Des voix d’opposition étaient présentes à l’investiture de Petro, voici ce qu’elles ont dit

Bien que la moitié du pays ait célébré l’arrivée du nouveau président de la République, Gustavo Petro, il est important de souligner que l’autre moitié ne l’a pas élu et il y a un parti qui depuis sa victoire a annoncé que s’opposera à l’ensemble du mandat du nouveau chef de l’Etatc’est le cas du Centre démocrate.

Lors de l’investiture présidentielle du 7 août, se sont fait remarquer différentes personnalités du parti de droite qui étaient présentes à l’événement et, comme certains l’ont souligné, se conformer à une action protocolaire ils ont donc envoyé différents messages aux partisans du parti via leurs réseaux sociaux.

L’un des sénateurs qui s’est le plus démarqué de l’événement a été Pigeon Valence, qui a montré à travers une vidéo comment le panorama était de l’opposition. Avec les membres de son caucus, Valencia a insisté sur le fait que sa position serait « défendre la nation »parce que dans son enregistrement il a soutenu ce qui suit :

« Bonjour à tous. J’arrive ici à l’investiture du président Gustavo Petro. C’est un jour très étrange Je pense que la moitié du pays est très heureuse et l’autre moitié a très peur, très confus », a-t-il déclaré.

D’un autre côté, l’une des personnalités qui a été très directe avec le gouvernement Petro et qui était également en poste, était le représentant à la Chambre miguel polo polo. Dans ses réseaux sociaux, il a publié qu’il n’allait pas assister à la « intronisation du socialisme, de la misère et de la sorcellerie, Je suis venu faire mon travail de membre du Congrès et j’ai assisté à la session plénière, mais être en fonction serait être complice de la destruction du pays », a-t-il déclaré.

De plus, il a remis en question l’événement de possession, indiquant qu’une somme millionnaire était dépensée « simplement pour assouvir l’ego et la vanité de Gustavo Petro et Francia Márquez, affirmant que ce seraient les 4 prochaines années de gouvernement, « spectacle pur, populisme pur et spectacle pur ». Il a également ajouté que l’ancien président Duque avait reçu le pays « à genoux devant Dieu » et que Petro, au contraire, avait reçu le pays de « à genoux devant la sorcellerie ».

D’autre part, brilla par son absence María Fernanda Caball’éminente députée de droite n’a pas assisté à l’événement, mais n’a pas hésité à se référer à l’appel lancé par Petro en tant que président lorsqu’il a demandé que l’épée de Bolívar l’accompagne dans le discours, par conséquent, le sénateur a écrit : « Digne disciple de Chávez. Utiliser l’épée et l’image de Bolívar pour impressionner ».

Enfin, une autre des voix qui était présente était celle de Miguel Uribe Turbayqui a exprimé aux partisans colombiens de la communauté qu’ils n’étaient pas seuls, « Nous serons l’épine dorsale de la nouvelle alternative pour la Colombie. Nous ferons une opposition démocratique et intelligente en pensant d’abord à la Colombie », a affirmé le député.


★★★★★