Je désespère d’approuver le ‘PEC of Desperation’

Journal, je désespère d’approuver le « PEC of Desperation ».

Elle déclarera l’urgence à cause de l’augmentation du prix du pétrole et ensuite je pourrai donner plus de 40 milliards de R$ aux électeurs.

Cela fera un joli trou dans le plafond des dépenses. Mais alors quoi? La maison n’est pas à moi.

Cette dépense ne sera que d’août à décembre. C’est juste une question d’élection.

Avec cet argent, je vais augmenter Auxílio Brasil à 600 R$, doubler Auxílio Gás et donner un bon aux camionneurs et chauffeurs de taxi, qui sont mes agents électoraux, mais qui sont en colère contre moi.

Hier, il y a eu une séance d’une minute, de 6h30 du matin à 6h31, pour discuter de la bagasse.

C’est juste que les PEC doivent être analysés en au moins dix sessions, donc on ne peut pas perdre de temps avec mimimi.

Guedes a appelé le « PEC of Desperation » « PEC Kamikaze », parce qu’il a dit que c’était un suicide et qu’il allait mettre fin aux comptes publics. Maintenant, il doit l’appeler « PEC Salvadora », car sans lui, nous perdons au premier tour.

Dommage qu’hier, jeudi, en fin d’après-midi, le quorum n’ait pas été suffisant pour approuver le PEC une fois pour toutes. Pourquoi est-ce arrivé?

Lire aussi : Les sondages électoraux c’est comme la religion, chacun doit avoir le sien

Est-ce que Centrão saute de mon bateau ? Était-ce la fin de la journée et tout le monde devait rentrer à la maison ? Les gens voulaient-ils profiter de la fin d’après-midi avec les amoureux ? Je ne sais pas…

Le vote est pour mardi. Jusque-là, nous appellerons tout le monde, rappelant aux gars comme ça : « tu te souviens de cet argent que je t’ai donné pour acheter dix tracteurs hors de prix dans le magasin de ton cousin ? Il est temps de payer. »

Écoute, Diário, c’est comme si je dis toujours (ou du moins je pense, parce qu’on ne peut pas le dire à voix haute) : « pour acheter des votes, on gagne toujours un peu d’argent ».

Toréador

#agenda de poche

★★★★★