Ils célèbrent les 212 ans de Mérida en tant que province indépendante

Ce vendredi, un ordre du jour a été élaboré avec protocole et actes culturels par le gouvernement régional, qui commémore les 212 ans de la proclamation de l’indépendance de Mérida et son adhésion à la cause de l’indépendance de 1810.

L’activité a commencé avec l’Eucharistie d’action de grâce, qui a été célébrée dans la Basilique Mineure de l’Immaculée Conception, puis les autorités régionales, civiles et militaires se sont déplacées vers la Plaza Bolívar où une offrande florale a été faite devant la statue équestre du Père de la Patrie, en outre, l’Ordonnance du 16 septembre a été remise aux personnalités et au train exécutif.

L’acte a été présidé par le gouverneur Jehyson Guzmán, qui, dans son discours, a transmis les salutations du président Nicolás Maduro au peuple de Mérida, « il a envoyé un câlin, des félicitations, une reconnaissance et une admiration au peuple de Mérida, qui continue aujourd’hui dans la lutte pour son l’indépendance, ils savent qu’ils comptent sur moi », a déclaré Guzmán à propos des salutations du président Maduro.

Guzmán a expliqué qu’au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, l’axe panaméricain était l’économie côtière de l’activité portuaire, après la déclaration d’indépendance en tant que province de Mérida, « une guerre a éclaté… ils ont détruit les ports de la zone frontalière avec le Sud du lac… et grâce aux efforts de Don Tulio Febrero, il a réussi à faire reconnaître au président Cipriano Castro 3,5 kilomètres d’accès au lac, nous continuons dans cette bataille pour récupérer cette économie ».

Également lors de la cérémonie, le président du Conseil national électoral (CNE) Pedro Calzadilla a été décoré, qui, en tant que représentant du pouvoir moral, a souligné que depuis 1810, le peuple vénézuélien était dans sa libération constante des empires… »nous a commencé à exercer l’indépendance, et nous nous retrouvons avec la guerre, et nous sommes dans cette bataille, avec la certitude que nous réussirons à vaincre toutes les forces de dissolution et de destruction de ce pays, vive l’indépendance de Mérida !, vive le l’indépendance du pays ! », a exprimé Calzadilla, dans son discours.

Pour sa part, le président de l’ordre de l’activité était le professeur d’université, Nelson Pineda Prada, mentionné dans son discours l’ouverture du Centre d’histoire de Mérida, qui aura pour tâche d’ouvrir des enquêtes sur certains faits historiques, ce qui permettra de sauver la construction de l’identité régionale.

Modernisation

Pour sa part, le secrétaire général du gouvernement, Richard Lobo Sivoli, a indiqué que c’était Luis María Rivas Dávila, appelé par le libérateur Simón Bolívar le superbe dragon, c’est lui qui a apporté la nouvelle à Mérida des événements du 19 avril, 1810, puis Après un long voyage, il arrive en terres andines et « c’est le 16 septembre 1810, lorsque les citoyens proclament l’indépendance de la province de Mérida, qui décident et acceptent le projet du 19 avril 1810, suite à la Junte de Caracas. , et nous nous déclarons indépendants ».

En ce sens, Sivoli a souligné l’importance de rejoindre le projet d’indépendance de l’époque, « brisant les chaînes de 300 ans du joug espagnol, du meurtre de nos aborigènes, pour commencer à donner cette transition vers la modernisation, ce qui signifiait cesser d’être une colonie, d’être une ville féodale.

Fundecem présente

Les travailleurs des différents domaines de la Fondation pour le développement culturel de l’État de Mérida (Fundecem), étaient présents à la célébration, à travers les représentations de la manifestation culturelle Los Giros de San Benito, l’une des plus anciennes de la région. .

En outre, le groupe musical Son Tradition a accompagné la mise en scène des travailleurs de Fundecem, qui a mis l’accent sur le sauvetage de Mérida et ses manifestations culturelles.

L’activité s’est terminée par la présentation de la Fondation de l’Orchestre Symphonique d’État de Mérida.

★★★★★