La présence de travailleurs dans la gestion des entreprises publiques est une pratique moderne

São Paulo – Expérience récente au Brésil (loi 12.353, de 2010), la participation des employés de l’État à leurs conseils d’administration est attaquée dans le gouvernement actuel. « Ce sont des situations qui mettent la démocratie elle-même en danger, car elles menacent un représentant légitime aux élections », déclare Rita Serrano, coordinatrice du Comité national de défense des entreprises publiques. L’entité se lance ce mercredi (10), en Direct sur sa page à partir de 18h30, un magazine électronique pour stimuler le débat et présenter les raisons de la présence des représentants des travailleurs. La participation des salariés à la gestion des entreprises publiques a d’ailleurs lieu dans plusieurs pays.

« En effet, encourager la participation des représentants des travailleurs aux conseils d’administration des entreprises, qui sont des instances qui définissent leur orientation stratégique, peut être une bonne pratique et aussi créer un contrepoint important à la vision à court terme et aux résultats immédiats imposés par soucieux de la pérennité de l’entreprise et de ses responsabilités envers les autres acteurs, comme les salariés, les fournisseurs et la société elle-même », affirme Rita, dans l’un des textes de ce premier numéro de Conseillers en action. « Cela s’applique aussi bien aux entreprises publiques qu’aux entreprises privées », rappelle le représentant des salariés au Conseil d’administration fédéral de Caixa Econômica.

Rôle de l’entreprise publique

Avec 56 pages, le magazine propose 13 articles sur les concepts et les particularités de la gestion des entreprises, pas seulement des entreprises publiques. Dans ce numéro, les conseillers abordent les cas de Caixa, Banco do Nordeste, BB Tecnologia e Serviços (BBTS), Casa da Moeda, Companhia do Metropolitano de São Paulo, Correios, Eletrobras, Embrapa, Empresa Brasil de Comunicação (EBC), Petrobras et Transpétro. . Chacun se souvient que les représentants des travailleurs dans les entreprises publiques ont de nouveau été attaqués, soit pour avoir pris position contre la privatisation, soit pour la défense sans concession du rôle de l’entreprise publique et de la valorisation de ses salariés ».

La loi 12 353, à la fin du gouvernement Lula, a déterminé la présence de représentants des salariés, par vote, dans les conseils d’administration chargés de gérer les entreprises publiques de plus de 200 salariés. Ce droit a été renforcé par la loi 13.303 de 2016, régie par le décret 8.945 de la même année. Mais les défis persistent, et l’élection de l’actuel président de la République « a créé un scénario de persécution ».

Pour les dirigeants, cette politique doit être défendue tant par les organisations syndicales que patronales. « C’est une pratique déjà utilisée dans plusieurs pays, qui surmonte le faux marketing, qui n’est plus acceptable dans le monde d’aujourd’hui, pour avancer dans l’amélioration de la gouvernance, de la durabilité, du respect de la diversité et du contrôle social des entreprises », disent-ils.

Aucune vision stratégique

Selon les organisateurs du projet, il y a actuellement 461 conseillers nommés par le gouvernement. Sur ce total, 50 sont élus par les travailleurs. Les femmes représentent 28% dans l’Etat fédéral et 12% dans l’ensemble du pays.

Ainsi, dans plus d’un article, les auteurs affirment que le gouvernement brésilien actuel va « à contre-courant » du monde en pariant sur la privatisation. « La récession en cours sera probablement la plus importante du dernier demi-siècle, dépassant même celle de 2008, ajoutée au manque de vision stratégique de la part de ceux qui administrent l’État, peut générer une marginalisation du pays dans le monde. Malgré ce scénario, et en pleine crise politique, le ministre de l’Economie a présenté un programme de sortie de crise intitulé « Reconstruction de l’Etat ». Dans ce document, le seul objectif est la privatisation d’une série d’entreprises et de services. Rien sur la création d’emplois, les investissements ou l’expansion des programmes sociaux.

Pour accéder à la revue, cliquez ici.

★★★★★