La rivière Catatumbo a débordé, inondant 15 000 hectares productifs

La rivière Catatumbo a débordé de ses rives, inondant plus de 15 000 hectares productifs, y compris le bétail, le palmier à huile et d’autres cultures, dans la paroisse de Barí, municipalité de Jesús María Semprúm.

Lors d’une conversation téléphonique, le maire de la municipalité de Jesús María Semprúm, Wuyhsmans González, a informé Últimas Noticias qu’il accompagnait une inspection qui a été effectuée hier, mardi 9 août, dans le secteur d’Aguas Negras. Ont participé à cette commission : la protection civile et l’administration nationale et municipale des catastrophes, Zoedan Zulia, les pompiers municipaux, la PNB, le CPBEZ, le personnel de la mairie bolivarienne et la représentation du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV).

Il a précisé qu’en atteignant le secteur d’Aguas Negras, deux ponts ont été brisés : le Collazo et Lucía, ce qui empêche le passage des véhicules et rend impossible l’évacuation des producteurs qui y résident.

Concernant l’évaluation des dégâts et des besoins, la Direction de la protection civile et de l’administration nationale des catastrophes @PCivil_Ve dans une publication indique que le diagnostic est effectué, pour préparer les rapports respectifs. Jusqu’à présent, aucun incident malheureux lié à la perte de vies humaines n’a été signalé.

Wuyhsmans González, en tant que première autorité municipale, a exprimé sa préoccupation face à cette éventualité, c’est pourquoi il s’est rendu à Maracaibo pour organiser un soutien pour s’occuper des familles en premier lieu, mais il est nécessaire de se déplacer vers les populations dont l’accès est entravé par les eaux. « Vous devez rechercher des options viables pour les faire sortir dans des endroits sûrs. A leur arrivée, un recensement des personnes sera effectué, leur état de santé sera évalué afin de leur apporter les soins qu’elles méritent dans ces cas-là »

Une action immédiate est urgente

À travers des images, la rupture du mur de la rivière Catatumbo est mise en évidence et alors que les eaux dévastent les cultures, la même affectation est subie par les familles qui y vivent, qui attendent l’action immédiate des autorités gouvernementales, pour résoudre cette éventualité.

La mobilisation des troupeaux de bovins a été effectuée, au milieu du débit du fleuve, comme une mesure d’urgence pour tenter de les sauver, ce qui ne peut être fait avec la palme, la banane et d’autres cultures.

Jusqu’à présent, les zones touchées sont : Caño Tibi, Aguas Negras, Las Carolinas et le secteur de Muro Catatumbo. Les familles et les producteurs qui y habitent ou y ont leurs zones de production n’ont pas encore été quantifiés pour ces travaux car un transport adapté est nécessaire pour entrer sur le site.

« Les éleveurs et les agro-producteurs de la région sont au secret dans l’attente qu’il pleuve à nouveau, ce qui aggraverait encore la situation », a déclaré le producteur Eduardo Gómez lorsqu’il a été contacté par ce moyen.

★★★★★