Le Brésil mérite une transition normale et pacifique – Jornal da USP

Par Luiz Roberto Serrano, journaliste et coordinateur éditorial de la Surintendance de la communication sociale (SCS) de l’USP

La chronique des successions présidentielles est dramatique au Brésil. Nous en approchons un autre, dans lequel Luiz Inácio Lula da Silva prendra ses fonctions pour un troisième mandat sans précédent, élu par les urnes, après sa sortie de prison, où il a été envoyé pour des peines criblées d’erreurs de procédure et de motivations politiques – annulées par le supérieur Tribunal Fédéral.

Battus par 2,1 millions de voix sur 118,5 millions, les partisans du président Jair Bolsonaro ne sont toujours pas satisfaits des résultats des urnes, encourageant les manifestations devant les commandements militaires dans tout le Brésil, l’interruption de la circulation sur les routes, contestant les résultats des urnes, appelant à changements dans les tableaux qui n’ont pas leur place dans la Constitution du pays.

Les successions, notamment présidentielles, ont été pour la plupart tumultueuses au Brésil, riches en vetos et incidents. Getúlio Vargas a effectué un coup d’État en 1930, mettant fin à l’Ancienne République née en 1889 et dominée par la politique du café au lait dans laquelle se succédaient les politiciens de São Paulo et du Minas Gerais. En 1945, avec la fin de la Seconde Guerre mondiale, son consulat prend fin, sous la poussée d’une armée dirigée par les généraux nord-américains vainqueurs dans les champs d’Europe, notamment en Italie, où ils coexistent intimement.

Le suicide de Getulio

Après une interruption de cinq ans dans sa ferme de São Borja, Rio Grande do Sul, et soutenu, entre autres, par sa politique de création de droits du travail dans le pays, Getúlio revient au pouvoir en 1950, cette fois par le biais d’élections. .

Il quitta le Palais Catete en 1954 et le mandat pour lequel il avait été élu au début de la décennie, après s’être tiré une balle dans le cœur, dans le feu d’une âpre et violente querelle politique entre conservateurs, d’une part, et nationalistes. , dont il était plus proche de l’autre.

Il est parti dans un cercueil porté par une foule incalculable à Rio de Janeiro et a été enterré à São Borja, dans le Rio Grande do Sul. Sous des discours violents, notamment de la part de Tancredo Neves, son ministre de la Justice – qui, des décennies plus tard, mourra, en 1985, avant de prendre ses fonctions de premier président élu au suffrage indirect suite à la fin de la dictature de 1964. derrière ou à proximité.

Après la mort de Getúlio, le président élu en 1955, Juscelino Kubitscheck de Oliveira – le pied de valse de JK – est investi par le ministre de l’Armée de l’époque, Henrique Teixeira Duffles Lott, sorte de garant de la légalité. Et il convient de noter que JK a fait face à deux rébellions nées dans l’armée de l’air pendant son mandat. Le passage de JK à Jânio Quadros, le premier qui a eu lieu à Brasilia, s’est déroulé sans incident, mais le nouveau président l’a critiqué dans le premier discours qu’il a prononcé le lendemain, tandis que son prédécesseur s’envolait pour l’Europe avec sa femme, Sara Kubitscheck.

Démission de Jânio Quadros

Au lieu de renforcer la République, Jânio Quadros a semé un énorme gâchis lorsqu’il a démissionné de ses fonctions en août 1961, tentant un coup d’État, car il s’attendait à être reconduit au pouvoir par la foule et, grâce à cela, à surmonter la résistance à sa politique amenée par un Congrès conservateur. Les parlementaires ont été plus rapides et ont accepté sa démission.

Ce même parlement rejoint rapidement le putsch orchestré par les militaires, le 31 mars 1964, dans le but de destituer le vice-président de Jânio Quadros, le député PTB João Goulart, héritier politique de Getúlio Vargas, qui l’avait remplacé après sa démission. En ces jours électoraux, on pouvait élire président d’une liste, dans le cas de Jânio l’Union nationale démocratique conservatrice, et vice-président d’une autre, dans celui de Jango, le Parti travailliste brésilien, bras populaire du varguismo. Jango, qui avait avalé la solution parlementaire, acceptable par les militaires comme une solution pour lui pour remplacer Jânio, a ensuite remporté un plébiscite qui lui a rendu la présidence. Mais l’affrontement entre une politique présidentielle de gauche et le conservatisme de pans importants de la société et des forces armées a conduit au coup d’État de 1964.

Les successions présidentielles au sein du régime militaire ont eu lieu dans des conflits intra-muros, seul le dernier des présidents généraux, João Figueiredo, a réalisé le projet de distension lente, progressive et sûre, parrainé par son prédécesseur, Ernesto Geisel. L’ouverture a conduit à l’élection indirecte d’un civil par le Collège électoral de l’époque. Et nous revenons à Tancredo Neves, déjà mentionné à l’ouverture de ce texte, qui a fini par être remplacé par le vice-président José Sarney, qui a transféré des hôtes du régime militaire à la Nouvelle République que Tancredo n’a pas présidée.

Une foule de costumes sombres

Au cours des 25 années de la Nouvelle République, il n’y a pas eu moins de deux destitutions, ce qui n’est pas une mince affaire. Le premier à être démis de ses fonctions a été Fernando Collor, qui a quitté Alagoas avec la réputation d’un «chasseur de maharajas» implacable et, pendant son mandat, était incompatible avec le Congrès et la société, en raison de l’arrogance de sa posture au Palais du Planalto. La seconde, Dilma Rousseff, a été élue dans le sillage du prestige de Lula, mais sans son talent politique conciliateur, bien au contraire. Elle a fini par être « entravée » par un Congrès, comme toujours conservateur, pour des décisions budgétaires discutables, mais parfaitement surmontées par le dialogue. Son successeur, Michel Temer, l’a minée durant ce processus, de sa position privilégiée de vice-président de la République, et en a hérité. Je n’ai jamais oublié l’impression inquiétante qu’une photo de Temer embrassant la main m’a faite : une foule de politiciens vêtus de costumes sombres, aucun d’entre eux dans des tons clairs, l’entourait pour le saluer.

Il est inévitable, du moins pour moi, de rater les transitions très civilisées entre les gouvernements de Fernando Henrique Cardoso et de Luiz Inácio Lula da Silva, jusqu’à ce que la dispute pour les lauriers de la bonne gouvernance empoisonne les relations entre les partis alors dominants, le PSDB et le PT, laissant place au discours sur les « héritages maudits ».

Courant à l’extérieur, et aidé par une attaque au couteau jusque-là inexpliquée, Jair Bolsonaro a remporté le droit d’occuper le Palais du Planalto, sans avoir la moindre préparation, ni l’équipe pour présider le pays – profitant de Lula toujours emprisonné, écarté du tribunal et volontairement hors de combat. L’élimination et l’aversion d’une partie importante de l’électorat par le Parti des travailleurs sapent la performance de son candidat, Fernando Haddad.

Aujourd’hui, quatre ans après la dernière élection, Lula, judiciairement libre, et Bolsonaro, discrédités par la fragilité de son gouvernement erratique, le PT remporte pour la troisième fois le droit de revenir au Palais du Planalto, désormais à la tête d’un large alliance politique.

La moitié du pays veut changer

C’était une victoire étroite, comme on l’a déjà vu, mais révélant que la moitié de l’électorat du pays veut garantir des voies démocratiques, socialement et économiquement équitables pour la nation, laissant derrière elle le dernier quadriennat. Mais plusieurs signes montrent que le pouvoir vaincu, qui parle beaucoup de libertés, mais a une vocation et des pratiques autoritaires, manifeste son mécontentement face au résultat et cherche à perturber, par divers moyens, son acceptation naturelle et pacifique.

La discussion actuelle au sein du Congrès, majoritairement conservateur, autour de l’approbation du projet d’amendement constitutionnel de transition est la manifestation législative de la méthode consistant à créer des difficultés pour le nouveau gouvernement ou à profiter de ce marché. En attendant, cela fait partie du jeu. Pour le bien du Pays, il est bon qu’il n’aille pas au-delà, contrairement aux expériences déjà vécues dans notre histoire.

★★★★★