La mairesse Claudia López insiste pour qu’il n’y ait pas de militarisation du Portail des Amériques

Alors que de nombreux citoyens de la ville de Bogotá, et surtout du secteur de la Portail des Amériques s’est félicité de l’annonce de la Ministre de la Défense nationale, Diego Molano, selon laquelle la zone sera intervenue par la Force Publique, nouvelle confirmée par le Président de la République lui-même qui a indiqué que dans ce point troublé de la capitale « La guachafita est terminée », le maire de Bogota, Claudia López refuse de militariser le lieu.

La présidente de la capitale de la République, une fonctionnaire peu qualifiée dans les enquêtes menées sur les problèmes de la ville, a été interrogée car face aux indices alarmants d’insécurité à Bogotá, elle a été « l’œil aveugle  » et n’a pas affronté avec intégrité et détermination ce grave problème que les habitants de la capitale considèrent comme une situation insupportable.

La maire Claudia López déclare que Bogotá a son plan de sécurité et que plusieurs zones seront intervenues conformément au plan de sécurité de son administration, mais qu’elle n’envisage pas une militarisation telle qu’annoncée par le gouvernement national, car selon elle, la gestion de la sécurité dans la ville est une affaire qui correspond à ses dirigeants.

Le président de Bogotá a déclaré que seul le plan d’action élaboré par la mairie sera celui qui sera adopté pour faire face à la situation complexe de violence dans différentes parties de la capitale.

« Le plan de sécurité et de coexistence de Bogotá est élaboré par la mairie et la police métropolitaine, nous venons de le présenter en détail, C’est le seul qui va courir et c’est le seul là-bas», a déclaré la maire de Bogotá, Claudia López.

Le président de la capitale a également déclaré que seules les forces disponibles dans la ville seront utilisées, « Avec les 13 postes, nous avons 300 hommes de la police militaire et seulement cela va être maintenu et il n’y aura rien de plus. »

Ces déclarations du maire López n’ont pas plu à divers secteurs de la capitale qui considèrent avec inquiétude que le fonctionnaire a « laissé grand » la sécurité de Bogotá, et en plus de cela, il minimise la situation difficile.

« Le maire Claudia López continue d’ignorer le vandalisme subi par les voisins des portails des Amériques, Suba et Usme, et incidemment, nie à Bogotá le plan d’intervention proposé par le ministre de la Défense pour protéger ces villes. les protéger de la violence des manifestations», a déclaré Lucía Bastidas, conseillère de Bogotá.

L’annonce du ministre Diego Molano trouve son origine dans le fait que l’espace Portail des Amériques devient chaque jour 28 scène d’affrontements sanglants entre les manifestants qui commémorent le début de la grève nationale et Esmad, et ses habitants dénoncent être à la merci de gangs voués au micro-trafic et à toutes sortes de délits.

★★★★★