La Journée des étudiants a des actes pour la défense de l’éducation et de la démocratie au Brésil

São Paulo – L’Union brésilienne des étudiants du secondaire (Ubes), l’Union nationale des étudiants (UNE) et l’Association nationale des étudiants diplômés (ANPG) font partie des différentes couches sociales qui descendront dans la rue ce jeudi (11). ) , contre les menaces du président Jair Bolsonaro (PL) contre l’institutionnalité et le processus électoral, et pour la défense de la démocratie brésilienne. Jusqu’à présent, au moins 23 capitales ont déjà confirmé des actes. Des villes de l’intérieur du Brésil s’organisent également en réponse à l’escalade du coup d’État du président.

Les manifestations de rue commencent le matin et se poursuivent jusqu’à la fin de ce jeudi. La lecture du manifeste est également prévue. À la défense de la démocratie et de la justice, une initiative de la Fiesp et souscrite par les syndicats et diverses entités de la société civile. et de Lettre aux Brésiliens pour la défense de l’État de droit démocratique qui sera ensuite lu par d’anciens élèves du Largo do São Francisco. Le document compte déjà plus de 845 000 signatures.

Ce jeudi 11 août marque également la Journée nationale de l’étudiant. Selon les mouvements étudiants, en plus de catalyser la volonté de la majorité de garantir l’équité des élections et de désarmer les prétentions de l’actuel président de ne pas reconnaître une éventuelle défaite aux élections d’octobre, les étudiants crieront également à la défense d’un public, libre et de qualité, comme chaque année.

Coupe budgétaire

Les mouvements étudiants dénonceront également « la cruauté du boycott des fonds aux universités et instituts fédéraux ». Ainsi que ce qu’ils classent dans un manifeste, publié ce mardi (9), de la « destruction honteuse du ministère de l’Éducation (MEC) – avec ses stratagèmes de corruption pourris et ses lingots d’or déplorables ». Parmi les revendications, ils protestent également contre l’anéantissement des subventions à la recherche scientifique et le démantèlement des fonds de développement technologique.

« Nous savons qu’il n’y aura aucun moyen de surmonter la période de revers qui entoure aujourd’hui notre pays sans la priorité absolue des politiques d’éducation et la reprise d’un agenda axé sur la jeunesse et le développement humain. C’est la grande contribution que le mouvement étudiant, basé sur ses trois entités principales, offre au large front démocratique qui se rassemble », soulignent Ubes, UNE et ANPG dans le document ratifié par leurs présidents respectifs, Jade Beatriz, Brunna Brelaz et Vinícius. Soares.

La négligence de Bolsonaro envers la jeunesse

Ce mercredi (10), la secrétaire nationale de la Jeunesse du PT, Nádia Garcia, a renforcé les manifestations en ce jour d’étudiants, soulignant que le gouvernement Bolsonaro laissera comme seul héritage à la jeunesse brésilienne «une négligence totale. Il sera reconnu comme un ennemi de la jeunesse, des étudiants et de l’éducation ». Lors de l’attaque la plus récente, le ministère de l’Économie a annoncé, le 25 juillet, le blocage de 6,73 milliards de R$ supplémentaires dans les budgets de la santé et de l’éducation.

Une éventualité qui devrait aggraver la situation des élèves les plus pauvres qui ont déjà raté l’année scolaire en raison de la pandémie de covid-19 sans aucune politique publique visant à remédier à ces pertes. « De nombreux étudiants ont dû quitter les écoles et les universités parce qu’ils n’avaient pas accès à Internet, aux téléphones portables et aux ordinateurs et, par conséquent, n’ont pas pu suivre les cours depuis la pandémie. Ou (ils sont partis) parce que, avec le chômage en hausse, cet étudiant a dû abandonner l’école et l’université pour commencer à travailler et à payer les factures du ménage afin de ne pas ajouter à l’immense nombre de familles qui souffrent de la faim au Brésil », il décrit.

« Donc, l’héritage laissé par Bolsonaro est celui d’un mépris total pour la jeunesse, d’une jeunesse sans perspectives d’avenir, dans laquelle plus de 60% des jeunes Brésiliens pensent à quitter le pays parce qu’ils ne voient pas d’avenir au Brésil si Bolsonaro continue dans la présidence », regrette Nadia.

Vérifiez les lieux

alagoas

Maceió – Place du Centenaire, 8h

amazone

Manaus – Praça da Saudade, à 15h

Bahia

Salvador – Place Campo Grande, à 9h00

Ceara

Fortaleza – Praça da Bandeira, à 9h00 ; Gentilândia, à 16h00 ; et Student House à 19h

District fédéral

Brasília – à 15h, acte au Congrès national.

esprit Saint

Vitória – Place Costa Pereira, 10h00

Goias

Goiânia – Place de l’Université, à 17h

maranhao

São Luiz – Praça Deodoro, à 16h

minas Gerais

Belo Horizonte – Place Afonso Arinos, à 17h

Mato Grosso

Cuiabá – Liceu Cuiabano, à 19h

Mato Grosso do Sul

Campo Grande – Mairie, à 10h

Pour

Belém – Marché de São Braz, à 17h

Paraíba

João Pessoa – Lyceu Paraibano, à 14h

Parana

Curitiba – Place Santos Andrade, à 15h30

Pernambouc

Recife – Rua da Aurora, à 15h

Piauí

Teresina – Place Rio Branco, à 8h30

Rio de Janeiro

Rio de Janeiro – Candelária, à 16h

grand fleuve du nord

Noël – Midway Mall, à 14h30

Rio Grande do Sul

Porto Alegre – Colégio Júlio de Castilhos, à 8h00 ; UFRGS Faculté de Droit, à 10h00 ; et Palais Piratini, à 12h00

Rondônia

Porto Velho – Unir Centro, à 17h00 (concentration à 16h30)

Santa Catarina

Florianópolis – Auditorium du Rectorat de l’Université Fédérale de Santa Catarina (UFSC), à 10h00

Chapecó – Hall Reotira de l’Université Fédérale de Fronteira Sul (UFFS), à 10h

São Paulo

São Paulo – A 11 heures, le Lettre aux Brésiliens pour la défense de l’État démocratique de droità la faculté de droit de l’USP

A 9h et 17h, agit dans l’espace libre du Masp

Campinas – Largo do Rosário, à 10h

Ribeirão Preto – Faculté de Droit, à 10h00 ; et Esplanade du Teatro Pedro II, à 17h

Santos – Praça dos Andradas, à 10h

Sergipe

Aracaju – Praça Getúlio Vargas, Bairro São José, à 15h

★★★★★