La fin de l’autorisation de pratiquer la ligature des trompes ou la vasectomie entérine le changement de coutumes – Jornal da USP

Dans cette chronique, Renato Janine analyse les mutations technologiques, culturelles et coutumières qui ont modifié le regard des gens sur l’opportunité d’avoir ou non des enfants, mais aussi sur le mariage.

Par Valéria Dias

La semaine dernière, le Sénat fédéral a approuvé la fin de la nécessité d’une autorisation du conjoint pour effectuer une ligature des trompes ou une vasectomie. Dans sa chronique, le professeur Renato Janine Ribeiro souligne que cette décision reflète des changements culturels et coutumiers. Auparavant, on s’attendait à ce que le mariage produise des enfants et toute action visant à empêcher cela était mal vue. Beaucoup de gens ne le savent pas, dit le chroniqueur, mais jusque dans les années 1960 ou 1970, non seulement il y avait peu de contraceptifs, mais dans de nombreux pays, leur vente ou leur accès étaient interdits. Et la chose normale dans les relations sexuelles était d’avoir des enfants.

Le professeur rappelle que le changement de ces coutumes s’est produit grâce aux progrès technologiques, qui ont conduit au développement de méthodes contraceptives plus efficaces, telles que la pilule contraceptive, en plus de nouveaux comportements, tels que l’insertion des femmes sur le marché du travail et la fait que de nombreux couples choisissent d’avoir peu d’enfants ou de ne pas en avoir du tout. Et si le but des mariages n’est plus d’avoir des enfants, cela n’a aucun sens d’autoriser le conjoint à des actes comme la ligature des trompes ou la vasectomie. De nos jours, il est plus logique d’avoir la permission de la femme et du mari d’avoir des enfants, dit-il.

Janine souligne également que le but des gens n’est plus de se marier, comme c’était le cas il y a quelques décennies : une femme devait avoir un mari et un homme une femme. « Tout cela a beaucoup changé. Cette décision entérine ce changement de mœurs. Le but des jeunes n’est plus forcément de se marier, et le but de ceux qui se marient n’est pas forcément d’avoir des enfants », conclut-il.


Éthique et politique
La colonne Éthique et politiqueavec le professeur Renato Janine Ribeiro, est diffusé tous les mercredis à 8h30 sur Rádio USP (São Paulo 93,7 FM ; Ribeirão Preto 107,9 FM) et également sur Youtube, produit par Jornal da USP et TV USP .

.

★★★★★