La «  loi sur la malbouffe  » adoptée lors du dernier débat

20 Mai 2021-21h36



Pour:

Salle de presse d’El País

La septième commission du Sénat a approuvé dans le troisième débat le projet de loi au moyen duquel elle cherche à réglementer, par un étiquetage frontal, les informations sur les composants de la soi-disant «malbouffe».

À cet égard, le représentant Mauricio Toro, auteur du projet, a déclaré que l’objectif de ce projet est que les consommateurs sachent, avant d’acheter le produit, les excès des aliments transformés.

«Le projet vise à avoir une étiquette d’avertissement claire, lisible et visible qui met en garde contre l’excès de graisse, de sodium et de sucre dans tous les aliments ultra-transformés, de cette façon nous serons en mesure de prendre de meilleures décisions, nourrir notre famille et nos familles dans un de manière informée. de cette manière pour éviter la tromperie comme cela nous arrive maintenant ”, a expliqué Toro.

Lire aussi: Les réactions générées par la décision d’archiver le projet de réforme de la santé

De même, il a commenté que, bien que ce jeudi la Septième Commission ait voté en faveur du projet, l’initiative doit être approuvée lors d’un débat final en session plénière du Sénat pour devenir une loi de la République.

«Nous débattons de savoir si c’est la loi de la République. Avec ces vignettes d’avertissement, nous pourrons décider avec des informations claires et précises et ainsi éviter d’être confus en consommant quelque chose que nous pensons être sain, mais pas », a déclaré le Représentant.

De même, la sénatrice Nadia Blel, conférencière du projet, a déclaré qu’il est nécessaire de définir des mesures pour prévenir les maladies chroniques qui « sont liées à de mauvaises habitudes alimentaires dues – principalement – à la large disponibilité d’aliments et de boissons ultra-transformés. »

«Dans ce contexte de pandémie, il est plus important que jamais d’avoir un environnement bienveillant qui favorise des pratiques alimentaires saines, en particulier chez nos enfants, et une mauvaise alimentation présente non seulement de graves conséquences pour la santé mais aussi pour l’économie et la société en général. . », A précisé le sénateur.

L’approbation comme loi de la République de ce projet doit être discutée et approuvée par la session plénière du Sénat avant le 20 juin, date à laquelle la législature se termine.

Cela pourrait vous intéresser: la réforme de la santé s’est effondrée au Congrès: le dossier de projet approuvé

★★★★★