Données ÚN: les files d’attente continuent de faire le plein d’essence partout sauf à Nueva Esparta

Le président Nicolás Maduro, dans son discours annuel devant l’Assemblée nationale le 15 janvier, a déclaré que le gouvernement avait une dette et un engagement envers la reprise des services publics, qui ont été gravement touchés par la crise économique. Et dans ce contexte, il a souligné le problème qui existe dans le pays avec la distribution et la vente d’essence. Il a expliqué que, même si le Venezuela a récupéré sa capacité de production de carburant, il y a toujours des files d’attente dans les stations-service et de nombreuses personnes ont des difficultés à remplir leurs véhicules.

Maduro s’est exprimé avec force et a appelé les autorités compétentes, à commencer par le ministre du Pétrole, Tareck El Aissami, à régler la situation dans les plus brefs délais :

« C’est honteux et cette gestion mafieuse de la vente et de la distribution de carburant dans ce pays doit cesser. Assez de ces mafias nauséabondes, il faut les démasquer et enlever leur déguisement. Ça suffit, je veux des résultats définitifs ».

Nicolas Maduro

Il y a eu des réactions immédiates. El Aissami a annoncé le démantèlement d’une mafia qui faisait le trafic d’essence vers la Colombie et signalé le déploiement d’un « plan anti-mafia pour lutter contre les distorsions dans la distribution du carburant destiné aux stations-service ». De son côté, le procureur général Tarek William Saab a signalé l’activation du 0800-FISCA-00 pour recevoir les plaintes concernant l’approvisionnement en essence. Au cours des premières 48 heures, plus de 200 appels ont été reçus, dont, selon Saab, « 15 ont servi à ouvrir des enquêtes criminelles ».

Le chef du ministère public a également indiqué qu’en collaboration avec le ministère du Pétrole, il avait été décidé d’activer une opération spéciale pour surveiller les stations-service de Caracas, Miranda, La Guaira et Aragua.

L’intervention d’une bombe dans la municipalité de Chacao était également d’actualité car les utilisateurs ont dénoncé via les réseaux sociaux qu’ils n’acceptaient pas les paiements en bolivars, ce qui se répète dans de nombreuses stations-service dédiées à la vente d’essence aux prix internationaux. De même, l’activation des opérations de contrôle dans plusieurs régions du pays, telles que Zulia et Lara, était connue.

La crise de l’approvisionnement en essence a commencé en 2020 avec le durcissement des sanctions imposées au Venezuela par le gouvernement américain. PDVSA, qui avait déjà rencontré des problèmes pour la production et le raffinage du pétrole brut, a atteint le point de paralyser la fabrication de carburant. Nous avons dû recourir aux achats internationaux au milieu des sanctions, avec les fameux épisodes de navires iraniens apportant de l’essence et d’autres fournitures tandis que de gigantesques files d’attente se formaient aux pompes dans tout le pays. Une personne pourrait passer plusieurs jours à attendre pour équiper sa voiture.

Et c’est ici que sont nées les «mafias dégoûtantes» que le président a dénoncées. Dans certains endroits, ils facturaient 5 et 10 dollars aux « colea » et dans d’autres, la procédure consistait à vendre chaque litre d’essence pour 2, 5, 7 dollars et même plus. Tout cela a augmenté la pénurie de carburant.

S’y sont ajoutés des accidents et des sabotages continus de raffineries et de pipelines, qui ont contribué à prolonger la crise du carburant au Venezuela. Mais cette situation a changé. PDVSA a récupéré à la fois sa production de pétrole brut et d’essence et de diesel. En effet, les perspectives pour 2022 sont prometteuses et le Gouvernement s’est fixé l’objectif d’atteindre les deux millions de barils par jour.

Et puis, comment ça se passe ?

L’argument du président Maduro est que si le Venezuela rétablissait sa capacité à approvisionner le marché intérieur du carburant, il ne devrait pas y avoir de files d’attente pour l’essence dans les stations-service. Il y a donc un problème de distribution et de vente. Pour aider à élucider le panorama de la situation, nous avons décidé de faire une enquête auprès de notre public demandant comment sont les files d’attente pour acheter du carburant dans chaque état du pays.

La question que nous avons posée, via notre portail web et nos réseaux sociaux, était : « Comment est l’approvisionnement en essence dans les stations-service de votre ville ? » Une question filtre a déterminé dans quel état du Venezuela vit chacun des participants. Les options de réponse étaient : – Lisse, pas de files d’attente ; – Il y a des files d’attente, mais pas très longues et elles tournent vite ; – C’est intermittent, parfois beaucoup et parfois un peu de file d’attente ; – Il y a toujours des files d’attente et très longues.

Entre le lundi 17 janvier et le jeudi 19 janvier, 1 864 personnes ont participé et les résultats sont les suivants.

les files d’attente persistent

Le total national montre que la majorité fait état de fortes files d’attente dans les stations-service et que la répartition des options reste en sens inverse de l’intensité de la démarche. Aux fins d’exposer les résultats, nous simplifions l’expression des réponses comme suit : longue file d’attente, intermittente, peu de file d’attente, pas de file d’attente.

La réponse la plus répétée, avec 45,8 %, est celle qui affirme qu’il y a « une longue file d’attente » pour obtenir de l’essence dans leur localité. Ce n’est même pas la moitié de la population. Le deuxième groupe dit que la chose est intermittente, parfois beaucoup et parfois un peu de file d’attente (26,8%). Viennent ensuite ceux qui prétendent faire face à des « petites files d’attente », c’est-à-dire des files d’attente courtes qui ne durent pas trop longtemps. Ceux-ci représentent 20,3% du total. Enfin, il y a ceux qui disent qu’il n’y a pas de files d’attente dans leur quartier, que c’est fluide, et ils sont 7,1 %.

île libérée

Mais la découverte la plus remarquable est peut-être le cas de l’État de Nueva Esparta. C’est la seule entité où l’option « pas de file d’attente » était majoritaire. Et pas n’importe quelle majorité. 65,7% affirment que l’approvisionnement en carburant y est totalement fluide et que les files d’attente appartiennent au passé. Un autre 28,5% disent que la situation est une « peu de file d’attente » et très peu de personnes ont répondu qu’elles trouvent « beaucoup de file d’attente » ou une situation « intermittente » (2,9% dans chaque cas). Nous parlons du fait que 94,2 % des néo-spartiates considèrent que la situation du carburant dans cet État est positive et seulement 5,8 % la considèrent comme modérée à négative.

Malheureusement, le tableau qui montre notre plus grand territoire insulaire diffère radicalement du reste des entités.

Le plus dur

A l’autre extrême, on constate que l’état de Zulia est celui qui compte le plus grand nombre de longues files d’attente dans les stations-service, avec 78,8 %. 14,5% disent que la chose est intermittente et 6,4% qu’il y a peu de file d’attente. Seulement 0,3% des personnes parviennent à verser de l’essence en douceur.

À Zulia s’ajoutent les États de Bolívar, Falcón, Apure et Sucre pour former le groupe de régions où les gens signalent le plus de problèmes de carburant. Les trois premiers enregistrent plus de 70% de « beaucoup de file d’attente » et les deux derniers plus de 60%.

Le « plus ou moins »

Il y a des états où les choses sont « bien réparties », c’est-à-dire que les différentes réponses atteignent des chiffres similaires. Hormis le cas d’Amazonas, où 50% signalent une longue file d’attente et l’autre moitié décrivent la situation comme intermittente, nous voulons souligner ici les résultats dans lesquels l’option « intermittente » a obtenu la plus grosse part du gâteau, bien qu’aucune n’ait réussi à atteindre 50 %. Il s’agit de Portuguesa (42,2%), Yaracuy (38,5%), La Guaira (35,8%) et Carabobo (33,3%). En d’autres termes, ici ceux qui trouvent « parfois beaucoup et parfois un peu de file d’attente » se démarquent. A noter que dans tous ces cas la deuxième option la plus votée est la « petite file d’attente » et jamais la « longue file d’attente ».

Un autre cas isolé

Un phénomène qui a également retenu notre attention est celui qui se produit à Anzoátegui. Ici, la plus grande partie, avec 43,5 %, est celle de ceux qui déclarent que les files d’attente sont courtes et s’écoulent rapidement (« petite file d’attente »). En deuxième position, 32,9% disent que la chose est intermittente. Viennent ensuite 16,5% qui font l’expérience d’un ravitaillement sans difficultés et seulement 7,1% déclarent que les files d’attente dans leur secteur sont longues et répétées. C’est la seule entité qui présente cette répartition.

Dans la composition graphique suivante, vous pouvez observer et comparer la situation de tous les états. Peut-être que vous trouverez des relations que nous avons manquées ici.

Comme vous pouvez le voir, la situation générale dénote la persistance du problème soulevé par le président Nicolás Maduro lui-même. Cependant, en aiguisant notre regard et en observant dans le détail, nous découvrons une variété de paysages dont l’appréciation attentive peut servir à orienter les priorités et à aborder intelligemment cette réalité.

★★★★★