Grâce à une technique innovante, les chercheurs restaurent la fonction cellulaire et organique des porcs après leur mort – Jornal da USP

Selon le professeur Flávio Galvão, de l’USP School of Medicine, la nouvelle technologie développée aux États-Unis fournit un fluide cellulaire protecteur spécialement conçu pour les organes et les tissus.

Par Denis Pachéco

Cellules porcines pendant l’étude – Photo: Yale University School of Medicine

On sait peu de choses sur ce qui arrive à notre conscience après la mort, mais la science comprend déjà beaucoup de choses sur la façon dont notre corps réagit au processus de la mort. Lorsque le cœur cesse de battre, le flux sanguin ralentit jusqu’à s’arrêter. Nos organes, sans oxygène, s’arrêtent bientôt aussi de fonctionner. Ce n’est pas un hasard si le procédé rend très difficile la viabilité de ces organes pour, par exemple, une éventuelle greffe. Mais cela pourrait changer dans un futur proche.

Dans une étude publiée dans la revue la naturedes chercheurs du département de neurosciences de la Yale School of Medicine, aux États-Unis, ont mis au point une technologie permettant de restaurer la fonction des cellules et des organes chez les porcs une heure après leur mort.

En commentant l’étude internationale, le professeur Flávio Galvão, de l’USP School of Medicine (FM), responsable du laboratoire de transplantation hépatique et de chirurgie de l’hôpital das Clínicas, à São Paulo, explique que la technologie fournit un fluide protecteur pour les cellules, en particulier conçu pour les organes et les tissus.

Flávio Galvão – Photo : FMUSP

Les résultats, suggère l’expert, « pourraient aider à prolonger la santé des organes humains pendant la chirurgie et à accroître la disponibilité des organes donnés ». Selon le professeur, la perfusion n’est pas exactement une nouveauté en médecine, mais c’est actuellement une procédure complexe et coûteuse. « Cette découverte est le résultat de travaux qui ont débuté dans les années 1980 et 1990. Il s’agit d’une machine à perfusion pour conserver les organes, un système qui existe déjà, mais qui n’est pas encore répandu car coûteux et peu pratique », précise-t-il.

La recherche récente s’appuie sur un projet précédent également dirigé par l’Université de Yale, qui a restauré la circulation et certaines fonctions cellulaires dans le cerveau d’un cochon mort avec une technologie baptisée BrainEx. Dans la nouvelle étude, les scientifiques ont appliqué une version modifiée de BrainEx, appelée OrganEx, au porc entier. La technologie consiste en un dispositif de perfusion similaire aux machines cœur-poumon actuelles et en un fluide expérimental contenant des composés qui peuvent favoriser la santé cellulaire et supprimer l’inflammation dans tout le corps du porc.

Un arrêt cardiaque a été provoqué chez des porcs anesthésiés, qui ont été traités avec OrganEx une heure après leur mort. Un détail enregistré est que l’équipe a été surprise d’observer des mouvements musculaires involontaires et spontanés dans les zones de la tête et du cou lors de l’évaluation des animaux traités, qui sont restés anesthésiés tout au long de l’expérience de six heures. Ce type d’expérience implique donc plusieurs enjeux bioéthiques.

« L’article enregistre un effort fabuleux qui a même impliqué plusieurs questions bioéthiques auxquelles il était difficile de répondre », souligne Galvão, soulignant l’utilisation d’animaux dans des recherches comme celle-ci. « Des questions comme : Pouvons-nous faire cela ? », postule-t-il.

De l’avis de l’expert, il existe de nombreuses restrictions impliquant des études de cette nature, mais toutes sont essentielles pour éviter de futures complications.

Selon l’article de la nature, la technologie OrganEx peut éventuellement avoir plusieurs applications. Par exemple, cela pourrait prolonger la durée de vie des organes chez les patients humains et accroître la disponibilité des organes de donneurs pour la transplantation. Il peut également aider à traiter les organes ou les tissus endommagés par l’ischémie lors de crises cardiaques ou d’accidents vasculaires cérébraux.

Cependant, le professeur souligne que tout cela ne sera possible que grâce à une équipe pluridisciplinaire et un investissement massif dans la recherche. « Il y a beaucoup de gens de différents domaines qui travaillent ensemble. C’est un type de recherche incommensurable », conclut-il, précisant que l’investissement en question montre clairement le haut niveau sur lequel repose une étude de ce type.

★★★★★