La politique occidentale se définit entre liberté et violence, analyse le livre « État et démocratie » – Jornal da USP

Rédigé par André Singer, Cicero Araujo et Leonardo Belinelli, la publication sera lancée le jeudi 20, à 17h30, avec transmission via Youtube

Par Roberto CG Castro

Les manifestants ont envahi le Congrès américain le 6 janvier dernier: le spectre du totalitarisme sera toujours une menace pour la démocratie – Photo: Reproduction / Tyler Merbler / Flickr via Wikipedia / CC BY 2.0
Hannah Arendt: la politique comme liberté – Photo: Wikimedia Commons

Admirant l’expérience démocratique de la Grèce antique, la penseuse allemande Hannah Arendt (1906-1975) voyait la politique comme «la pratique collective de la liberté», qui présuppose l’égalité entre les citoyens. Avant cela, le sociologue allemand Max Weber (1864-1920), se référant à l’État moderne – qui revendique le monopole de l’usage légitime de la violence – définissait la politique comme «la lutte pour la direction de l’État».

Max Weber: la politique comme dispute pour le monopole de la force – Photo: Wikipedia

Ces deux définitions de la politique – parmi tant d’autres possibles – prévalent tout au long des 300 pages du livre. État et démocratie – Une introduction à l’étude de la politique, écrit par André Singer, Cicero Araujo – professeurs à la Faculté de philosophie, lettres et sciences humaines (FFLCH) à l’USP – et Leonardo Belinelli, docteur en sciences politiques à la FFLCH. Edité par Editora Zahar, le livre sortira le jeudi 20, à 17h30, dans le cadre d’un événement qui sera diffusé en direct sur la chaîne FFLCH sur Youtube.

Comme le montrent les auteurs du livre, la liberté et la violence ont marqué le cours de la politique en Occident depuis ses origines dans l’Antiquité. Contrairement aux États totalitaires alors en vigueur – de l’Égypte à la Mésopotamie -, un régime qui a reçu le nom de démocratie a émergé à Athènes, en Grèce, à la fin du VIe siècle av. Dans ce document, ce qui définit la citoyenneté, c’est la reconnaissance de la liberté et de l’égalité entre les citoyens.

Couverture de livre État et démocratie – Une introduction à l’étude de la politique – Photo: Reproduction / Zahar

Dans la pratique, la liberté et l’égalité de la démocratie athénienne se reflétaient dans la manière dont les décisions liées à la ville étaient prises – à travers à présent, la place publique, où tous les citoyens ont le droit de s’exprimer. « Le point fondamental était que le processus de décision n’était pas l’expression d’une volonté capricieuse, d’une personne ou d’un groupe », écrivent les auteurs. «Whim – un indice plus élevé de pouvoir arbitraire et despotique – était opposé à l’idée d’une entreprise commune qui résultait d’un processus de réflexion publique, mené dans un espace ouvert et visible, exactement le contraire des décisions prises dans le ‘ antichambre ‘, l’espace couvert, privé, environnement de domination.

Selon Hannah Arendt, il y a une identité entre l’expérience athénienne et le sens essentiel de la politique. Pour elle, la raison d’être de la politique – prise au sens de la démocratie implantée à Athènes – est d’établir et de maintenir en existence un espace dans lequel la liberté peut apparaître. En conséquence, l’opposition entre politique et violence est claire. « LES polis, la cité-état grecque, se définissait explicitement comme un mode de vie basé uniquement sur la persuasion et non sur la violence », analysent Singer, Araujo et Belinelli, citant toujours le penseur allemand. «La violence s’oppose à la politique de la même manière qu’elle s’oppose au geste de persuasion, car elle n’a de sens que là où il y a un espace de liberté».

Le sommet de la démocratie à Athènes, au Ve siècle avant JC: les décisions prises sur la place publique à travers le débat entre tous les citoyens – Photo: Wikipédia

Les auteurs ne manquent cependant pas de remarquer que la liberté et l’égalité pratiquées à Athènes dépendaient de l’oppression des esclaves – la base de l’ancienne économie – et vivaient avec des restrictions imposées aux femmes et aux étrangers, obligées d’observer les lois et les décisions sans avoir participé à son élaboration. «À la base même de la politique, se posait donc la dualité entre liberté et violence. Même l’ancienne démocratie, définie comme le gouvernement du peuple, compris comme le groupe des hommes libres, opprimait ceux qui étaient exclus de la citoyenneté.

La féodalité, un ordre social qui a émergé en Europe au Xe siècle: les racines de l’État moderne – Photo: Wikipédia

Le caractère libre et égalitaire de la politique sera remplacé, à l’époque moderne, par l’État absolutiste qui, en tant qu’auteurs de État et démocratie, a ses racines dans la féodalité, un ordre social qui a émergé au 10ème siècle Stimulé par la fragmentation de l’ancien empire de Charlemagne, ce nouvel ordre a renforcé le pouvoir des seigneurs locaux et revitalisé l’économie. «Contrairement aux idées reçues, l’émergence de la féodalité a stimulé la productivité européenne», écrivent les auteurs, ajoutant que la production féodale excédentaire et la reprise des échanges ont donné naissance à la bourgeoisie mercantile. «Jusque-là, la désorganisation sociale, politique et économique provoquée par les invasions allemandes avait fait que le Moyen Âge a été marqué par un recul de la vie matérielle et culturelle. L’augmentation progressive de la richesse à partir du 10ème siècle a commencé à changer le paysage. »

Au cours du soi-disant bas moyen âge – période entre les XIe et XVe siècles -, il y eut l’unification des familles liées à la noblesse, moment décisif pour l’avenir de l’absolutisme. L’exemple le plus significatif de ce processus a été l’union de la Castille et de l’Aragon en 1469, qui a accumulé la richesse et le pouvoir générés par la prospérité de la féodalité dans les deux royaumes. « Il existe une relation intime entre la crise du féodalisme et l’absolutisme, qui, tout en essayant de soutenir la classe dirigeante féodale, a ouvert la porte au capitalisme. »

La Révolution française: les mouvements révolutionnaires en Angleterre, aux États-Unis et en France ont remplacé les idées de liberté et d’égalité qui ont émergé dans l’Antiquité dans les temps modernes – Photo: Wikimedia Commons

Mais cela ne représentait pas la fin de la politique telle qu’elle a surgi dans l’Antiquité. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les révolutions démocratiques en Angleterre, aux États-Unis et en France ont ramené les idées de liberté et d’égalité au centre de la modernité – les mêmes conçues par l’ancienne démocratie athénienne. «Chacune des trois révolutions a apporté sa contribution», soulignent Singer, Araujo et Belinelli. «L’Etat de droit, la garantie de la pluralité religieuse et l’agenda des limites du pouvoir ont été les principaux héritages de la Révolution anglaise. L’égalité humaine universelle comme objectif, la protection des droits des minorités et le fédéralisme comme garantie de liberté ont été des marques laissées par la Révolution américaine. L’intervention profonde des classes populaires dans la politique, qui a apporté une notion sans précédent d’égalité sociale, a composé l’héritage indélébile laissé par la Révolution française.

Les derniers chapitres de État et démocratie se consacrent à la réflexion sur la démocratie aux XIXe, XXe et XXIe siècles. «D’un point de vue institutionnel, la démocratie moderne diffère de l’ancienne en ce qu’elle est représentative, mais la représentation insère paradoxalement un principe aristocratique dans le système», écrivent le auteurs. Mais même si, à l’époque moderne, le «gouvernement populaire» peut être considéré comme un mélange d’aristocratie et de démocratie, les hypothèses démocratiques ont été responsables de la formation de l’État providence, «l’expérience la plus démocratique de la période contemporaine».

À partir des années 1970, cependant, l’État-providence a été érodé par le néolibéralisme, soulignent Singer, Araujo et Belinelli. « Dans une phase récente, elle se réveille du sommeil d’après-guerre par la vague néolibérale, l’extrême droite, après s’être étendue à diverses parties du monde, est devenue épidémique dans la deuxième décennie du 21ème siècle. »

Cet assaut néolibéral contre la démocratie s’inscrit également dans la réflexion d’Hannah Arendt, comme les auteurs de État et démocratie. Selon elle, le totalitarisme des années 1930 était un nouveau régime dans l’histoire, dont l’objectif ultime était l’extinction définitive de la politique en tant que pratique collective de la liberté et dont le spectre, désormais, tournera toujours autour de l’humanité. «Alors que certains analystes prédisent une ‘fermeture progressive’ des démocraties, provoquée par des dirigeants élus, d’autres parlent même de ‘totalitarisme néolibéral’. Un troisième champ identifie un «interrègne» dans lequel peuvent se produire les phénomènes les plus variés. Des explosions de ressentiment et de nihilisme à la réouverture d’alternatives sociales et démocratiques, il y a un éventail de possibilités au début du XXIe siècle », résument les auteurs.

État et démocratie – Une introduction à l’étude de la politique, par André Singer, Cicero Araujo et Leonardo Belinelli, Editora Zahar, 300 pages, 54,90 R $.

Le livre sera lancé le jeudi 20, à 17h30, avec une transmission en direct via la chaîne de la Faculté de Philosophie, Lettres et Sciences Humaines (FFLCH) de l’USP sur Youtube.

★★★★★