Histoire de la CITOYENNETÉ : du communiste au libéral progressiste

Nouveau nom et logo du parti.  Image : Citoyenneté.
Nouveau nom et logo du parti. Image : Citoyenneté.

En lisant le titre, vous vous demandez peut-être : « pourquoi devrais-je m’intéresser à histoire de la citoyenneté ou d’autres partis, si je ne me sens même pas représenté par eux ? ».

L’une des raisons est la suivante : mieux les connaître augmentera vos chances de faire des choix conscients aux urnes. Ceci est particulièrement important dans les élections proportionnelles, car là, votre vote pour un candidat particulier peut aider à élire d’autres membres du même parti.

En ce sens, comprendre la trajectoire d’un parti est éclairant, car il révèle, par exemple, son idéologie (ou son absence), les changements qu’il a subis au fil du temps et le profil des candidats qu’il a soutenus aux différentes élections présidentielles. Par conséquent, Politisez ! préparé ce contenu, qui vous aidera à comprendre l’histoire de l’un des 32 partis opérant au Brésil.

A lire aussi : Histoire des Républicains : Le Vrai Parti Conservateur ?

Les premières années de l’histoire de la citoyenneté : le Parti populaire socialiste

O Citoyenneténom donné au parti il ​​y a un peu plus de trois ans, est né en 1992 sous le nom de Parti socialiste populaire (PPS). Sa création a été l’œuvre de certains dirigeants de la Parti communiste brésilien (PCB)qui, lors de leur 10e Congrès, ont choisi de changer d’acronyme.

Cependant, les changements ne se sont pas limités à la nomenclature. Le contexte international, marqué par la fin de l’Union soviétique et la guerre froide, a conduit à la révision d’idées et de pratiques devenues obsolètes.

A cause de cela, le Le PPS n’était plus aligné sur idéologie communiste. Même si son statut le considérait comme socialiste, dans la pratique, ses actions étaient plus pragmatiques et modérées, tendant vers le centre-gauche.

Voir aussi notre vidéo sur ce que signifie être communiste !

Cela peut être corroboré par la position du parti envers les gouvernements et les processus électoraux dans les années 1990 et au début des années 2000. Avec l’investiture d’Itamar Franco, en raison de la mise en accusation de Fernando Collor (PRN) en 1992, le parti a commencé à soutenir le nouvel occupant du fauteuil présidentiel. Le député fédéral de l’époque et président de Cidadania jusqu’à nos jours, Roberto Freire, est devenu le chef du gouvernement Itamar à la Chambre.

Plus loin, en raison de la volonté de construire un bloc de gauche avec une chance de gagner l’élection présidentielle de 1994, O Le PPS a décidé de rejoindre la coalition de Luiz Inácio Lula da Silva (PT). Le candidat a été battu par Fernando Henrique Cardoso (PSDB), à l’époque.

Aux deux élections suivantes, l’option était de lancer sa propre candidature, cherchant une alternative à la polarisation naissante entre la gauche isolée, d’une part, et les forces du centre et de droite, d’autre part.

Ainsi, tant en 1998 qu’en 2002, Ciro Gomes était le nom de la légende pour concourir pour le Palácio do Planalto. Le candidat, cependant, n’a pas été en mesure de vaincre l’adversaire du PT ou les adversaires du toucan, terminant respectivement à la troisième et à la quatrième place.

Vous voulez mieux comprendre ce que signifie être à gauche, à droite ou au centre ? Jetez un oeil à ce contenu!

Le départ progressif de la gauche

Depuis 2004, les mouvements de départ de son champ politique d’origine. D’abord plein d’espoir avec l’élection de Lula, après la première année au pouvoir, l’acronyme a pris ses distances avec le président sortanten raison de différences dans la forme de conduite gouvernementale.

Dans la même année, O partie a cessé de participer à la Forum de São Paulo, une organisation qui regroupe des partis et des mouvements de gauche en Amérique latine. Cela était dû à l’émergence de désaccords quant aux orientations prises par celui-ci.

Selon le site officiel de Cidadania, les principaux aspects qui ont motivé la décision étaient la suppression du pluralisme des idées, l’hégémonisme des conceptions bolivariennes antidémocratiques et populistes, ainsi que le manque de démocratie interne de l’entité. Bien qu’il ait demandé, à l’époque, le retrait de son nom de la liste des partis qui l’intègrent, cela n’a pas été fait jusqu’à aujourd’hui.

En 2005, avec la montée du ton contre l’administration PT, de la part du PPS, il y a eu une désaccord entre le parti et Ciro Gomes, aujourd’hui ministre de l’Intégration nationale de Lula. Cela a entraîné son départ du parti, qu’il a durement critiqué, accusant même Roberto Freire de vouloir en faire une ligne auxiliaire pour les toucans José Serra et FHC.

La consolidation du PPS face au PT

Dans les années suivantes, la tendance à l’opposition au PT s’est poursuivie. En 2006, l’acronyme a déclaré soutien informel à Geraldo Alckmin (PSDB) et en 2010, rejoint la coalition Serra. Les deux élections ont été remportées par les candidats du PT, respectivement Lula et Dilma Rousseff.

Lors de l’élection suivante, qui garantissait le second mandat de PT, le parti était dans la coalition de Marina Silva (PSB)qui est arrivé troisième au premier tour et a soutenu le candidat battu, Aécio Neves (PSDB), en deuxième. En 2018, en revanche, a de nouveau soutenu la candidature toucan d’Alckmin, qui a terminé en quatrième position. Au deuxième tour, qui a donné la victoire à Jair Bolsonaro (PSL), face à Fernando Haddad (PT), il était neutralité déclarée.

Deux faits aident en outre à illustrer la distance du sous-titre par rapport à la gauche et au PT. Le premier, qui a eu lieu en 2013, est le émission d’une note de répudiation par le PCB, accusant le PPS de malversations politiques et le qualifiant d’opposition de droite au gouvernement Dilma. la seconde est la soutien à mise en accusation du présidenten 2016, avec les votes favorables de tous les membres du siège de la Chambre et du Sénat.

Histoire récente de la citoyenneté (2019 – Présent)

En mars 2019, le Changement de nom du parti à Citoyenneté, officialisé par le TSE en septembre de la même année. Le changement s’est produit plus ou moins simultanément avec plusieurs autres, au milieu d’un mouvement des partis cherchant à contenir la dégradation de l’image dont ils ont souffert ces dernières années.

Comme dans la succession du PCB par le PPS, les transformations ne se sont pas limitées au nom et au logo. Ils ont atteint des aspects programmatiques pertinents de la Citoyenneté, l’amenant à se consolider comme une légende centrale.

Dans le domaine économique, des mesures plus libérales ont commencé à être défendues, telles que la réforme de la sécurité sociale et la réforme du travail. Même ainsi, un rôle important de l’État est reconnu dans ce que le marché ne s’avère pas efficace, comme assurer une plus grande équité dans la répartition des richesses. Dans les aspects sociaux et culturels, à leur tour, des positions progressistes sont adoptées, telles que la défense de la criminalisation de l’homophobie et la politique des quotas sociaux et raciaux.

Même s’il prend position sur divers sujets, il est aussi admis qu’il y a de la place pour des divergences dans le parti. En son sein, les sociaux-démocrates coexistent avec les libéraux, il existe donc une certaine variation entre les positions de centre-gauche et de centre-droit concernant la conduite de l’économie.

Des exemples d’affiliés représentant le premier groupe sont l’ancien gouverneur du district fédéral et l’ancien sénateur Cristovam Buarquehistoriquement social-démocrate et sénateur Éliziane Gama (MA), qui se définit comme un humaniste progressiste. Dans le second, les députés fédéraux peuvent être nommés Alex Manente (ES) et Daniel Coelho (PE)tous deux membres du mouvement libéral LIBRE.

Voir aussi notre vidéo sur la social-démocratie !

Citoyenneté actuellement

Un événement important dans l’histoire récente de la légende fut la décision de former un fédération du parti avec PSDB. Approuvée le 19 février dernier, l’union avec les toucans contribue à assurer la survie du parti, compte tenu de sa taille réduite.

De plus, il marque son affinité centriste, puisque les propositions de fédération avec Podemos, plus à droite, ou le PDT, plus à gauche, ont été rejetées lors du vote du Directoire national.

Dans le climat politique actuel, La citoyenneté ne voit pas d’un bon œil polarisation entre Lula et Bolsonaro, qui sont en tête des sondages sur les intentions de vote pour la présidence. Il a même été envisagé, comme alternative, l’affiliation de Luciano Huck et le lancement de sa candidature au poste, mais le présentateur a renoncé à l’idée.

Même si vous n’allez pas lancer votre propre candidat, le parti continue de faire partie du groupe qui compose le soi-disant troisième voie, ainsi que PSDB et MDB. Malgré les difficultés rencontrées par le projet, La sénatrice Simone Tebet (MDB) a été choisie comme candidate pour le représenter aux élections.

Voir aussi notre vidéo sur la troisième voie !

Que nous apprend l’histoire de la Citoyenneté ?

D’après ce qui a été présenté, on peut voir que les partis politiques subissent des transformations, avec évolution historique. La plupart du temps, les caractéristiques actuelles des acronymes sont différentes de celles qu’ils avaient lors de leur création. LA histoire de la citoyenneté le démontre très clairement : né d’un parti communiste, il s’est progressivement éloigné de la gauche et a migré vers le centre politique.

À présent, vous lecteur et probablement électeur, a plus de connaissances sur un parti politique brésilien. Fort de ces informations, c’est à vous de décider de taper ou non le chiffre 23 à la machine de vote électronique, en octobre.

Références:

★★★★★