Fachin, en défense de la démocratie, condamne les récits conflictuels

São Paulo – Le ministre Edson Fachin, président du Tribunal supérieur électoral (TSE), a publié ce jeudi (11) une lettre de défense de la démocratie. Dans le document, il a souligné le « moment décisif » de l’histoire de la République. Il a affirmé que la défense de l’ordre démocratique et de la dignité humaine « impose le refus catégorique de flirter avec les revers ». Et il a dénoncé les « faux récits » qui sèment les conflits, polluent l’espace civique et minent la stabilité politique.

Dans un message au président Jair Bolsonaro (PL), le ministre a condamné « les pratiques de désinformation qui visent, avec un parfum rhétorique et des prétextes inventés, à justifier le rejet injustifiable du jugement populaire ». En ce sens, Fachin a souligné que depuis près d’un siècle, la Justice électorale a garanti l’intégrité du système électoral, permettant ainsi « la circulation du pouvoir conformément à la volonté du peuple, sans fraude ni traumatisme social ».

« L’absence de fraude est un fait observable, facilement vérifiable à partir de l’application des procédures de conférence prévues par la loi. Il existe donc des outils technologiques et juridiques capables de résoudre les doutes, il n’y a donc pas de raisons logiques, éthiques ou juridiques pour défendre, avec un jonglage argumentatif, la faillite de l’État de droit, avec la suppression, par la force brute, du contrôle électoral. attribués aux majorités », a déclaré le président du TSE.

Le ministre a également déclaré que il faut « prendre la Constitution au sérieux ». Il a souligné que le vote électronique est soutenu par des experts indépendants, en tant que « paradigme d’intégrité » pour le monde entier. et a souligné que « défendre les élections, c’est préserver le noyau vital de l’agenda démocratique ». C’est par le biais d’élections libres et démocratiques que des intérêts divergents s’alignent « harmoniquement » dans la poursuite de la prospérité dans « une communauté pacifique, civilisée et libre ».

Agit pour la démocratie

Le message de Fachin a été lu ce matin à la faculté de droit de l’Université fédérale du Rio Grande do Sul (UFRGS), à Porto Alegre. A l’occasion, la directrice du collège, Claudia Lima Marques, a également lu Lettre aux Brésiliens pour la défense de l’État de droit démocratique. En plus des manifestants, des enseignants et des étudiants, les anciens gouverneurs du Rio Grande do Sul Tarso Genro (PT-RS) et Olívio Dutra (PT-RS) étaient présents à la cérémonie.

LA Lettre aux Brésiliens pour la défense de l’État de droit, qui compte déjà plus de 970 000 membres, a été officiellement lancé à la faculté de droit de l’Université de São Paulo (USP) et relu dans plusieurs universités du pays. Le document est une réponse de la société civile aux menaces de coup d’État de Bolsonaro, qui menace de ne pas reconnaître les résultats des sondages lors des élections d’octobre.

Auparavant, au même endroit, des hommes d’affaires, des avocats et des dirigeants de mouvements sociaux ont également participé au lancement du manifeste À la défense de la démocratie et de la justice, une initiative de la Fédération des industries de l’État de São Paulo (Fiesp). Le document a été lu par l’ancien ministre de la Justice et président de la Commission Arns, José Carlos Dias. Dans son discours, Dias a cité les exactions commises par la dictature et a appelé à la défense du régime démocratique. « Nous n’avons pas oublié et nous n’oublierons pas. Nous sommes partisans de la démocratie et de la liberté.

Lire aussi

★★★★★