Gazprom suspend l’approvisionnement en gaz du Danemark, de l’Allemagne et des Pays-Bas

La société russe Gazprom Export suspendra, à compter du 1er juin, la fourniture de gaz au Danemark, à l’Allemagne et aux Pays-Bas en raison du refus des deux pays de payer l’accès au carburant en roubles.

Face à ce refus, la principale société énergétique Orsted (Danemark) et Shell Energy Europe Limited (Allemagne) ont été déclarées en défaut, pour ne pas avoir payé le gaz livré en avril en roubles.

« A la fin de la journée ouvrable du 31 mai (délai de paiement stipulé dans le contrat), Gazprom Export n’a pas reçu de paiement d’Ørsted pour les fournitures de gaz en avril », a rapporté la société russe, citée par Telesur.

«À cet égard, Gazprom Export a notifié à Ørsted la suspension des livraisons de gaz. à compter du 1er juin 2022 et jusqu’à ce que le paiement soit effectué conformément à la procédure établie par le décret précité]», indique le message.

Le même message a été délivré à l’entreprise depuis l’Allemagne.

Plus tard, dans un communiqué, Gazprom a annoncé qu’aucun paiement n’avait été reçu de GasTerra BV des Pays-Bas.

« À la fin de la journée de travail du 30 mai, Gazprom Export n’avait pas encore reçu de GasTerra BV le paiement du gaz fourni en avril, qui devait être effectué conformément au décret présidentiel russe n° 172 du 31 mars 2022. Les paiements pour le gaz fourni à partir du 1er avril doivent être effectués en roubles via les nouveaux détails du compte, dont les contreparties ont été dûment informées », indique le communiqué publié sur son site Internet.

Les annonces de Gazprom interviennent un jour après la Union européenne (UE) a approuvé un sixième paquet de sanctions, dont un embargo partiel sur les achats de pétrole russe, ainsi que la déconnexion de la plus importante banque de Russie, Sberbank, du système bancaire international Swift.

Il convient également de rappeler que fin mars, le président de la Russie, Vladimir Poutine, a signé un décret établissant les règles d’acquisition du gaz naturel des « pays hostiles », qui a imposé des sanctions contre Moscou, après l’opération militaire spéciale sur l’Ukraine .

★★★★★