La production industrielle termine l’année toujours à un niveau élevé, mais s’essouffle et ne récupère pas les pertes

São Paulo – La production industrielle a clôturé l’année avec une hausse de 3,9%, mais l’activité a montré une oscillation, a chuté au second semestre et reste en dessous du niveau d’avant la pandémie. C’était le premier résultat positif en trois ans de gouvernement actuel, mais la production est inférieure à février 2020 (-0,9%) et loin (-17,7%) du record de l’enquête IBGE, enregistré en mai 2011.

« En 2021, il y a eu une caractéristique décroissante tout au long de l’année, puisqu’il y a eu un gain cumulé de 13% au premier semestre et, plus tard, le secteur industriel a montré une réduction de souffle », explique le directeur de recherche, André Macedo. « Les résultats positifs des premiers mois de l’année étaient liés à une base de comparaison très dépréciée, puisqu’en 2020 il y a eu des pertes très intenses pour l’industrie », ajoute-t-il.

Demande intérieure et inflation

Au second semestre, à base de comparaison plus élevée, l’activité a reculé de 3,4%, rappelle l’IBGE. « De plus, il y a les conséquences de la pandémie sur le processus de production, comme l’augmentation des coûts de production et le manque de matières premières, et aussi, du côté de la demande intérieure, l’inflation à des niveaux plus élevés et le marché du travail qui, malgré a montré un certain degré de reprise, il est encore très caractérisé par la précarité des conditions d’emploi, avec le paiement de salaires inférieurs », souligne Macedo.

Dans l’année, l’institut a enregistré des résultats positifs dans trois des quatre catégories économiques, 18 des 26 activités, 50 des 79 groupes et 62,4% des 805 produits recensés. L’IBGE met en évidence la croissance des véhicules automobiles, remorques et carrosseries (20,3%), des machines et équipements (24,1%) et de la métallurgie (15,4%).

Coûts de production

« C’est une année au cours de laquelle l’industrie se développe à travers une période de grandes pertes. C’est aussi une caractéristique de l’activité des véhicules automobiles, qui en 2020 avait cumulé sur l’année de -27,9%. » Le chercheur parle de « désarticulation » des chaînes de production. « En plus de l’augmentation des coûts de production, il y avait une pénurie d’approvisionnement dans les usines industrielles, caractérisée par un manque d’intrants et de pièces pour la génération du bien final. La production d’automobiles a été marquée par des arrêts d’usines industrielles tout au long de 2021 », observe le dirigeant.

Le segment des produits alimentaires a chuté de 7,8 % sur l’année. Il a augmenté au cours des deux derniers mois de 2021, mais reste inférieur de 4,1 % au niveau d’avant la pandémie.

Dans la comparaison entre décembre 2021 et 2020, la production a chuté de 5 %. Le secteur de la métallurgie, par exemple, a chuté de 13,9 %, et le secteur du caoutchouc/matières plastiques, de 19,9 % Parmi les hausses, l’activité qui regroupe le coke, les produits pétroliers et les biocarburants a progressé de 3,4 %.

★★★★★