La forêt amazonienne émet déjà plus de CO2 que d’oxygène. Nous avons réussi !

Ce qui semblait impossible, ça y est, nous l’avons eu ! Selon l’Institut national de la recherche spatiale (Inpe), la forêt amazonienne commence à émettre plus de COdeux que l’oxygène ! C’est ce que montre une recherche publiée jeudi (14) dans le magazine britannique nature. L’article « L’Amazonie en tant que source de carbone liée à la déforestation et au changement climatique » a été rédigé par le Dr Luciana Gatti, chercheuse au Laboratoire des gaz à effet de serre. Et aussi les chercheuses Luana Basso et Raiane Neves – toutes liées à l’Inpe, de São José dos Campos (SP).

Il est effrayant de réaliser à quel niveau de destruction nous avons atteint dans ce gouvernement. Salles est parti, mais la politique anti-environnementale a continué à suivre son cours. Et plus encore, connaissez-vous l’articulation de ce qu’on appelle le MP pour l’accaparement des terres qui facilitera grandement l’appropriation illégale des terres, et la pratique d’activités telles que l’exploitation minière illégale ? Eh bien, cette nouvelle législation dégradante n’est même pas encore entrée en vigueur.

Le coût pour les peuples originels sera incalculable, en plus de ce qu’ils subissent déjà, ce qui peut déjà être qualifié de génocide. Il est clair que la destruction en cours ne prendra pas fin à moins que cette politique ne soit remplacée immédiatement.

J’insiste à nouveau sur deux mesures. Le premier est de transformer des biomes à risque, comme la forêt amazonienne, en sujets de droits, comme les Colombiens l’ont fait avec le Rio Atrato, en se donnant la prérogative d’agir pour leur défense, avec l’Articulação dos Povos Indígenas do Brasil (Apib ). Judiciaire. Et la seconde est de rendre les crimes contre ces nouveaux sujets de droits irrévocables. Et, ainsi, passible d’expropriation des terres, entre autres peines de portée économique et patrimoniale, en plus des amendes et de l’emprisonnement.

Bien sûr, cela, en plus de la victoire sur cette mauvaise administration, nécessite des projets de loi de la législature. Cependant, c’est le moins attendu du caucus écologiste.

En outre, les écologistes doivent s’unir dans un front uni. Il ne sert à rien de crier les erreurs, les conséquences et les causes. Rappelons-le : il ne s’agit pas de comprendre la catastrophe, mais de transformer la réalité. Non seulement arrêter la catastrophe mais inverser l’état des biomes.


Ariovaldo Ramos il est coordinateur du Front évangélique pour l’État de droit et animateur du programme Désormais, tous les mercredis à 20h sur TVT

Les articles de cette section n’expriment pas nécessairement l’opinion du RBA

★★★★★