L'autonomie universitaire de nouveau attaquée – Jornal da USP

LES l'histoire se répète. Les gestionnaires publics n'aiment pas l'autonomie financière des universités publiques et ne se soucient pas non plus de leur survie dans des conditions appropriées. Le projet de loi «établissant des mesures d'ajustement budgétaire et d'équilibre des comptes publics» (PL 529/2020), adressé par le gouvernement de l'État à l'Assemblée législative de São Paulo, confirme une fois de plus ce constat en prévoyant le transfert de ressources propres des trois les universités d'État et la Fondation de soutien à la recherche de l'État de São Paulo (Fapesp), en excédent, pour un seul compte du Trésor.

Je me souviens de deux autres épisodes similaires: le premier, au gouvernement fédéral, lié à la contingence des fonds des universités publiques, suivi de la présentation du projet de loi Future-se (actuellement PL 3.076 / 2020). Initialement envoyée au Congrès en juillet 2019, la proposition controversée n'a pas prospéré en raison de nombreux problèmes juridiques et institutionnels. Pour les universités, Future-se était plutôt un «revirement» qu'une solution rationnelle à leurs problèmes de gestion chroniques, avec de sévères restrictions à l'autonomie universitaire. Le projet actuel, entre autres mesures, entend stimuler la capture de ressources financières publiques supplémentaires par les universités fédérales, à travers des contrats de résultats, mais ne rencontre pas de difficultés structurelles de ces institutions, telles que la définition des sources de ressources financières et la garantie d'un budget prévisible. S'il n'y a plus de ressources pour les transferts réguliers – y compris l'option de financement prioritaire des forces armées dans le budget 2021, sans parler des ressources supplémentaires …

Le deuxième épisode est plus ancien. Comme déjà enregistré par Directement de la science, date de 2007, lorsque le gouvernement de l'État a publié le décret déclaratoire 1/2007, qui excluait les universités d'État – USP, Unesp et Unicamp -, ainsi que la Fapesp, du régime régulier de Siafem, compte tenu de ses particularités d'organisation et opération. Son article 3 dit:

L'exécution budgétaire, financière, patrimoniale et comptable des Universités Publiques d'Etat se fera en temps réel dans le Système Intégré d'Administration Financière des Etats et Communes – Siafem / SP, en vertu du Décret n ° 51.636 du 9 mars 2007, sans préjudice de prérogatives garanties à l'article 54 de la loi 9.394 du 20 décembre 1996 qui leur confère un régime financier et comptable répondant à leurs particularités d'organisation et de fonctionnement.

Paragraphe unique – Dans l'exercice de leur autonomie financière, les universités publiques d'État peuvent procéder à des transferts, des règlements et prendre d'autres mesures de nature budgétaire, financière et patrimoniale nécessaires à leur bonne exécution, sous la forme du point VII, de l'article 54, de la loi 9.394, 20 décembre 1996.

Le secrétaire aux finances à l'époque était Mauro Ricardo Costa, actuellement secrétaire d'État aux projets, au budget et à la gestion.

Non-conformité à l'autonomie

Ce que les deux épisodes révèlent, à des époques et dans des circonstances différentes, c'est la volonté, de la part du pouvoir exécutif, d'appropriation des ressources financières des universités, en plus du scepticisme et du non-respect de l'autonomie universitaire garantie à l'article 207 de la Constitution. Dans le cas des universités d'État de São Paulo, il y a un fait supplémentaire: il n'y a pas de modèle de financement au Brésil – ni nulle part dans le monde – avec des transferts réguliers de fonds publics (9,57% de la perception nette de la taxe sur la circulation des biens, services et Transport – ICMS), en douzièmes mensuels.

Le modèle, initialement prévu par le décret n ° 29598/1989, a été successivement maintenu et ses ressources ont été augmentées par des lois budgétaires annuelles, mais il a toujours dérangé les gestionnaires des finances de l'État (et même les parlementaires, compte tenu de l'IPC établi en 2019 par l'Assemblée législative de l'État) de São Paulo – Alesp, sous une allégation – fausse – d'irrégularités dans la gestion des trois universités de São Paulo).

L'épisode fédéral illustre l'attitude sceptique typique de l'autonomie; dans le cas de l'État de São Paulo, celui des non-conformistes. Les premiers, habitués au centralisme dans le domaine éducatif et administratif, au lieu de considérer l'autonomie comme la capacité de s'auto-diriger, voire de s'auto-pourvoir, la considèrent comme un obstacle à la gestion gouvernementale, notamment en temps de crise. L'indescriptible ex-ministre Weintraub et son équipe sont des sceptiques paradigmatiques, qui ont même utilisé de fausses nouvelles pour promouvoir leurs convictions idéologiques. Mais pas seulement eux; la réduction des ressources de l'Institut national de la recherche spatiale (Inpe) par le ministère de la Science, de la Technologie et de l'Innovation, le 17 août, va dans le même sens.

Les non-conformistes, quant à eux, sont d'accord avec une autonomie protégée, conçue pour rendre l'institution efficace et faciliter les aspects administratifs, mais n'acceptent pas l'autonomie financière et budgétaire. Ils comprennent que les acquis académiques et scientifiques ne justifient pas une autonomie administrative et une gestion financière et patrimoniale aussi large. De telles revendications sont le résultat de la présence de l'Etat dans une zone où la promotion du développement scientifique, social et économique se fait sur le long terme, au prix de lourds investissements publics. Bien que cela soit évident, il n'est pas exagéré de souligner que, dans la crise sanitaire actuelle, s'il n'y avait pas les universités, les instituts et les organismes publics qui promeuvent la recherche, il n'y aurait aucun moyen de faire face au développement de la recherche et des mesures susceptibles d'en atténuer les effets. En fait, les trois universités représentent ensemble un tiers de la recherche scientifique nationale répertoriée dans les bases de données internationales.

Parmi les non-conformistes, se distinguent entre autres le Secrétariat d'État aux Finances et à la Planification et aux Projets, au Budget et à la Gestion pour lequel rien ne justifie l'existence, dans le corps de l'Administration Indirecte, d'entités avec un régime financier et budgétaire différent. . Dans les conseils d’État de l’éducation nationale, il n’ya pas non plus de clarté quant à l’étendue des prérogatives d’autonomie, que ce soit en matière de programmes d’études ou de participation aux programmes gouvernementaux, par exemple.

Statut juridique spécial

Juridiquement, les universités publiques ne sont pas des organismes publics comme les autres, précisément en raison de leur autonomie, prévue à l'article 207 de la Constitution. Sa nature juridique est spécifique. Cette position a été soulignée par la loi des directives et bases de l'éducation nationale (LDB), lors de la définition des processus et des listes individualisées d'actions autonomes dans les domaines de l'enseignement, de l'administration et de la gestion financière.

C'est pour toutes ces raisons que la LDB, dans son article 54, parle de «statut juridique spécial» pour les universités publiques. L'autonomie est un pouvoir dérivé et doit être exercée dans les limites spécifiques de son octroi. C'est l'effet d'une limitation que la loi s'impose, d'une abstention délibérée du législateur. L'autonomie n'est ni souveraineté, ni indépendance, mais pouvoir fonctionnel dérivé, soumis à l'ordre juridique qui lui a donné la cause. En d'autres termes, l'entité qui reçoit l'autonomie se soumet, en règle générale, au système juridique, sauf dans certaines situations où le système juridique lui-même attribue le pouvoir de s'autoréguler.

Bien que ce régime juridique ait été défini en 1988, n'est-ce pas que nous sommes, à nouveau, confrontés à une nouvelle attaque contre l'autonomie des universités d'État de São Paulo? Sans entrer dans l'analyse des motivations qui ont conduit le gouvernement de l'État à présenter le PL 529/2020, mélangeant de l'ail avec des lanières afin de minimiser le déficit budgétaire pour 2021, le fait est qu'il existe une menace énorme pour l'autonomie financière des universités de São Paulo, avec de graves conséquences. pertes juridiques, politiques et institutionnelles. La première, causée par l'inconstitutionnalité flagrante de la mesure, qui sera suivie d'une judiciarisation intense; le second, en raison de l'éventuelle défaite de la stratégie des secrétariats des finances et de la planification et des projets, du budget et de la gestion, comme cela s'est déjà produit avec le décret déclaratoire de 2007; et les pertes institutionnelles, dues à l'insécurité des institutions, avec des répercussions sur leur production académique et scientifique, en plus de celles déjà causées par la pandémie de covid-19. Toute cette situation déclenche des tactiques défensives et non coopératives de la part des groupes concernés et tend à relativiser la loi dans sa généralité abstraite.

C'est un jeu où tout le monde perd. Si les conflits d'intérêts sont naturels dans les sociétés humaines, le curieux dans ce cas est que l'appropriation des soi-disant «surplus» – inexistants dans les universités publiques et à la Fapesp, puisqu'il n'y a pas de surplus de ressources, conduit au paradoxe de la prise par l'Etat d'une main ce qui est arrivé à l'autre. L'utilité alléguée du détournement de ressources pour le gouvernement de l'État a déterminé sa stratégie erronée et destructrice, camouflée par l'apparence de combler un déficit budgétaire. Le coup de feu pourrait se retourner contre nous, compte tenu de l'appréciation sociale croissante des universités, instituts et agences de recherche publics en ces temps de pandémie. Une telle reconnaissance montre que la population valorise la science, la technologie et l'éducation. Les parlementaires sauront certainement capter ce sentiment, dans une stratégie gagnant / gagnant correcte.

★★★★★