Langues, discours et gros mots – Jornal da USP

Par Janice Theodoro da Silva, professeur à la Faculté de Philosophie, Lettres et Sciences humaines de l’USP

Les nouvelles, c’est quand une personne mord un chien, pas quand un chien mord un humain.

C’est comme ça aujourd’hui ?

Pas.

Les humains ont commencé à mordre les chiens naturellement.

Les médias, depuis la création de la presse, ont utilisé des faits inédits, des événements exceptionnels, des incidents insolites pour attirer l’attention du public. Accidents, meurtres et luttes politiques ont inondé et inondent encore les pages des journaux et autres médias.

Le temps a passé et les nouvelles technologies ont fait bouger les choses. Aujourd’hui, notamment sur les réseaux, le lecteur recherche le sensationnel, l’exotisme, l’extravagant, visible à travers des propos qui inversent les sens du consensus. La terre plate, le refus du vaccin et le remplacement de l’urne électronique par le vote imprimé sont des exemples d’inversion du sens des choses. Les faits évidents, prouvés par la science ou l’histoire, ont leur sens inversé. L’existence de l’Holocauste, par exemple.

A noter : la relation entre les internautes et les nouveaux langages utilisés sur le réseau tend à élargir le narcissique, le Soi. Exemple : les photos personnelles prolifèrent. La politique devient une EUZÃO. Un lieu de rencontre entre des identités similaires et des antiquités excentriques représentées par des sujets habilités par le réseau, supposés propriétaires de la scène nationale et internationale. Sur scène, des princesses de contes de fées traitent la vie comme si c’était un rêve.

Rêve et réalité, aux frontières indéfinies, se prostituent dans l’environnement virtuel.

Les rêves et l’univers virtuel remplacent le vieux sentiment d’être terre-à-terre face à la réalité, bonne ou mauvaise. La première étape dans la résolution de problèmes consiste à faire face à la réalité. Pour satisfaire la faim, il faut de la terre pour planter, de l’eau pour arroser et travailler, la tête, le tronc et les membres, supérieurs et inférieurs, d’une créature humaine. La terre donne, il suffit de planter. Simple comme deux et deux font quatre. Mais il y a ceux qui préfèrent croire aux contes de fées. Mise en garde.

Car?

Les mots et la perte de sens des choses

Blague à part, dans la dernière décennie, avec l’utilisation accentuée des nouvelles technologies, il y a eu un détachement dans la relation entre les mots et les choses, un détachement du sens de ce qu’ils signifiaient matériellement ou métaphoriquement. Nous apprenons à séparer une chose d’une autre à l’école et dans la littérature. Sur le plan du langage, j’observe également une tendance à la criminalisation et, dans certains cas, à des meurtres graves du rire, modalité historiquement utilisée dans la critique sociale. En même temps, j’observe une grande prolifération de mensonges. Le rire subit une (intense) persécution. Ma chère Mafalda, laissez-moi vous dire. Il a été complètement éliminé des évaluations Enem. Bravo à Mafalda, cher personnage, responsable de tant d’intelligence et de joie dans les épreuves.

Le rire depuis le début de la modernité a fait du bien aux sociétés. LA Commedia Dell’Arte, avec ses innombrables masques, plonge ses racines dans l’histoire de l’Occident. Combien de secrets ont été exposés aux sociétés et combien de mensonges ont été révélés par les personnages, le fou, le bouffon et l’Arlequin. Combien de personnes ont commencé à penser à travers le rire. L’art, la représentation en est une, sur scène, dans la rue et en politique. Le corps joue un rôle important dans l’art de la représentation. La tête et le visage expriment le bien, contiennent la connaissance (cerveau) ; les yeux gardent l’expression du sacré, de l’amour, de la lumière ; mains et pieds, du travail. Michel de Certau nous le rappelle : « Chaque société a son propre corps ».

Quels organes représentent le Brésil ?

Le langage romantique a toujours choisi les yeux pour dire les choses. Il a mis le bon dans la partie supérieure du corps et a laissé le mauvais pour les parties inférieures du corps.

LA langage scientifique, représenté par la tête, a toujours utilisé la raison (cerveau). Elle, la raison, exigeait des preuves des hypothèses. Le langage scientifique exigeait une méthode pour parler des choses, justifiait et évitait, comme règle d’or, l’usage des adjectifs. Il a composé une perception de rigueur et d’objectivité comme mode de narration. Le langage scientifique est bien représenté par le cerveau, la masse cérébrale, sans terminaisons nerveuses, liée à la raison.

LA langage juridique a toujours revendiqué le respect des lois et des normes pour la réalisation de la justice. Conscient de son rôle de langue officielle, les liens usent et abusent d’une langue farfelue et archaïque, utilisant des structures grammaticales absentes de la vie quotidienne, aboutissant à un texte difficile à comprendre pour les profanes. C’est un discours qui réaffirme l’identité d’un certain groupe et éloigne le commun des mortels. Le langage juridique, largement utilisé dans la résolution des conflits, est souvent un code secret. La partie lésée ne comprend pas toujours les chemins empruntés et les justifications bureaucratiques responsables des victoires ou des défaites extravagantes dans les processus. D’un point de vue symbolique, c’est aussi une langue noble, contenue dans le cerveau, la langue et le cou, nécessitant toujours une cravate.

LA langage politique, jusqu’à il y a quelques années, était la combinaison la plus habile de langage populaire et de grande classe. Elle impliquait une utilisation précise de la tête, du tronc et des membres supérieurs et inférieurs. C’était l’art de réunir toutes les parties du corps humain, y compris les émotions, en mettant l’accent, au bon moment, pour le rire. C’était l’art de sélectionner les bonnes métaphores, de susciter le rire, d’évoquer l’érotique dans un croisement convenable avec l’esprit, une forme d’art politique traitant à la fois des honneurs, des vertus et des critiques cinglantes. L’irrévérence à la bonne dose était l’art des marketeurs, capables de mesurer le degré de transgressions possibles, construisant une langue capable de plaire aux Grecs et aux Troyens, aux riches et aux pauvres, aux fans de Flamengo ou de Fluminense, aux Corinthiens et à São Paulo. Art exquis par des artistes politiques respectueux de toutes les modalités de football internationales, nationales, étatiques et municipales. Le rire fait partie d’un processus de symbolisation qui nous différencie des animaux, faisant qu’une chose en exprime une autre. La représentation, d’une chose pour l’autre, est à la naissance de l’art politique. Si l’idée de représentation meurt, la politique meurt avec elle. L’art de la politique est né avec le théâtre. Machiavel a également écrit des pièces de théâtre, en plus de Le princeoù l’auteur a enseigné l’art de faire de la politique.

Tout cela a fonctionné dans le monde et au Brésil depuis que les Grecs et les Romains ont commencé à porter des masques, et que le théâtre et Commedia Dell’Arte inventé des façons de raconter des histoires pour apprendre à voir les maux des humains et de la politique dans la polis (ville).

De différentes manières, les médias, la radio, la télévision, les journaux, les magazines, le théâtre, le cinéma et la politique ont utilisé, au fil des siècles, les langues pour faire découvrir (transparence), provoquer un malaise, critiquer des faits et des idées cachés ou mélangés entre la moitié -vérités ou mensonges. Shakespeare l’a fait dans Hamlet. Pour démasquer une personne, une chose ou une idée, remettre en question une hypothèse, en discuter, il faut d’abord reconnaître la matérialité d’une chose, d’un fait ou d’une pensée. Ensuite, les arts et la politique font le reste. Critique des plantes. La critique conduite ou stimulée par la tragédie ou le rire permet de révéler le roi, la cour ou les personnages politiques.

Les créateurs, producteurs et promoteurs de nouvelles technologies ont produit une merveille très dangereuse. Une technologie capable de responsabiliser chacun, de lui donner le pouvoir de parler aux foules, de s’immiscer dans les institutions et de mêler le réel au virtuel. Terminer par la « chose », par l’objet (matériel ou immatériel) autour duquel la critique est faite. Tuez l’idée de représentation. Faites croire qu’il y a, en fait, des princesses !

Les peuples du Brésil et des États-Unis ont été récompensés par la lampe d’Aladin et son génie. Le génie, un esclave, capable de satisfaire n’importe quel désir : d’amour ou de haine, de violence ou de paix. Capable d’exclure les ennemis, d’enrichir les amis, d’éliminer les communistes, de favoriser les amis et d’exclure définitivement de la planète les propriétaires prétentieux de la raison et de la science.

Trois demandes ont été faites par les autorités du Brésil et des États-Unis pour le génie de la lampe.

Première requête : une princesse, éternellement douce, affectueuse et totalement soumise, capable de cacher toute trace d’intelligence.

Deuxième demande : être « imbrochable » dans la joie et la tristesse, dans la santé et dans la maladie et même dans la mort.

Troisième demande : être élu indéfiniment au même Congrès tout en conservant les prérogatives accordées aux hommes politiques et ne jamais faire l’objet d’une enquête.

Mise en garde:
1. Les princesses n’existent pas ;
2. Selon la situation, le ou les partenaires, tout le monde peut être abordé et
3. Les élections changent à la fois le Congrès et le président tous les quatre ans, car nous vivons toujours dans une démocratie.

Si quelqu’un dit le contraire, méfiez-vous, c’est un mensonge. Prenez soin de vous.

★★★★★