Financement privé de campagne : connaissez les règles !

Dans ce contenu, Politisez ! vous explique les règles de financement privé des campagnes électorales. Saviez-vous que les ressources des partis et des candidats pour mener à bien la campagne électorale peuvent être à la fois publiques et privées ? Venez en savoir plus sur le sujet.

Comprendre le financement de campagne

Se présenter à un mandat politique électif (échevin, maire, député, etc.) et avoir des chances de gagner, oblige le candidat à mener une bonne campagne électorale, avec la diffusion de son nom et de ses propositions dans les supports physiques (journaux, cartes sacrées , etc) et numérique (réseaux sociaux, internet, etc), en plus de la publicité électorale à la radio et à la télévision.

Il s’avère qu’une bonne campagne ne se fait pas gratuitement, il faut un bon investissement et, pas toujours, tous les candidats ont la ressources nécessaires pour mener à bien votre campagne.

C’est là que le terme « financement de la campagne », qui est la collecte de ressources pour que les partis et les candidats puissent mener à bien leurs campagnes électorales.

Les ressources qui peuvent financer la campagne électorale, c’est-à-dire qui peuvent « financer » la campagne, peuvent être publiques ou privées.

Toi ressources publiques proviennent de la distribution des fonds qui composent le Fonds du Parti C’est le Fonds spécial de financement de la campagne, sur lequel vous pouvez en savoir plus en lisant cet autre article de Politize !

déjà le ressources privées, thème de ce texte, proviennent des ressources propres des candidats ou de dons faits par des gens du commun, comme vous, par exemple.

Interdiction des dons d’entreprise

Initialement, jusqu’aux élections de 2014, les entreprises brésiliennes étaient autorisées à faire des dons aux campagnes électorales. La pratique était autorisée par les articles 31, 38 et 39 de la loi no. 9096/95, qui réglemente les partis politiques.

Il se trouve que le 17/09/2015, la Cour suprême a conclu le jugement d’une action directe d’inconstitutionnalité déposée par le Conseil fédéral de l’Association du barreau brésilien en 2011 (ADI 4650), qui visait à fin des dons des personnes morales (comme les entreprises, par exemple).

Pour comprendre ce qu’est une ADI, cliquez ici !

Le STF, par un vote majoritaire, a partiellement fait droit à la demande, c’est-à-dire qu’il a accepté une partie des arguments formulés dans l’action directe pour déclarer l’inconstitutionnalité des dispositions légales qui autorisaient les contributions des personnes morales aux campagnes électorales.

Avec la décision du STF, les règles légales qui autorisaient les dons effectués par les entreprises ne sont plus valables pour les élections de 2016.

Face à cette décision, le Congrès national, qui discutait déjà de la mini-réforme électorale de 2015, a été contraint d’interdire totalement dons effectués par des personnes morales.

Pourtant, en quelque sorte dans un « bras de fer » avec le pouvoir judiciaire, les députés et les sénateurs ont édité la loi nº. 13.487/17, créant le Fonds spécial de financement des campagnes (FEFC), afin de compenser la perte de revenus des dons effectués par les personnes morales.

Pour en savoir plus sur le Fonds spécial de financement des campagnes (FEFC), consultez cet autre texte Politize !

Alors qu’en est-il des dons privés pour le financement des campagnes ?

Avec l’interdiction des dons d’entreprises, seuls les dons de personnes pour le financement privé des campagnes.

Les citoyens peuvent faire un don aux campagnes au maximum 10 % de votre revenu brut dans l’année précédant l’élection. En plus de donner de l’argent, les particuliers peuvent également donner ou prêter biens personnels de valeur en espèces, directement aux candidats. La limite de la valeur des dons de biens est passée de 50 000 BRL (2014) à 40 000 BRL (2018) par individu.

Autres entités interdites de financer des campagnes au Brésil

En plus de ne pas pouvoir recevoir de dons de personnes morales, les partis et candidats ne peuvent pas recevoir de dons d’un certain nombre d’autres entités. Voir la liste de certaines de ces entités ci-dessous, conformément aux dispositions de la loi 9,504/19 qui réglemente les élections :

  • entité ou gouvernement étranger
  • Organisme d’administration publique direct ou indirect
  • Entreprise qui a une concession pour effectuer un service public
  • Classe ou entité syndicale
  • Personne morale à but non lucratif qui reçoit des fonds de l’étranger
  • Entités caritatives et religieuses
  • entités sportives
  • Organisations non gouvernementales qui reçoivent des fonds publics

Quelles sont les sanctions pour les dons hors limites ?

Si un don illégal est découvert, des sanctions sont prévues à la fois pour les donateurs, les partis et les candidats. Jusqu’en 2016, les donneurs pouvaient être condamnés à payer une amende de 5 à 10 fois le montant donné en excès, mais à partir de 2017, la loi a établi que l’amende pouvait aller jusqu’à 100 % (cent pour cent) du montant excédentaire. Même ainsi, ces groupes ne perdent pas le droit de contracter avec le gouvernement.

Les partis peuvent perdre une partie des ressources auxquelles ils ont droit du fonds du parti. Les candidats surpris en train de recevoir de l’argent qu’ils n’ont pas pu recevoir peuvent voir leur inscription révoquée et perdre le droit d’être élus au cours des huit prochaines années.

A lire aussi : Tribunal électoral supérieur et tribunaux régionaux : que font-ils ?

Quel est le poids des ressources privées dans les campagnes ?

L’argent privé était, jusqu’à l’interdiction des dons des personnes morales, très important pour les campagnes, car c’était de là que provenaient la plupart des ressources. En 2014, par exemple, les entreprises ont donné ensemble plus de 3 milliards de BRL pour les campagnes électorales, tandis que les partis n’ont dépensé que 72 millions de reais du Fonds du Parti dans le même but.

En plus de l’argent des entreprises, de nombreuses personnes donnent également de l’argent à des campagnes. En 2014, plus de 136 000 personnes ont fait des dons qui se sont soldés par 552,5 millions de R$, ce qui est encore bien moins que les dons d’entreprises.

Cependant, avec la fin de la possibilité de dons par les personnes morales et la création de la Fonds spécial de financement des campagnes (FEFC), qui est constitué de fonds publics, celui-ci est devenu la principale source de financement.

Pourquoi tant de règles pour le financement privé des campagnes ?

Le financement des campagnes électorales est un point sensible du processus électoral brésilien, car les ressources financières augmentent les chances de succès des candidats. Il est donc important de veiller à ce que le processus soit aussi juste et égal que possible, en évitant autant que possible l’influence du pouvoir économique sur le résultat des élections.

L’interdiction des dons des entreprises est une tentative de diminuer le pouvoir économique, mais de nombreux experts considèrent cette mesure comme une balle dans le pied – en raison de l’augmentation possible des deux fonds et de la perte de contrôle par les organismes publics.

En 2021, un groupe de députés fédéraux, dirigé par le député Arthur Lira, actuel président de la Chambre fédérale des députés, étudie des mesures pour permettre à la restitution des dons effectués par les entreprises. Selon ce qui a été trouvé par Estadão, et publié par la section économique du site Internet de l’IG, l’idée serait d’établir des plafonds de 500 000 R$ à 1 million de R$ par entreprise, quelle que soit sa taille.

Alors, avez-vous vraiment compris comment fonctionne le financement privé des campagnes ? Laissez vos questions et suggestions dans les commentaires !

LES RÉFÉRENCES

Estadão – Elections 2018 : Voir les règles pour les dons aux partis et candidats

G1 – Comment se fait le financement des campagnes après l’approbation de la réforme politique

Politiser! – Impeachment x Impeachment x Démission : que se passe-t-il dans chaque cas ?

Politiser! – Comment fonctionne la caisse du parti ?

Politiser! – Comment se déroule une campagne électorale ?

Politiser! – Les 6 conditions pour devenir candidat

Politiser! – A quoi servent les partis politiques ?

Politiser! – Réforme politique : comprenez ce qui a été proposé dans la réforme politique de 2017 sur cette piste !

BRÉSIL, Loi no. 9 096/95

BRÉSIL, Cour suprême fédérale

BRASIL ECONÔMICO, Lira souhaite le retour du financement privé avec Fundão pour 2022 ; comprendre


★★★★★