démarcation et ‘forêt sur pied’

São Paulo – Lors d’une réunion avec les peuples et les ancêtres de la forêt ce vendredi matin (2), au Parque dos Igarapés, à Belém, le candidat de la coalition Brésil de l’espoir à la présidence de la République, Luiz Inácio Lula da Silva (PT), a renouvelé son engagement en faveur de la démarcation des terres indigènes et quilombolas, paralysées par le gouvernement actuel. Il a également réaffirmé qu’il n’y aura pas d’exploitation minière illégale sur les terres indigènes, « ou n’importe où ». Et il a déclaré que « le troupeau ne passera plus », en référence au discours de l’ancien ministre de l’Environnement Ricardo Salles qui symbolise la politique environnementale de Jair Bolsonaro.

Le candidat a défendu l’utilisation durable de la biodiversité de la forêt amazonienne. « Nous devons créer dans la société brésilienne la prise de conscience que maintenir la forêt debout est plus sain, c’est plus rentable que d’essayer d’abattre un arbre pour planter du soja, planter du maïs, planter de la canne à sucre ou élever du bétail », a déclaré le ministre. candidat.

De la même manière, Lula a affirmé que les communautés traditionnelles seront représentées dans son gouvernement, participant directement à l’élaboration des politiques publiques. « Vous connaissez le monde dans lequel vous vivez comme personne d’autre », a-t-il déclaré. « Si nous gagnons les élections, vous ne serez pas étrangers au Palácio dos Planalto. »

En ce sens, le candidat a de nouveau annoncé qu’il créerait le ministère des Peuples autochtones, en plus de renforcer les agences de défense des peuples autochtones, comme la Funai. « Qu’il n’y aura pas forcément un président blanc comme moi. Il peut être un autochtone ou une femme autochtone », s’est encore défendu le candidat.

L’ancien président a également signalé des politiques publiques destinées aux populations qui vivent de l’extractivisme, avec plus de crédit et de meilleures conditions de production. Et il a dit qu’il reprendrait le programme Mais Alimentos, qui garantit l’achat d’au moins 30% de l’agriculture familiale par les mairies pour la restauration scolaire.

Hommage à Bruno et Dom

L’acte avec les indigènes et les quilombolas s’est ouvert par un hommage à l’indigéniste Bruno Pereira et au journaliste anglais Dom Philips, assassinés à Vale do Javari, en juin. L’anthropologue Beatriz Matos, la veuve de Bruno, a réclamé justice, avec l’identification des possibles auteurs des meurtres. Elle a également déclaré qu’il fallait « démanteler » les réseaux criminels dans presque tous les territoires de l’Amazonie.

« Le plus grand hommage à Bruno, à son héritage, est de garantir les droits des peuples autochtones isolés, pour lesquels il a donné sa vie. Pour cela, il faut maintenir la politique de non-contact, renforcer la Funai, renforcer les bases de la protection ethno-environnementale et délimiter les terres des isolés », a déclaré Beatriz. Elle a remis à Lula un document contenant les propositions préparées par l’Observatoire des droits humains des peuples autochtones isolés et récemment contactés (OPI), un organisme créé par son mari.

menacé

L’indigène Haitinga Parakanã a exigé, « aussi rapidement que possible », la démarcation de la Terre Indigène de son ethnie. «Nous traversons beaucoup de difficultés, étant menacés. Nous avons besoin que le président nous aide, pour qu’ils quittent le Parakanã en paix », a-t-il déclaré. Le chef Piná Tembé a déclaré que l’actuel occupant du palais du Planalto, Jair Bolsonaro (PL), « n’est pas notre président ».

Il a également déclaré que son peuple « compte les minutes » pour la fin du gouvernement actuel, afin que les démarcations puissent reprendre. « Nous n’allons pas laisser passer le troupeau, car nous ne sommes le corral de personne », a déclaré Ubirajara Sodré, représentant de la Fédération des peuples autochtones de l’État du Pará.

Eliane Souza, leader quilombola dans la municipalité de Salvaterra, a parlé de « l’angoisse » provoquée par le gouvernement actuel. « Nous n’avons pas eu de diplômes ces dernières années. cette année. Nous sommes dérangés, dérangés et méprisés. Ce système nous tue. Aurélio Borges, de la communauté Damalungo, a souligné qu’il y a environ 600 communautés quilombolas au Pará.

Et il a souligné que les plus de 70 000 familles, qui totalisent environ 40 000 électeurs, sont politiquement engagées pour changer la situation actuelle. De même, Ivanildo Brilhante, représentant du Conseil national des populations extractives, a déclaré que l’engagement est d’élire la « tête blanche » (Lula), qui porte dans son « cœur » les agendas des peuples de l’eau et de la forêt.

★★★★★