Le cas du Chili est un avertissement pour le monde

São Paulo – Le processus électoral qui a conduit au rejet de la nouvelle Constitution du Chili est un exemple extrême de manipulation de l’opinion publique pour provoquer son vote. L’évaluation est faite par le juriste et sociologue Boaventura de Sousa Santos, dans un article sur le site La terre est plate. Dans son texte, le professeur de la Faculté d’économie de l’Université de Coimbra met en garde. Les instruments mobilisés pour « intoxiquer l’opinion publique chilienne » avec des mensonges méritent l’attention des démocrates du monde entier. « Et surtout des Latino-Américains », souligne Boaventura.

Fin connaisseur de la géopolitique mondiale, l’intellectuel portugais compare la défaite au Chili aux récents processus électoraux, marqués par des mensonges stratégiquement diffusés sur les réseaux sociaux.

  • La campagne du Brexit en Angleterre (2016)
  • Le référendum sur les accords de paix en Colombie (2016)
  • Les campagnes électorales de Donald Trump aux USA (2016 et 2020) et de Jair Bolsonaro au Brésil (2018)
  • La préparation du putsch contre Evo Morales en Bolivie (2019)
  • La tentative d’empêcher Pedro Castillo d’assumer la présidence au Pérou (2021).

En ce sens, Boaventura cite au moins trois caractéristiques marquantes de la victoire du « rechazo » au Chili.

1 – Action des forces conservatrices internationales

Avec un certain préavis, ces forces fabriquent des raisons qui justifient le rejet du candidat ou de la mesure politique. Par exemple, l’accord de paix en Colombie ou la nouvelle Constitution au Chili.

Ils créent une aura de respectabilité à la position qu’ils défendent. Par exemple, au cours de l’année dernière, le magazine The Economist a fortement recommandé de rejeter la nouvelle Constitution.

2 – La manipulation de l’opinion publique

De cette façon, un sentiment de peur est produit qui augmente l’insécurité de l’électeur et de sa famille. « Au Chili, un militant de droite repenti a dénoncé un vaste ensemble de réseaux WhatsApp qui acceptaient quotidiennement de mener une tendance spécifique (création de tendance) contre quelqu’un ou une mesure. Le contenu concret des faux messages varie d’un pays à l’autre », note l’auteur. En voici quelques-uns extraits d’un « immense cloaque d’ordures informationnelles », dans le cas du Chili :

  • Si vous votez oui, vous devenez un citoyen de seconde zone ;
  • Le nom de votre pays changera, tout comme le drapeau ;
  • Ils diviseront le pays en plusieurs;
  • Il n’y aura pas de police pour vous protéger des immigrés et des indigènes qui prendront le pouvoir ;
  • Les femmes pourront avorter quelques heures avant d’accoucher ;
  • Ils ne pourront pas aller se promener au parc car ils ont peur des immigrés qui pourraient les violer ;
  • L’eau en bouteille et la glace ne peuvent pas être achetées;
  • Il n’y aura pas d’enseignement privé ni de santé privée ;
  • Il n’y aura pas de propriété privée en général ;
  • Ils nous prendront nos maisons et nos terres ; ils interdiront la religion ;
  • Vous devez voter non pour la Constitution, mais même ainsi, ils essaient de tricher;
  • Ils amèneront les Vénézuéliens et les Haïtiens à voter oui ;
  • Si cela ne suffit pas, ils feront voter les morts et les absents ; C’est juste dans l’inscription des électeurs.

3 – Structure internationale derrière la désinformation

Dans le cas du Chili, l’intervention d’un vaste réseau d’organisations, fondations, instituts, Groupes de réflexionimpliquant des politiciens, influenceurs et des journalistes de droite et d’extrême droite, tous appartenant au réseau Atlas.

Le réseau Atlas est une vaste organisation financée à l’origine par les frères Koch aux États-Unis, des industriels du pétrole bien connus pour leur idéologie d’extrême droite. Selon sa propre description, il s’agit d’une organisation non gouvernementale basée aux États-Unis qui fournit des formations, des contacts, des réseaux et des financements aux groupes libertaires et de marché libre du monde entier.

Il existe 500 organisations partenaires dans près de 100 pays. Ses cadres sont formés aux USA et l’idéologie est très homogène et correspond tout à fait à celle de l’école de Chicago à laquelle le dictateur Pinochet a confié la gestion économique du pays en 1973 (néolibéralisme extrême avec le démantèlement de l’Etat-providence, la privatisation de politiques publiques, minimisation des impôts, marché libre comme régulateur des relations économiques et sociales).

Atlas Network agit comme un intermédiaire entre ceux qui ont de l’argent et ceux qui ont le talent pour diffuser les idées qu’ils défendent. Elle est très présente au Brésil et sera certainement très active dans le processus électoral en cours.

Tant l’assassinat d’activistes et de dirigeants politiques que la manipulation de l’opinion publique nécessitent aujourd’hui un vaste écosystème numérique. « Ce système transforme les opposants politiques en ennemis, comme un moyen de cacher les véritables oppresseurs », dit Boaventura. Il décrit la tactique :

Alimenter les discours de haine, inciter les instincts de vengeance et créer l’indifférence face à l’injustice sociale. Si cela persiste, à long terme, cela transformera les citoyens en sujets et détruira la démocratie.

la reproduction
Pistolet pointu brésilien pouces du leader argentin

Dans son analyse, Boaventura de Sousa Santos inclut la situation en Argentine. Et il observe : « Chaque fois que la démocratie entre dans l’imaginaire populaire comme instrument de lutte contre l’injustice sociale, elle devient la cible des forces antidémocratiques ». Il cite le large éventail de forces internationales, qui comprend les nouveaux mouvements fascistes et néonazis, les secteurs capitalistes et les élites les plus arriérées des pays.

Pour Boaventura, la tentative de dire à Cristina Kirchner le dernier jour, comme la défaite de la nouvelle Constitution au Chili, illustrent deux des quatre principaux instruments auxquels les forces antidémocratiques recourront dans les temps à venir pour neutraliser le mouvement démocratique qui éclate des classes populaires contre l’injustice et la discrimination sociale, tant en Amérique latine que dans le reste du monde. Les deux autres instruments sont : d’une part, la neutralisation politico-judiciaire des dirigeants politiques ou des mesures politiques par ce qu’il est convenu d’appeler loi, guerre juridique ; d’autre part, la fraude électorale.

Le sociologue dit que ces quatre instruments méritent une attention particulière, car ce ne sont pas des instruments séparés par une divergence idéologique entre les forces antidémocratiques. « N’importe lequel de ces instruments peut être utilisé par les mêmes forces et la décision de les utiliser ne dépend que du calcul de leur efficacité », explique Boaventura. « Les forces démocratiques doivent être préparées à ces quatre types d’attaques. »

Lire l’article complet de Boaventura de Sousa Santos sur La terre est ronde

★★★★★