Des brigades écologiques ont prêté serment dans l’état de Sucre

De la plage de Bordones dans la ville de Cumaná, État de Sucre ; La prestation de serment des Brigades écologiques a été réalisée, dans le but de garantir la protection de la côte de Sucre, dans le cadre de la Journée mondiale de la plage, a informé Jean Franklin Leal, directeur général de l’Observatoire national de la crise climatique du ministère de l’Ecosocialisme .

Il a déclaré que l’objectif principal des brigades est de mener des actions de formation, visant à préserver la vie des espèces marines et à atténuer les effets générés par la pollution, afin de contrôler le changement climatique qui a été affecté dans le monde entier.

Marcos Marín, président de la Fondation de sensibilisation écologique de l’entité, a indiqué pour sa part que plus de 3 700 volontaires ont été déployés sur 57 plages de l’entité orientale, avec des journées de nettoyage, la collecte des déchets solides et des entretiens préventifs, dans le but de sensibiliser à les siens et les visiteurs, sur le soin des plages et la préservation de la diversité des espèces qui composent l’écosystème marin.

« Des hommes et des femmes du gouvernement national, régional, municipal et main dans la main avec des entreprises privées se sont réunis pour mener à bien cette belle tâche au profit de nos côtes », a déclaré Marín.

Dans la ville des premiers-nés et mariscala, au moins 450 volontaires appartenant à environ 52 institutions publiques et privées ont effectué l’assainissement de 7 kilomètres du littoral de la plage de la ville de Cumaná.

Plus de 3 700 bénévoles ont participé aux journées de nettoyage et de collecte des déchets solides

Pendant la journée, Marín a souligné l’importance de garder chacun des espaces naturels exempt d’objets polluants. Il a exhorté la population à créer une culture écologique et un sentiment d’appartenance pour les espaces qui assurent la sécurité économique et alimentaire.

Il a souligné que, l’action d’assainissement au-delà de la collecte des contenants en plastique, consiste à quantifier le taux de déchets qui finissent dans les mers et qui contaminent l’habitat de la biodiversité marine.

« Pour nous, il est essentiel de quantifier les déchets qui atteignent nos plages, de savoir de quel type de déchets solides il s’agit, et à partir de là, avec notre équipe de travail, revoir et promouvoir les programmes d’éducation environnementale dans l’État », a-t-il déclaré.

En ce sens, il a exhorté le grand public à se joindre aux séances d’assainissement environnemental menées par la Fondation de sensibilisation écologique les vendredis et samedis de manière constante pour promouvoir les bonnes pratiques de préservation des plages, a déclaré Marín.

« Je vous appelle à vous joindre à ces grandes activités que depuis notre fondation nous réalisons les vendredis et samedis dans les différentes plages de la géographie de Sucre pour semer la prise de conscience », a-t-il ratifié.

Dans ce contexte, Marín a souligné avec inquiétude la pollution environnementale générée par la même population dans les zones côtières. Il a fait valoir que les chiffres des déchets déversés sur les côtes sont alarmants. Dans le même temps, il a assuré que les microplastiques, après avoir été dans les intestins des espèces marines, se retrouvent désormais dans le sang des humains, selon des études médicales.

« C’est douloureux de voir que chaque jour, on constate que des gens continuent de jeter des ordures dans les rues et qu’elles finissent dans nos mers. Chaque déchet jeté devant les maisons atteint les plages, nuisant à l’environnement, à la vie de l’écosystème et à notre santé », a souligné Marín.

Pour sa part, María Elisa Chirinos, secrétaire générale du gouvernement de l’État de Sucre, a souligné la nécessité de promouvoir ces journées d’organisation et de nettoyage dans chacune des municipalités côtières de la région.

« Nos plages doivent toujours être adaptées et dans des conditions agréables également, pour recevoir les vacanciers qui viennent dans notre état pour profiter de ses plages, pour cela il faut aussi maintenir des déploiements actifs de sensibilisation pour cultiver une culture écologique concernant la protection de nos espaces », a mentionné Chirinos.

Dans l’état de Sucre, ils ont été déployés sur 57 plages de l’entité

★★★★★