Huit morts dans des manifestations contre les abus de la police en Colombie

Le nombre de morts lors de la violente journée de manifestations contre les abus de la police hier soir à Bogotá et dans d'autres villes de Colombie est passé à huit, le bureau du maire de Bogotá confirmant jeudi une sixième victime dans la capitale du pays.

«Malheureusement en ce moment, en plus des cinq cas que nous avons déjà signalés dans la matinée, nous avons un autre décédé. Il y en aurait six au total dans la ville de Bogotá », a déclaré la maire de la capitale, Claudia López dans un communiqué public.

Les autorités ont confirmé la mort de Julián Mauricio González, un jeune homme de 27 ans décédé à l'hôpital Kennedy, dans le sud de la ville, après avoir reçu une balle dans l'abdomen, a indiqué EFE.

Le maire a expliqué que les six personnes décédées dans la ville étaient des jeunes entre 17 et 27 ans décédés des suites de blessures par balle.

Outre les six victimes à Bogotá, il y en a eu deux autres à Soacha, une ville peuplée située au sud de la capitale colombienne, comme l'a indiqué précédemment le directeur adjoint de la police, le général Gustavo Moreno, lors d'une conférence de presse avec le ministre de la Défense, Carlos Holmes Trujillo.

Les manifestations ont commencé devant le Commandement d'action immédiate (CAI) de la police du quartier de Villa Luz, à l'ouest de Bogotá, où travaillaient les deux hommes en uniforme qui, à l'aube hier, ont subi avec brutalité et l'utilisation prolongée d'un pistolet électrique. Taser à Javier Ordóñez, un avocat de 46 ans et père de deux jeunes enfants, décédé peu après dans une clinique.

Cependant, des groupes de jeunes ont commencé à attaquer les locaux de la police et les bus du service public dans différentes parties de la ville, ce qui a fait en sorte que la manifestation devenait incontrôlable.

Plus de 50 blessés

López a signalé qu'en plus des six morts, 58 étaient blessés par balle et a souligné que les autorités ont des preuves de l'utilisation aveugle d'armes à feu par la police.

C'est l'équivalent du combat. On n'a pas 58 blessés en une nuit à la suite de bagarres, mais de l'usage aveugle d'armes à feu par des membres de la police nationale. À ce stade, il est clair que le seul qui peut garantir une enquête sérieuse et objective sur les faits est le bureau du procureur général », a-t-il déclaré.

Parmi les 58 blessés figurent trois jeunes femmes, dont une mineure, en état de santé grave qui restent dans les unités de soins intensifs et ont été victimes de tirs à la poitrine, à l'abdomen et au cou.

"Notre équipe médicale fait tout ce qui est scientifiquement et humainement possible pour sauver leur vie, comme toujours", a souligné López.

Une équipe du bureau du maire reconstitue ce qui s'est passé avec les témoins des événements et les familles des victimes.

Réclamations à la police

López a fait une demande ferme à la police nationale, une institution qui, selon lui, avait désobéi aux instructions données par le bureau du maire depuis novembre de l'année dernière lorsque Dilan Cruz, un jeune diplômé du secondaire, est décédé après avoir été abattu par un membre de la brigade mobile anti-émeute ( Esmad) lors d'une manifestation dans la capitale.

"Je peux affirmer avec une certitude absolue que ni le poste de commandement national unifié ni le poste de commandement unifié du district n'ont émis d'ordre ou d'autorisation d'utiliser la force, et encore moins les armes à feu, contre les manifestants", a-t-il déclaré.

Malgré cela, López a déclaré que "des armes meurtrières étaient utilisées sans discernement contre des citoyens et des jeunes sans défense", et que "ces actes devraient donc faire l'objet d'une enquête, être punis et condamnés par la justice ordinaire indépendante".

«Nous avons des preuves par le biais des réseaux sociaux et des caméras du bureau du maire qu'il y a eu des tirs aveugles de membres de la police. Il y a des preuves claires de cela dans au moins quatre endroits », a déclaré López.

L'Ombudsman colombien demande le réexamen des procédures de police

Dans des déclarations publiées ce jeudi via le réseau social Twitter, le Bureau du Médiateur colombien a précisé que les procédures policières doivent être revues afin de réformer les modèles d'action de la force publique.

De même, l'institution gouvernementale a exigé la fin des violences policières dans le pays et, fondamentalement, dans la capitale, Bogotá, lorsqu'elle s'est prononcée sur les derniers jours de manifestations qui ont eu lieu dans cette nation sud-américaine.

Le Bureau du Médiateur a également exhorté les citoyens à exercer leur droit de manifester pacifiquement, tout en faisant preuve de solidarité avec les familles des victimes.

Agences

★★★★★