Economie et élections : quels sujets chasseront les candidats en 2022

Economie et élections.  Image : Freepik.
Economie et élections. Image : Freepik.

L’économie est un sujet qui nous concerne toujours, en particulier les Brésiliens, car il y a toujours un bouleversement, une agitation politique ou un changement de loi qui affecte l’économie et bouleverse la vie.

Au milieu de tant de mesures gouvernementales, vous avez dû vous demander au moins une fois : est-ce la meilleure solution ? Si cela a à voir avec l’intérêt social, le portefeuille brésilien et l’avenir du pays, cela a à voir avec les décisions des gouvernants.

En ce sens, nous aborderons les sujets économiques qui ont le plus préoccupé les Brésiliens et qui exigeront l’attention des candidats aux élections de cette année.

Voir aussi notre vidéo sur la récession !

Les prix de la nourriture

Selon l’Agence des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, l’indice mensuel des prix alimentaires mondiaux, réalisé mensuellement, a enregistré une augmentation de 12,6 % entre février et mars de cette année, atteignant le plus haut niveau depuis le début de l’évaluation en 1990.

De nombreux facteurs externes contribuent à cette augmentation, la guerre russo-ukrainienne étant le principal, car elle a bloqué les exportations dans la région de la mer Noire, augmentant le prix des matières premières telles que l’huile de tournesol, le maïs et le blé.

Mais si la hausse est globale, comment le problème atteint-il les candidats ?

Bien que les facteurs externes soient les principaux coupables, la politique intérieure d’un pays peut atténuer les effets (insécurité alimentaire et faim) crise alimentaire mondiale.

Les proportions nationales du problème en font une préoccupation commune à toutes les régions et à tous les États, et conduisent par conséquent à questions à ce sujet aux candidats à la présidentielle: dans votre plan gouvernemental, y a-t-il des mesures contre la crise alimentaire, lesquelles ? Ce candidat pense-t-il à rendre la nourriture plus accessible aux plus pauvres ? La faim sera-t-elle une préoccupation de votre direction ?

Pour avoir une idée de l’ampleur du problème, sur un total de 211,7 millions de personnes, 116,8 millions vivaient avec un certain degré d’insécurité alimentaire (légère, modérée ou sévère). Ils devaient vivre et faire face à la faim, 19 millions de Brésiliens. Les données datent de décembre 2020 et ont été obtenues grâce à l’Enquête nationale sur l’insécurité alimentaire dans le contexte de la Pandémie de Covid-19 au Brésildéveloppé par le Réseau Brésilien de Recherche sur la Souveraineté et la Sécurité Alimentaire (Réseau PENSSAN), dans le cadre du projet VigiSAN.

Lire aussi : Covid-19 : que s’est-il passé en un an de pandémie au Brésil et dans le monde ?

Toujours selon l’Enquête, les régions Nord et Nord-Est sont ceux qui comptent le plus grand nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire sévère. Ce qui suggère de mettre davantage l’accent sur ce sujet, dans le cadre des débats électoraux pour les gouvernorats des États de ces régions.

Prix ​​du carburant

Le prix du carburant au Brésil, en particulier de l’essence, est un sujet fréquent. La pandémie de covid-19 a réduit la demande de carburantmais maintenant qu’elle touche à sa fin, la demande s’envole sans que l’offre suive le même rythme, ce qui fait monter les prix.

De plus, avec la guerre entre la Russie et l’Ukraine, les prix ont encore augmenté, car l’offre de pétrole sur le marché international s’est réduite. La Russie est le deuxième plus grand exportateur de Pétrole dans le monde et a subi des sanctions majeures liées à la marchandise.

Il y a plusieurs composantes du prix de l’essence, mais quoi d’autre peut provoquer des débats entre les candidats, c’est le politique de prix à adopter par Petrobras. Après tout, c’est l’action la plus proche du pouvoir de décision présidentiel, puisque son président est choisi par le président de la république.

La politique actuellement adoptée par l’entreprise est la parité internationalequi tient compte du prix du pétrole sur le marché international et des dépenses d’importation, cela signifie que le prix du carburant au Brésil souffre des fluctuations du dollar.

D’autre part, la politique adoptée précédemment a subi davantage d’ingérence de l’État. Les prix ont été gelés ou la liberté du marché a été autorisée en fonction de l’intérêt et des besoins perçus par le gouvernement.

Voir aussi notre vidéo sur le prix de l’essence !

privatisations

On ne parle pas de prix du carburant sans parler de privatisation ou de permanence de l’influence de l’État sur Petrobras.

Mais si le sujet est la privatisation, pourquoi ne parle-t-on que de Petrobras ?

Ce qui se passe, c’est que soit pour ceux qui sont favorables à la privatisation de masse, soit pour ceux qui sont réfractaires au sujet, Petrobras est le point le plus important. C’est le géant de l’État, celui qui a la plus grande visibilité auprès du grand public et qui, par conséquent, aurait les impacts de la privatisation plus facilement perçus par la population. En conséquence, nous l’utiliserons comme guide pour comprendre la question, conscients que d’autres entreprises publiques, telles qu’Eletrobras et Correios, sont également dans le bras de fer « privatiser vs rester ».

Dans le contexte de Élections présidentielles Petrobras continue de jouer un rôle de premier plan. Quand on parle aujourd’hui de privatisations, les pré-candidats choisissent Petrobras comme toile de fond. Selon les intentions qu’ils ont pour l’avenir de l’entreprise, nous pouvons avoir une idée des plans économiques de leur gouvernement, ainsi que voir leurs idéaux politiques reflétés dans leurs intentions pour la compagnie pétrolière.

A lire aussi : Privatisation d’Eletrobras : comprendre de quoi on parle ! et L’importance politique du pétrole au Brésil

Comment cela affecte-t-il le jeu politique des élections ?

Il convient de rappeler que l’insatisfaction à l’égard de la la politique de prix de l’entreprise est présente dans les secteurs de soutien du gouvernement actueltel que classe de camionneurs, et opposition. Cela signifie que la droite et la gauche sont gênées par le problème mais présentent des solutions différentes. C’est cet intérêt politique général qui justifie l’entrée de Petrobras dans le Programme National de Privatisation (PND) en 2022une attitude du gouvernement qui démontre sa volonté de sortir sur papier l’une de ses propositions les plus populaires.

Cet avantage du gouvernement Bolsonaro, d’aborder la question avec un esprit pionnier et de démontrer le potentiel de mise en pratique de la privatisation, rend la question, déjà prévue pour les élections, incontournable. La mesure sert non seulement l’électorat favorable à la privatisation des géants publics, mais sert également de stratégie politique, plaçant Bolsonaro au premier plan de l’agenda par rapport aux autres candidats. Ceux-ci, à leur tour, auront besoin d’arguments solides pour soit convaincre l’électorat de la nationalisation, soit prouver qu’ils prendront des mesures aussi efficaces que celles du gouvernement actuel par rapport à la question.

Propriétaires de petites entreprises : soutenus, prioritaires ou oubliés ?

Avec la pandémie, l’économie s’est repliée et les micro et petites entreprises ont été les plus touchées. Cet important secteur de l’économie brésilienne est la clé d’une réaction en chaîne de la croissance du PIB et Opportunités d’emploi.

Sachant cela, les candidats au Congrès, aux postes de gouverneurs et de président seront éventuellement attentifs aux propositions destinées à ce public. Bien que le thème « business » ne soit pas directement inséré dans les futurs débats électoraux, lorsqu’il s’agit de « reprise économique” cet engrenage de croissance viendra au premier plan.

Comme l’a souligné le président de la BNDES, Gustavo Montezano, dans une interview à Canal Livre plus tôt ce mois-ci, le gouvernement a accordé du crédit aux petits entrepreneurs, entre autres mesures de soutien, car il voit l’impact positif de cet investissement sur le PIB.

Au-delà de la privatisation de Petrobras, il s’agit d’un pas politique franchi par Bolsonaro qui amène la question au débat, en raison de la critique naturelle et de la contre-proposition présente dans toutes les élections, c’est-à-dire celui qui tente l’élection utilise les actions du gouvernement actuel pour démontrer quoi et comment il peut mieux faire.

Alors, pensez-vous que ce texte vous a aidé à mieux évaluer la propositions économiques des candidats? Pensez-vous qu’il y a d’autres sujets économiques qui voleront la vedette dans les débats électoraux ? Laissez-le dans les commentaires.

Références:

★★★★★