Le chômage reste plus élevé chez les femmes, les Noirs et les jeunes

São Paulo – Le chômage explique les inégalités dans le pays, comme le montrent les détails de l’enquête nationale continue auprès des ménages (Pnad) publiée ce vendredi (12) par l’IBGE. Les taux de chômage moyens varient de 5% à 15%, selon l’unité fédérative, et il existe des États avec 60% d’informalité, pour une moyenne nationale déjà élevée de 40%. L’exclusion touche principalement les jeunes, les Noirs et les femmes.

Selon l’IBGE, le taux de chômage moyen était de 9,3% au deuxième trimestre, affichant une tendance à la baisse. Les plus importants ont été enregistrés à Bahia (15,5%), Pernambuco (13,6%) et Sergipe (12,7%). Et le plus petit, à Santa Catarina (3,9%), Mato Grosso (4,4%) et Mato Grosso do Sul (5,2%).

Informalité : 39 millions

La variation est également importante en termes de sexe et de race. Le chômage a un taux de 7,5% chez les hommes et s’élève à 11,6% chez les femmes. Il est également inférieur à la moyenne nationale chez les blancs (7,3%) et supérieur à la fois pour les noirs (11,3%) et pour les bruns (10,8%), une classification utilisée par l’institut. Près des deux tiers des chômeurs (64,7 %) étaient noirs ou bruns. Et la population de 25 à 59 ans représentait 58,5 % des chômeurs – les jeunes de 18 à 24 ans, 31 %. Pour ce dernier groupe, le taux de chômage est plus élevé (19,3 %).

Toujours selon l’enquête, le taux d’informalité, qui reste à 40%, monte à 61,8% dans le Pará, 59,4% dans le Maranhão et 57,7% dans l’Amazonas. Il est plus faible, principalement, à Santa Catarina (27,2%), São Paulo (31,1%) et District Fédéral (31,2%). Il y a 39,3 millions de travailleurs informels, soit 10% de plus par rapport à la même période en 2021. Les découragés totalisent 4,3 millions, dont 612 000 à Bahia. La moyenne nationale est de 3,8 %, mais elle monte à 14,8 % dans le Maranhão et 13,7 % dans l’Alagoas.

Le pourcentage de travailleurs autonomes atteint 26,2 %. Il est le plus élevé en Amapá (35,7%), Rondônia (35,3%) et Amazonas (35%) et le plus bas dans le District fédéral (20,1%), Mato Grosso do Sul (22,6%) et São Paulo (23,2%).

Des performances également inégales

Estimé à 2 652 R$, le revenu moyen est resté stable sur le trimestre, mais a baissé de 5,1 % en un an. Au cours de cette période, les revenus ont chuté dans les régions du Nord-Est, du Sud et du Sud-Est. Le revenu moyen des femmes représente 78,6% de celui perçu par les hommes. Et occupé par des noirs, 59% du revenu moyen des blancs.

En ce qui concerne le temps de recherche d’un emploi, au deuxième trimestre 29,6% n’avaient pas été trouvés depuis deux ans ou plus. Il y avait 2,985 millions de personnes dans cette situation. En 2012, ce pourcentage était de 23 %. Et 42,5%, d’un mois à moins d’un an (49,2%).

★★★★★