il est possible pour chacun de nous de visualiser ses parents, grands-parents, voisins et amis. Le pays se voit et se connaît à travers la démographie.

Les jumelles, en revanche, aident à comprendre comment les décisions passées affectent le paysage contemporain. données et théories démographiques ils peuvent être à l’œil nu quelque chose de lointain, de difficile et même d’inintéressant.

Cependant, toute cette complexité nous aide à comprendre la société et ses aspects qui ne sont pas faciles à appréhender. Les études pour démêler les dilemmes de la modernité doivent prendre en compte tous les domaines du savoir.

Belie parle de démographie en appliquant le concept à interactions sociales ça peut être vraiment cool. Par exemple, avez-vous entendu parler des concepts de Megacities et Global Cities ? J’avance déjà que oui les questions démographiques sont liées, mais cela a aussi à voir avec la géopolitique et relations internationales. Curieux? Comprendre ce concept : Mégapoles et villes globales : comprendre les différences !

Alors, aviez-vous des doutes sur la théorie malthusienne ? Laissez-le dans les commentaires!

Références:

★★★★★