Des fonctionnaires de La Guaira formés à la violence sexiste

Deux cents agents de sécurité et organismes recevant des plaintes à La Guaira ont été accrédités sur le protocole d’attention aux victimes de violence de genre, par l’Institut d’État pour les femmes, après avoir suivi un processus de formation de deux mois.

Ces responsables garantiront la rapidité judiciaire qui commence par l’attention portée à la victime de violence sexiste et la rédaction d’un bon dossier, puisqu’elles ont été sensibilisées sur le sujet, a déclaré Yureiby Ytriago, présidente de l’Institut d’État des femmes.

«Nous certifions la police municipale et d’État, en plus des fonctionnaires du Corps des enquêtes criminelles et scientifiques criminelles (Cicpc). Ils ont des connaissances sur le genre, le cadre juridique, la diligence raisonnable, l’accès à la justice, la revictimisation, le chemin critique de la violence, la procédure de flagrance et d’autres questions connexes », a déclaré Ytriago.

L’objectif est d’éviter l’impunité dans les cas de violence sexiste, ainsi que d’apporter une réponse immédiate aux victimes. « C’est une grande responsabilité que nous avons, nous devons appliquer des formules efficientes et efficaces pour respecter la réglementation », a-t-il souligné.

La directrice de l’Institut d’État des femmes a annoncé l’unification du protocole de soins, donnant les outils nécessaires aux responsables pour accomplir la tâche d’éradiquer la violence sexiste.

Au cours de l’activité, les autorités policières, le ministère public et la défenseuse des droits de la femme, Oneida Sequera, étaient présentes, qui ont souligné que « ce processus de formation et d’accréditation est grâce à l’alliance interinstitutionnelle, puisque les agences de sécurité ont pris conscience de Genre et violence. Sans aucune distinction, la côte de Guaireño avance en matière de violence de genre.

Attention aux plaintes pour violence sexiste

Les quartiers généraux civils et les gouvernements communautaires ont commencé à recruter des femmes, afin d’être formées en tant que défenseurs communaux des femmes pour l’attention, l’orientation et la dénonciation de la violence de genre.

Le programme est en charge de l’Institut d’État des femmes, qui, à son tour, reprendra la formation des comités d’hommes pour la nouvelle masculinité, dans le but de former les hommes au comportement avec les femmes.

Yureiby Ytriago, présidente de l’Institut d’État de la femme, a ratifié l’engagement pris avec les femmes de Guayra de réduire les taux de violence sexiste dans la région, par le biais de processus de formation et de sensibilisation sur le signalement des actes de violence à l’égard des femmes et de la population générale.

★★★★★