Heroína Anasoli sera au Panthéon National

Un coffre fait à la main, en pierre de granit, abrite les restes symboliques de la guerrière Lara Ana Soto (Anasoli) qui, avec Eulalia Ramos Sánchez (Miranda), Josefa Joaquina Sánchez (La Guaira) et Petrolina Mata Romero (Nueva Esparta) ont été autorisées pour leur protection en tant que figures illustres du Panthéon national.

L’information a été donnée ce mardi 5 octobre par la ministre des Peuples indigènes, Roside González, qui était accompagnée des ministres du ministère de la Culture et de la Femme, Ernesto Villegas et Margaut Godoy, respectivement dans une visioconférence nationale à travers laquelle a souligné la contribution de Soto, Ramos, Sánchez et Mata dans le renforcement idéologique et spirituel de l’identité nationale.

La réunion ministérielle a établi une connexion avec l’État de Lara (Barquisimeto), où ils ont prêté serment à la Commission d’État d’Anasoli, qui est également composée des descendants des Gayones et des Ayamanes et qui, depuis le début de cette année, ont effectué des rituels. , cérémonies et actes ancestraux à la mémoire de l’héroïne Anasoli, qui à 50 ans, en 1968, fut capturée et cruellement soumise par les envahisseurs espagnols aux terres vénézuéliennes.

De son côté, la ministre Margaud Godoy a souligné que le président de la République, Nicolás Maduro, après 22 ans d’administration bolivarienne continue de prétendre, « non seulement économiquement mais aussi spirituellement (…) remplir les Vénézuéliens ».

Pendant ce temps, Villegas a souligné qu’avec ces héroïnes, le gouvernement bolivarien recueille des « sentiments préexistants » chez le peuple « qui donne la somme de l’identité nationale ».

« Nos peuples autochtones serrent la main d’autres personnes qui ont des défis similaires, ils s’identifient à une passion obstinée et à une estime de soi nationale », a déclaré Villegas.

Voyage au Panthéon

Le dimanche 10 octobre, les communautés homosexuelles de l’État de Lara ainsi que les membres de la Commission Anasoli se rendront de la ville natale du guerrier Bobare à Caracas, afin de remettre la poitrine dans le cadre d’un acte organisé par le ministère des Peuples. personnes, de recevoir de l’héroïne au Panthéon national.

Mais d’abord, le jeudi 7 de ce mois, ils participeront à un acte de scellement et de purification de la poitrine réalisé par le guerrier Rigoberto Antonio Rivero Vivas, de la communauté Puerta de Bobare, paroisse Aguedo Felipe Alvarado de la municipalité d’Iribarren (Barquisimeto ), et auquel le Correspondant d’Últimas Noticias aura un accès exclusif.

★★★★★