La métaphore du train et les politiques publiques pour l’équité raciale – Jornal da USP

Par Gislene Aparecida dos Santos, professeur à l’École des arts, des sciences et des sciences humaines (EACH) de l’USP

Travailler avec la race/couleur pour mettre en œuvre des politiques publiques pour l’équité raciale est un énorme défi. Il est essentiel de comprendre que la race, en ce sens, désigne la façon dont des groupes de personnes ont été et sont classés et situés dans les structures d’une société donnée et ce que cette localisation définit en termes d’accès aux biens, de droits et de respect tout au long de la vie. . Cela renseigne si une personne d’un groupe social spécifique, en raison de ses traits phénotypiques (couleur de peau, type de cheveux, forme du nez et de la bouche) a plus ou moins accès à la santé, à l’éducation, au logement, à l’emploi formel, aux loisirs, à la liberté, au fait de ne pas être un cible de la violence, entre autres aspects qui sont des indicateurs du respect des droits fondamentaux qui sont au cœur de la dignité humaine.

Ainsi, pour l’équité raciale et l’augmentation de la représentation noire, ce qui importe n’est pas ce que chacun comprend être, mais comment il est vu par les autres (la société) et ce que cette même société, avec ses hiérarchies, va établir, a priori, en tant que rôles appropriés pour le groupe de personnes ayant le même phénotype. Il éclaire également les barrières que ce groupe devra surmonter pour jouer d’autres rôles et avoir un mode de vie reconnu et respecté. C’est à cela que servent la classification et la localisation sociale.

L’histoire nous enseigne que l’auto-déclaration (se dire noir ou afro-descendant), bien qu’elle soit un droit et donc qu’elle doive être respectée, ne suffit pas dans un pays où les gens ont toujours été marqués pour être plus ou moins proches au phénotype plus clair que ce qui était compris comme un Africain noir subsaharien. L’un des moyens que les Brésiliens ont toujours utilisés pour classer les gens était le critère de « bonne apparence », qui peut facilement être traduit par être proche de la blancheur et, par conséquent, être considéré comme humain.

Une métaphore pour comprendre ce phénomène, dans des pays multiraciaux comme le Brésil, consiste à imaginer que différentes personnes montent dans un train particulier qui s’arrête à plusieurs gares. Ce train part d’une région périphérique où la majorité de la population résidente est noire, au phénotype bien marqué. Dans ce contexte, une personne d’ascendance noire africaine, mais qui a un phénotype peu clair ou peu marqué, peut être classée comme blanche. En cours de route, en raison de chaque contexte social, la manière dont il peut être classé variera. En arrivant dans des régions plus aisées où il y a une prédominance de personnes très blanches (cf. Lia Schucman), cette personne, qui a embarqué dans la périphérie comme blanche, peut être classée comme noire.

Au Brésil, les espaces où l’on retrouve les Caucasiens très blancs décrits par Schucman sont rares. Ici, en général, la blancheur est associée au blanc « sale » (idem). Ou l’homme blanc aux « mains mulâtres » (sic). C’est le dilemme qui se pose lorsqu’on traite de la question du métissage, ou du métissage, comme nous préférons parler ici. Une personne peut s’auto-identifier comme noire par des personnes d’ascendance africaine (même si elle n’a pas un phénotype bien marqué) et peut construire son identité subjective en tant que telle. Cependant, vous pouvez avoir des difficultés à affirmer, aux fins de l’équité raciale, que vous êtes toujours socialement marqué/classé comme noir.

Nous savons que la classification sociale dépend des contextes. Les contextes sont historiques et varient. Cependant, le fait qu’ils varient ne signifie pas qu’il n’est pas possible de dire qui est noir et qui ne l’est pas. Au contraire, les contextes historiques révèlent qui, dans la continuité, a été systématiquement marqué comme noir, cible d’exclusions dans l’accès aux biens et aux droits, génération après génération. En conséquence, les politiques publiques visant à accroître la représentation des Noirs, ou axées sur l’équité raciale, devraient se concentrer sur qui est et a toujours été, sur le train de la vie, et en toutes saisons et dans tous les contextes, socialement classé comme noir.

★★★★★