Le Brésil de Lula dans le monde, l’estime de soi d’un pays

São Paulo – L’ancien ministre des Affaires étrangères Celso Amorim se dit fier d’être « un témoin de ce glorieux passage du Brésil à travers le monde ». De cette manière modeste, au regard de sa participation à ce « passage » – puisqu’il en a été l’un des créateurs –, le diplomate de 80 ans, sur le terrain depuis 60 ans, classe l’insertion mondiale du Brésil dans les huit années de gouvernement Lula ( 2003-2010) comme la projection de l’estime de soi des Brésiliens.

Celso Amorim effectue des missions dans l’État brésilien depuis la fin des années 1970. Il réalise Embrafilme de 1979 à 1982, toujours sous le règne d’un général, lorsqu’il sort des films indigestes pour la dictature. Il a collaboré avec les gouvernements de José Sarney, Fernando Collor, Itamar Franco et Fernando Henrique Cardoso. Malgré sa vaste expérience et son dévouement, quel que soit le gouvernement en place, Lula manquait un détail pour décider qui parmi les excellents noms qu’il avait serait son chancelier. Le diplomate et l’ancien président ont témoigné de l’histoire hilarante de l’auditorium Simón Bolívar bondé du Mémorial de l’Amérique latine. Dans les pellicules sur les épaules de la veste d’Amorim, Lula a vu un égal.

L’ancien ministre était l’un des 16 responsables de la République sous le gouvernement Lula à partager la scène avec l’ancien chef lors du lancement du livre Le Brésil dans le monde, hier soir (22). Réalisé par l’Institut Lula, le livre rassemble des images des huit années de relation entre le photoreporter Ricardo Stuckert et le président Luiz Inácio Lula da Silva, qu’il accompagne encore aujourd’hui. L’ouvrage, organisé par l’éditeur Daisy Barretta, ancienne conseillère de Dilma Rousseff, sera disponible gratuitement en format numérique sur le site de l’Institut Lula.

Le Brésil dans le monde
Haddad, Lula, Stuckert et Amorim lors du lancement de Le Brésil dans le monde (Divulgation)

Côtes et bottes

Le Brésil dans le monde apporte une collection de rencontres de Luiz Inácio Lula da Silva avec des hommes d’État de toutes les langues et de tous les continents en 747 photographies. « Une politique étrangère fière, active, universaliste et solidaire », définit l’ancienne chancelière, soulignant que la diplomatie n’est qu’une partie des relations internationales. L’autre partie, comme Lula lui-même l’a expliqué plus tard, est constituée de politique. C’est-à-dire que la diplomatie exécutera ce que le commandement de l’État déterminera.

Le Brésil dans le monde
Paulo César de Oliveira Campos et Marco Aurélio Garcia : le Brésil, actif et fier dans le monde, est passé entre ces mains

Il est possible que Lula soit fier de sa position de chef d’État de la même manière qu’il a combattu la faim. Sur scène, dans un discours de 50 minutes, l’ancien président raconte ses rencontres avec des Américains, des Iraniens, des Boliviens, des Africains, des Russes, des Chinois, des Vénézuéliens tel un peladeiro qui vient de quitter la pelouse pour le bar. Des rencontres sur le même ton, dit Celso Amorim. Ou, pour reprendre les mots de l’ancien ministre de l’Education Fernando Haddad : « Sans jamais baisser la tête ni jamais mettre le nez en l’air ».

L’album photo n’est pas la seule star de la nuit d’exaltation à une époque de montée de l’estime de soi nationale. L’ancien conseiller spécial pour les affaires internationales à la présidence de la République Marco Aurélio Garcia, MAG, est cité à plusieurs reprises comme l’un des cerveaux derrière une politique étrangère active et hautaine. Tout comme le diplomate Paulo César de Oliveira Campos, le POC, chef du Cérémonial à la Présidence de la République entre 2003 et 2009.

mauvaise santé

À peine un lecteur pourra-t-il trouver dans les mots le sens des photographies capturées par Ricardo Stuckert en huit ans de Luiz Inácio Lula da Silva. Certains d’entre eux, au détriment des côtes et des bottes, comme le rapporte Lula, ont subi Stuckert pour obtenir un angle, une image fidèle de ce Brésil dans le monde.

Pour l’ancien ministre Haddad, le travail de Stuckert illustre avec précision un héritage pour les générations futures de savoir ce que le Brésil a. Ou avait. Haddad, cependant, a déclaré qu’en tant que professeur d’université, il ne pouvait s’empêcher de critiquer Le Brésil dans le monde. Selon l’ancien ministre, candidat du PT pour le gouvernement de São Paulo, l’édition devrait imprimer un avertissement : « Ce livre est mauvais pour la santé des bolsonaristes ».

Ricardo Stuckert a enregistré l’étrangeté d’être de l’autre côté des caméras et a loué l’importance de la photographie. « Ces photos aident à se rappeler que nous étions très heureux pendant ces années où vous étiez président. Nous avons fait 139 voyages, visité plus de 80 pays. Sur ces photos, nous pouvons voir un Brésil qui peut être à nouveau heureux », dit-il en regardant Lula. L’actuel candidat favori pour revenir sur le Plateau a suggéré de prendre la caméra pour que Stuckert ne soit qu’au micro. « Mieux vaut pas, président », a prévenu le photographe.

Origines

Outre Lula, Stuckert, Denise, Amorim et Haddad, l’ancien président de la CUT et aujourd’hui directeur de la Fondation Perseu Abramo Artur Henrique et le directeur de la Fondation João Mangabeira Alexandre Navarro ont également pris la parole. Les présidents des fondations liées au PT et au PSB, Aloizio Mercadante et Márcio França, étaient au Mémorial, mais n’ont pas pu parler pour éviter de caractériser un acte électoral, puisque tous deux font partie de campagnes.

L’ancienne ministre Matilde Ribeiro, du Secrétariat spécial pour la promotion de l’égalité raciale (Seppir), créé en 2003 par Lula, avec statut ministériel, a également pris la parole. En effet, la promotion de l’égalité était l’un des axes de la politique étrangère d’intégration du gouvernement. « J’ai eu l’opportunité de les accompagner dans 21 pays africains », citant l’émotion d’être avec Lula à « Porta do Never Again », au Sénégal. L’endroit d’où les Noirs du pays ont été envoyés en Amérique. «Ils sont entrés et ne sont jamais revenus. Beaucoup sont morts en mer, ceux qui sont arrivés au Brésil sont devenus une chose. Cette histoire doit encore être changée », a déclaré Matilde, citant les origines d’au moins 56 % de la population brésilienne.

Anciens ministres Carlos Gabas (Aide sociale), Paulo Vannuchi (Droits de l’homme), Alexandre Padilha (Relations institutionnelles et Santé), Guido Mantega (Ferme), Edson Santos et Elói Ferreira de Araújo (Seppir), Juca Ferreira (Culture), Jaques Wagner ( Travail, relations institutionnelles et défense), Luiz Dulci (secrétaire général), José Graziano (sécurité alimentaire et lutte contre la faim) et Benedita da Silva (secrétaire spéciale pour le travail et l’assistance sociale) constituaient également la table de lancement.

★★★★★