Des incertitudes entourent le scénario de l’industrie nationale – Jornal da USP

Le professeur Carlos Vian fait écho aux données du « Boletim de Conjuntura Industrial do Setor Metal-Mecânico » et affirme que, malgré les attentes d’amélioration, des doutes subsistent quant aux performances de l’industrie

L’industrie automobile est l’une de celles qui enregistrent une petite croissance – Photo: Wikipedia

O Bulletin de la situation industrielle du secteur métallo-mécanique pour le mois d’octobre montre une attente d’amélioration de la part de l’indicateur de confiance des entreprises. Cependant, le professeur Carlos Vian, du Département d’économie, d’administration et de sociologie de l’École d’agriculture Luiz de Queiroz (Esalq) de l’USP, souligne certains facteurs internes qui influencent une certaine modération des entrepreneurs : « On s’attend à ce que peut-être les choses peut s’améliorer pour l’année prochaine, mais nous vivons toujours des incertitudes : l’incertitude de l’élection, maintenant l’incertitude de la période de transition. Tout cela affecte, d’une certaine manière, la performance de l’industrie ».

Vian analyse également le niveau de production selon les données du bulletin : « Nous vivons, en termes de suivi de la production, une situation relativement stable ces derniers mois. On a eu une très grosse baisse de la production industrielle en général avec la pandémie, puis on a eu une certaine reprise. Mais, quand on regarde certains indicateurs, par exemple, pour l’utilisation des capacités, certains secteurs croissent un peu, chutent le mois suivant, mais la tendance est à une relative stabilité ».

Arrière plan

Autant la pandémie, la politique chinoise du « covid zéro » qui rend difficile l’importation de matières premières et de composants, la guerre en Ukraine — qui a entraîné de graves problèmes sociaux et énergétiques — et les facteurs internes font une grande différence dans la production industrielle, certains problèmes dans ce secteur se sont déjà vus : « Nous avons déjà des problèmes spécifiques dans le secteur industriel depuis un certain temps en raison de la situation d’adoption d’une stratégie d’internationalisation un peu plus grande, d’insertion dans les chaînes de production mondiales. Comme de nombreux secteurs sont devenus importateurs de certains composants, dénationalisant la production nationale, l’option était d’acheter le composant importé, principalement fabriqué en Asie, et de l’assembler ici », analyse le professeur.

Carlos Vian – Photo : Cepea/Esalq-USP

La pandémie a montré que le risque d’internationalisation majeure survient lorsque l’on dépend trop des importations. Or, pour Vian, la nationalisation, c’est-à-dire la lutte contre la désindustrialisation nationale, ne va pas vite : « Quand il y a un problème là-bas, on a des problèmes ici, mais cette nationalisation ne va pas vite. Nous constatons un certain mouvement dans le secteur des composants électroniques. Même le gouvernement a déjà signalé une tentative d’attirer une usine pour que nous commencions à avoir une certaine quantité de production nationale, mais c’est quelque chose qui prendra du temps. Avant d’identifier une personne intéressée à réaliser un projet, l’installation prend trois à quatre ans. On va probablement commencer à voir le mouvement de reprise de la production dans certains secteurs pour équilibrer cette insertion de la composition interne et des produits importés ».

Attentes

« Un secteur qui croît un peu est ce que nous appelons les biens durables, qui comprend les automobiles, l’électronique en général. A mon sens, il est un peu poussé par la conjoncture de ces mois à venir : il entre dans la Coupe, donc il y a eu un certain mouvement d’achat de certains types de produits ; l’offre d’automobiles s’est un peu améliorée. Mais cela montre une certaine amélioration dans ce secteur précisément, les autres ont encore une performance relativement faible », analyse le professeur.

L’inflation est une préoccupation majeure pour l’économie brésilienne et ce n’est pas différent dans la sphère industrielle. Vian commente les prix indexés, c’est-à-dire ceux qui augmentent annuellement, comme les péages, les factures d’électricité, d’eau, et qui réinjectent le processus inflationniste. 🇧🇷[A inflação] C’est un fantôme. Nous avons peur qu’elle s’accélère à nouveau, comme cela s’est produit par le passé. Aujourd’hui, nous constatons que l’inflation a tendance à rester la même. C’est un problème qui affecte notre pouvoir d’achat, nous vivons un moment de faible croissance économique, les budgets des entreprises sont déjà serrés », ajoute Vian.

Tous ces facteurs, qu’ils soient internes ou externes, influencent les performances de production. Le professeur souligne: « C’est vraiment une inquiétude de savoir comment cette performance de production sera à partir de l’année prochaine, la tentative de résoudre ces problèmes. Nous espérons qu’avec l’entrée du nouveau gouvernement, nous commencerons à avoir des mesures un peu plus efficaces pour résoudre certains de ces problèmes. On espère que les choses s’améliorent. »


Journal de l’USP en direct
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’École polytechnique et l’Institut d’études avancées. Nonen ondes, sur Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 14h00, 15h00 et 4 : 45h. À Ribeirão Preto, l’édition régionale sera diffusée de 12h à 12h30, avec des présentations de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93.7, à Ribeirão Preto FM 107.9, sur Internet à www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

★★★★★