La guerre des ressources territoriales et environnementales rapproche les attaques contre les Yanomami et les Palestiniens

São Paulo – Depuis 10 jours, des attaques armées de mineurs d’or contre les peuples autochtones Yanomamis ont lieu systématiquement dans le village de Palimiu, dans la région d’Uraricoera, à l’intérieur de la Terre indienne Yanomami (TI), à Roraima. Au moins deux enfants se sont déjà noyés après avoir été perdus lors du vol le premier jour de cette séquence d’attaques, le 10 mai, selon l’Association Hutukara Yanomami (HAY). Dimanche (16), vers 21 h 40, 15 bateaux se sont approchés de la communauté et ont tiré, en plus des coups de feu, des bombes lacrymogènes.

La fumée, qui peut conduire à l’asphyxie lorsqu’elle est inhalée, s’est répandue dans la communauté, qui est sans professionnels de la santé depuis sept jours. Dans le même temps, la diffusion des bombardiers prend également le dessus sur l’actualité internationale, avec des rapports de truculence de la part d’Israël à la population de Palestine. Le jour même du début des attaques contre les Yanomami, une vague de violence s’est répandue dans cette région du Moyen-Orient. Il y a déjà plus de 200 morts, dont des enfants et des personnes âgées et des milliers de blessés. Une enquête des Nations Unies indique également que 132 bâtiments ont été détruits et 316 autres endommagés par des frappes aériennes dans la bande de Gaza, en Palestine.

Parmi les décombres, il y a encore six hôpitaux, neuf centres de santé et l’usine de dessalement. Cela a rendu difficile l’accès à l’eau potable pour environ 250 000 personnes dans la région. L’ONU estime également que l’hostilité d’Israël a forcé le déplacement d’au moins 52 000 Palestiniens. Mais, en plus de la coïncidence des dates, les deux conflits qui affectent les peuples autochtones du Brésil et de Palestine ont beaucoup en commun. C’est ce qui met en évidence le professeur du Département de géographie et du programme d’études supérieures en sciences de l’environnement de l’Université de São Paulo (USP), Wagner Ribeiro, dans sa chronique à Radio Brésil actuelle.

Yanomamis et Palestiniens: la même colonisation

Le vice-coordinateur du laboratoire de géographie politique de l’USP, Ribeiro déclare, dans un entretien avec le journaliste Marilu Cabañas, que les deux conflits «traitent d’une question territoriale». Selon le géographe, c’est la lutte pour la souveraineté des Palestiniens et pour l’autodétermination des peuples autochtones qui provoque l’opposition de ceux qui cherchent le contrôle et la possession des territoires, pour des intérêts politiques et économiques. Le différend survient cependant, dans le cas du Brésil, dans un territoire reconnu par la Constitution fédérale – la Magna Carta du pays. Ainsi que la Palestine, attestée par la communauté internationale et l’ONU elle-même, lors de la partition de 1947.

«Dans le cas des Yanomamis, nous assistons malheureusement à un massacre qui peut être qualifié de génocide, d’ethnocide, de tentative d’extinction d’un groupe social. Et c’est très grave et pas très différent de la situation en Palestine », explique-t-il. La puissance de feu utilisée contre les deux révèle encore en commun «comment l’extrême droite coordonne, conduit et agit par rapport à l’altérité, au droit d’être un autre. En ne reconnaissant pas la possibilité qu’un groupe social puisse avoir son caractère unique en tant que manifestation et expression de la vie », détaille Ribeiro.

«Les Indiens et les Palestiniens sont offensés par des actions militaires consensuelles ou non, parfois avec une action de l’État, comme Israël, et parfois avec les vues grossières de l’État qui autorise ce type d’action sur les terres Yanomami», explique-t-il. Au Brésil, par exemple, c’est le président de la République, Jair Bolsonaro, qui est le premier responsable de l’intensification des conflits territoriaux, potentialisation des attaques, au nom d’intérêts économiques, comme l’exploration minière en informatique par le biais de l’exploitation minière.

Les menaces pesant sur les Yanomamis

Ce type d’exploitation, cependant, est dévastateur pour l’environnement et implique nécessairement le défrichement de la forêt. Par conséquent, atteindre l’organisation et le mode de vie des peuples traditionnels. Le principal responsable de maintenir la forêt debout et avec elle les services environnementaux qui contribuent au monde entier. Toutes ces contributions sont menacées, car les peuples autochtones, et en particulier les Yanomamis, n’ont jamais été plus menacés qu’aujourd’hui.

Dans l’offensive la plus récente, les garimpeiros sont liés à la faction de São Paulo PCC, comme un rapport du Véritable Amazon. L’organisation, qui domine le trafic de drogue à Roraima, a le potentiel de rendre la situation insoutenable pour les Yanomamis qui souffrent déjà d’invasions historiques qui ont introduit des maladies telles que le nouveau coronavirus, le paludisme et la malnutrition dans les TI.

Accès à l’eau par les Palestiniens

La question environnementale est également présente dans le conflit israélo-arabe, selon le géographe de l’USP. «Il y a une thèse de doctorat, soutenue par Guilherme Rodrigues, que j’ai eu le plaisir de conseiller, en 2010. C’est un travail très intéressant, qui montrait déjà à l’époque des actions géopolitiques de l’Etat d’Israël, notamment de l’armée, qui détruit toute infrastructure de captage d’eau en territoire palestinien », souligne-t-il.

L’étude identifie l’eau comme un autre élément politique dans le conflit du conflit et les préoccupations d’Israël quant à sa sécurité de l’eau dans un contexte d’accès difficile pour le peuple palestinien. Dans la région, reprise par les invasions de colonies juives, même la géographie des murs érigés par Israël pour enserrer la Palestine, reflète ces intérêts, en détournant les murs de béton pour y incorporer les sources, comme le garantit le professeur.

Découvrez l’interview

Rédaction: Clara Assunção

★★★★★