Conférence pour le personnel attaché au Ministère de l’Education à Machiques

Pendant quatre jours, une méga journée complète a été organisée pour les travailleurs (personnel enseignant, administratif et ouvrier) rattachés au ministère de l’Éducation de la municipalité de Machiques de Perijá, en quatre points de cette ville.

Cette activité s’inscrit dans le cadre du déploiement du gouvernement du président Nicolás Maduro, du ministre de l’Éducation, Yelitze Santaella, qui s’effectue à travers la Zona Educativa Zulia et sa directrice, la professeure Penélope González et l’Institut de la protection sociale et de l’assistance au personnel de Ministère de l’Éducation (IPASME), par le Dr Dorelis Echeto.

Journée des travailleurs de l’éducation

A cette occasion il y a eu assistance du jeudi 17 à ce dimanche 20 novembre, dans les services de médecine générale, médecine interne, ophtalmologie, gynécologie, pédiatrie, psychologie, cardiologie, dentisterie, vaccination, aides techniques, coiffure et salon de coiffure ; tous ces avantages pour les membres de la famille, qui ont des soins de santé limités.

Le chef de la ZEZ, Lcda. Penélope González, a accompagné directement ces activités, avec Jacquelin Pérez, agent de liaison du ministère de l’Éducation et une équipe déployée lors de l’événement simultané qui s’est tenu dans les locaux de l’UEN Manuel Felipe Rúgeles (Machiques Urbano), à Asocbariven (ville de Barí ), le SBU Israel Urdaneta (peuple Wayuu) et les ETA Machiques (peuple Yukpa et Japreira).

La majorité de la population desservie est autochtone

Penélope González, directrice de la zone éducative de Zulia, a affirmé que cette journée était requise par les peuples autochtones. « Il s’agit d’une aide extrêmement précieuse du président Nicolás Maduro, par l’intermédiaire de la ministre Yelitze Santaella, qui comprend des médicaments, du personnel médical spécialisé et du matériel pour les évaluations, qui nécessitent une logistique qui doit être planifiée. »

« Nous débordons d’affection et d’amour. Nous menons la bataille pour la santé du syndicat des enseignants et de leurs familles, qui font pour la plupart partie de la population indigène, parmi lesquelles se trouvent les paroisses de San José, Bartolomé de Las Casas et Libertad »

González a remercié les gestes d’affection qu’il a reçus de la communauté Machiques, qui comprend les peuples ancestraux Barí, Japreira, Wayuu et Yukpa. « Chaque collier, artisanat et vêtement a une symbologie qui démontre les racines de notre culture. Ce sont des expressions d’amour inestimables.

Il a indiqué qu’ils envisageaient d’étendre ces journées aux municipalités de Mara, Guajira, Miranda et Padilla, et pour cela, une coordination et un diagnostic sont requis par les agences concernées.

La pertinence des peuples d’origine

L’État de Zulia se caractérise par la présence d’un grand nombre de peuples autochtones, dont Barí, Japreira, Wayuu et Yukpa.

Dans le cas des Yukpa, la majorité réside dans une partie de la Serranía de Perijá, qui s’étend de la rivière Santa Rosa à la partie supérieure de la rivière Guasare. Le terme Yukpa dans leur langue signifie « Indien doux ».

La société Yukpa est dirigée par le Kapeta, un chef ou cacique, qui prend les décisions en consensus avec sa communauté.

Par rapport au peuple Barí, il est situé entre la vallée de Catatumbo et la Sierra de Perijá ainsi que dans la cordillère des Andes. Ils descendent des Caraïbes. L’autorité politique est le cacique (ñatubai). C’est une société démocratique et les décisions sont prises lors des débats du Conseil des Caciques.

Alors que les Japreria résident dans la Sierra de Perijá; Leurs premières colonies étaient les vallées des rivières Lajas, Palmar et Alto Guasare.

L’ethnie Japreria ou dans sa langue Sáapreye, un tronc linguistique caribéen, signifie « fils de la canne sauvage », et est susceptible de disparaître en raison de son métissage.

Les Wayuus sont situés entre la Colombie et le Venezuela. À Zulia, il existe des communautés dans les municipalités de Guajira, Mara, Miranda, Maracaibo (certaines paroisses), Colón, Catatumbo, Jesús María Semprum, Machiques et Rosario de Perijá.

Le mot Wayuu traduit « personne » dans sa langue maternelle. Il fait partie de la famille des langues Arawak. Leur société est matrilinéaire (lignée maternelle) et par clans. En cas de conflit, le palabrero, ou putchipu, intercède, figure de médiation impartiale, connaissant les systèmes culturels traditionnels.

Les racines de chaque peuple indigène sont l’héritage de l’histoire du Venezuela et leur attention est donc pertinente pour le gouvernement national.

★★★★★