«  Israël tue des enfants et empêche les Palestiniens de mener une vie normale  »

São Paulo – «Nous entendons dire qu’Israël attaque pour se défendre. Je veux dire, Israël vole nos maisons, envahit la vie privée, tue des enfants, arrête des parents, des frères et sœurs, des conjoints, nous empêche les Palestiniens d’avoir une vie normale et le droit d’aller et venir dans notre pays, et nous qui sommes ces criminels? Il est difficile. » L’historienne brésilienne Ruayda Rabah, qui vit en Palestine, dans la ville de Kobar, en Cisjordanie, est l’une des voix de la communauté arabe qui conteste les versions publiées par la presse commerciale au Brésil sur le conflit, reprises par Israël depuis le 10 mai , contre les territoires palestiniens.

Membre du Secrétariat aux femmes de la Fédération arabo-palestinienne du Brésil (Fepal) et ancienne présidente du Conseil des citoyens brésiliens en Palestine, elle est révoltée par la manière dont le peuple palestinien est représenté au niveau international tout en essayant de se protéger des attentats à la bombe . Mardi (21), 213 personnes ont été tuées, dont 61 enfants, 36 femmes et 16 personnes âgées, selon le ministère palestinien de la Santé. En revanche, en Israël, 12 décès ont été enregistrés par les autorités locales.

Ce mardi, Ruayda Rabah a accordé une interview à la journaliste Marilu Cabañas, de Journal actuel du Brésil. Avec le soutien de l’équipe technique, il a réussi à enregistrer son récit des attaques israéliennes contre Gaza et la Cisjordanie. Le conflit historique a pris un nouveau chapitre une semaine après la manifestation des familles palestiniennes contre l’expulsion dans un quartier de Jérusalem-Est – un autre territoire discontinu qui forme la Palestine, revendiqué par les colons juifs. Avec la main armée de l’État d’Israël, la violence s’est depuis propagée à d’autres régions palestiniennes. Pendant l’interview, des sirènes ont été entendues en arrière-plan à différents moments. Signe des attaques israéliennes contre les Palestiniens.

Entouré et violé

En Cisjordanie, par exemple, un grand nombre de drones survolent l’espace aérien. Cela finit par interférer sur Internet, et pour cette raison les problèmes de communication évités par l’équipe technique pour rendre l’entretien viable Radio Brésil actuelle. Malgré les difficultés, l’historien a raconté ce que l’on ressent en ressentant toute l’horreur et la panique de l’imminence d’une attaque aérienne. Ruayda Rabah est également active dans la promotion du tourisme alternatif pour rapprocher les autres peuples de la culture palestinienne et est membre du lien européen pour l’enseignement de la langue portugaise dans le territoire, où résident plus de cinq mille brésiliens-palestiniens.

«Gaza est l’endroit qui souffre le plus. Depuis 2003, ils sont enfermés dans un espace minimum de territoire pour plus de 2 millions de personnes. Ils sont fréquemment attaqués. Il n’y a ni eau ni lumière. Il est interdit d’entrer des fournitures ou des matériaux de construction pour remplacer tout ce qui a été détruit par Israël dans ses attaques continues. Vous ne pouvez pas non plus quitter la frontière », décrit-il.

«Mais la Cisjordanie souffre également de tout cela. Nous n’avons pas le droit de partir pour les aéroports en Palestine. Même parce que notre seul aéroport qui existait dans la bande de Gaza a été détruit. Nous devons traverser la frontière jordanienne pour nous rendre à l’aéroport jordanien. Pour traverser, nous devons passer par les douanes israéliennes et jordaniennes, bien que nous soyons en territoire palestinien. Nous sommes généralement très humiliés. Parfois, ils ne nous dépassent pas, parfois ils le font. Nous avons également des attaques continues contre nos villes et nos villages. Les colons qui vivent dans des colonies illégales autour de ces villes et villages nous attaquent, brûlent nos oliviers, mettent fin à nos plantations et tout cela sous la protection de l’armée israélienne », ajoute-t-il.

La vie de tous les jours que personne ne montre

Ruayda Rabah dit également que dans toutes les villes de Cisjordanie occupée, il y a points de contrôle le personnel militaire qui contrôle l’entrée dans les territoires, limitant même l’heure de départ et d’arrivée.

«Sans parler de la violence qu’Israël commet par son armée quand ils envahissent des villages ou des villes à l’aube, quand les gens dorment, pour arrêter des jeunes qui n’ont souvent rien fait. Soit parce qu’ils ont écrit quelque chose sur Facebook, ce que l’État d’Israël n’aimait pas, soit parce qu’ils se sont défendus dans une confrontation. L’armée israélienne brise toute la maison, vole de l’argent, de l’or, tout ce qui se trouve. La mère est généralement humiliée pour que les hommes de la maison réagissent et soient arrêtés », dit-il. «Une autre violence qui se produit est l’invasion des universités, des écoles primaires et secondaires. Nous avons déjà vu l’armée israélienne traîner un enfant de 10 ans pour être arrêté. C’est le quotidien que personne ne montre et dont personne ne parle », ajoute l’historien.

Divisée sur le plan territorial et politique, Gaza est gouvernée par le groupe islamique Hamas, tandis que la Cisjordanie reste sous le commandement du parti laïc Fatah. Dans la bande de Gaza, cependant, les Palestiniens se sont organisés par l’intermédiaire des groupes armés du Hamas, mais ils n’ont pas d’appareil militaire. La plupart de ses roquettes, utilisées contre Israël, sont artisanales. D’un autre côté, cependant, le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu utilise des soi-disant forces de défense pour commander des représailles, en lançant des missiles dans la région palestinienne. La frontière est également contrôlée par des bataillons et des chars.

Décès, hôpitaux et covid-19

Il s’agit déjà de la plus grande escalade militaire d’Israël depuis 2014, lorsque plus de 2 200 Palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza. La situation est exacerbée par la pandémie de covid-19. Lundi (17), les frappes aériennes israéliennes ont détruit le principal centre de test du nouveau coronavirus à Gaza. Le Ministère palestinien de la santé a également signalé que son siège avait été attaqué, ainsi qu’un dispensaire et le siège de la Croix-Rouge. Les responsables de la santé dénoncent qu’Israël a depuis empêché le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) d’accéder aux centres de santé de la région. Le groupe souligne que « pour les habitants de Gaza, l’accès aux hôpitaux et autres infrastructures vitales est devenu extrêmement difficile ».

Avec ses frontières occupées, Israël empêche également l’entrée de carburants, qui peuvent quitter les infrastructures civiles, y compris les établissements de santé, sans électricité ni électricité. «Il n’y avait plus assez de lits aux soins intensifs et nous avons de nombreuses personnes hospitalisées avec le covid. Les hôpitaux ne seront plus en position et ils finiront par manquer d’oxygène nécessaire et mourront », déclare Ruayda Rabah.

Selon l’historien, des jeunes qui résistent aux attentats arrivent également au service de santé extrêmement blessés. «Parce que les ordres sont de tuer. Ensuite, ils sont frappés à la tête, aux yeux et au dos. Beaucoup ont une poitrine perforée et il n’y a pas d’USI pour aider les jeunes comme ceux-là.

Plus de morts

Ruayda Rabah note également que le nombre de morts pourrait être plus élevé que ce qui a été officiellement annoncé. Il y a, selon elle, de nombreux corps sous les décombres qui n’ont pas été retrouvés ou, même lorsqu’ils sont découverts, les pompiers sont dans l’impossibilité de les secourir faute de matériel. Depuis 2014, lors de la plus grande offensive militaire de l’époque, des ambulances, des voitures de société et des bulldozers ont été détruits par Israël, ce qui n’a pas permis aux Palestiniens de remplacer tout le matériel.

«Il y a 48 heures, un jeune de 14 ans, qui avait déjà perdu toute sa famille à cause de ce conflit, a été élevé par la sœur qui a survécu, mais a été tué en 2014 après l’offensive d’Israël contre la bande de Gaza, – lorsque la nouvelle offensive, il s’est simplement suicidé en sautant d’un immeuble de huit étages. Regarde, 14 ans », a déploré l’historien.

Collaboration aux États-Unis

Les Palestiniens vivant dans les territoires occupés protestent également contre la violence d’Israël à travers une grève générale appelée aujourd’hui par le parti Al Fatah. Les représentants de la Chine, de la Tunisie et de la Norvège ont présenté hier au Conseil de sécurité de l’ONU un texte appelant à « la fin de la violence et le respect du droit international humanitaire, y compris la protection des civils, en particulier des enfants ». Mais pour la troisième fois en une semaine, le gouvernement de Joe Biden aux États-Unis a refusé d’approuver la déclaration.

Ruayda Rabah prévient que le conflit affecte même la population civile d’Israël. «Bien que l’armée israélienne soit considérée comme la mieux préparée au monde, ce n’est pas le cas. En fait, il est le mieux armé du monde. Ils ont 17, 18, 19, 20 ans et sont obligés de servir l’armée, qu’ils le veuillent ou non. Plus de cinq mille personnes se trouvaient sur la réserve et sont aujourd’hui à l’avant-garde de la bataille. Ils ne sont absolument pas préparés, ils ne connaissent pas la région (palestinienne), ils ne savent absolument rien du conflit et lorsqu’ils entrent (sur le territoire), ils se perdent. Et la psychologie de ces jeunes dans l’armée est également compromise. L’État d’Israël ne se préoccupe même pas de sa population. »

Aujourd’hui c’est nous, demain peut être les autres

« La seule chose qui préoccupe Benjamin Netanyahu, c’est de rester au pouvoir, il fait tout ce qu’il peut pour ne pas être arrêté », poursuit-il. L’historien évoque les accusations de corruption portées contre le Premier ministre israélien qui, pendant 12 années consécutives en fonction, pourrait être condamné à 10 ans de prison par le tribunal.

Ravie, la brésilo-palestinienne conclut l’interview en se souvenant de la femme enceinte retrouvée morte samedi (15), après un raid aérien israélien sur un immeuble de trois étages. L’affaire a été révélée par le diffuseur Al Jazeera, mais l’identité de la femme n’a pas été révélée. Elle attendait un enfant depuis neuf mois, qui a été retrouvé dans son sac à main, attaché au cordon ombilical de sa mère. Malgré la tragédie, il a réussi à survivre. «Quelle est la faute de ce bébé? C’est aussi un terroriste, a-t-il choisi de vivre là où il vit? », S’interroge Ruayda Rabah, en larmes, qui a conclu en mettant en garde:« Ne prenez pas le parti de l’injustice. Aujourd’hui, c’est nous (les Palestiniens), mais demain ce pourrait être n’importe quel autre peuple ».

Découvrez l’interview complète

Rédaction: Clara Assunção

★★★★★