Ils ont commémoré les 384 ans de la Fondation de Barcelone

Les autorités régionales ont commémoré ce samedi 12 février le 384e anniversaire de la fondation de Barcelone, une ville héroïque, capitale de la municipalité de Simón Bolívar et, à son tour, de l’État d’Anzoátegui.

L’ordre du jour a commencé par la célébration religieuse dans la cathédrale de Barcelone, sous la responsabilité du curé Eloy Alexander García Hernández.

Le gouverneur Luis Marcano, avec le maire Sugey Herrera, a dirigé les événements religieux, civils et militaires qui ont également servi à commémorer la Journée de la jeunesse et le 227e anniversaire de la naissance de l’héroïne Eulalia Buroz.

Avec l’accompagnement du pouvoir populaire, un défilé et des offrandes civiques-militaires-policiers ont eu lieu sur la Plaza Bolívar devant la statue du Libérateur sur la Plaza Bolívar, pour culminer sur la place située en face de l’historique Casa Fuerte, dans laquelle des conseillers de la Chambre municipale a tenu une séance solennelle en commémoration de la ville.

Le gouverneur Luis José Marcano a salué la lutte des héros qui se sont battus pour la liberté de la nation et a réitéré que la révolution continue à l’avant-garde.

« Je suis convaincu que nous vivons une période de transition vers un nouveau scénario de transformations positives, de corrections qui nous permettront d’avancer vers les rêves historiques de ce peuple », a déclaré Marcano.

Le chef de l’exécutif régional a déclaré que la jeunesse bolivarienne était chargée de mener les batailles pour la paix dans le pays et a remercié le courage, l’engagement et le dévouement de tous les hommes et femmes qui défendent honnêtement la souveraineté, tout en félicitant le maire pour son dévouement, son amour et sa pour son combat dans l’exercice de ses fonctions et ratifié son engagement pour l’avancement et la renaissance de la capitale.

Pour sa part, le maire Sugey Herrera a réitéré le caractère indomptable et rebelle de cette ville, ainsi que la force de son histoire. « Nous devons être fiers de notre passé et des racines qui nous identifient, de tous les guerriers de Barcelone qui ont versé leur sang pour nos terres », a-t-il souligné.

Un rituel indigène de l’ethnie Cumanagoto a été effectué avant la séance qui a servi au gouverneur et au maire pour imposer l’ordre de la « Ville de Barcelone », dans sa classe unique, à l’ingénieur Pedro Contreras et a reconnu le travail des artistes, agriculteurs et athlètes pour la contribution qu’ils ont apportée à la ville dans leur région.

La célébration s’est conclue dans l’après-midi par un concert de l’Orchestre Symphonique d’État d’Anzoátegui, sur la place de la Casa Fuerte.

★★★★★