Le coordinateur du Mouvement des personnes touchées par les barrages est victime d’un fémicide à Porto Alegre

Brasil de Fato – La coordinatrice du Mouvement des personnes touchées par les barrages (MAB) à Porto Alegre, Débora Moraes, a été victime d’un féminicide, ce lundi (12), à son domicile de Vila dos Herdeiros, à l’est de la capitale de l’État. Le meurtre a été commis par son mari, qui a été arrêté en flagrant délit, selon le 1er commissariat de police spécialisé dans l’assistance aux femmes de Porto Alegre. Débora laisse une fille de 6 ans. Il y a environ 8 ans, il a perdu une fille de 9 ans dans un accident de la circulation.

Selon la déléguée Fernanda Campos Hablich, l’homme pris en flagrant délit sera mis en examen pour fémicide. « L’enquête policière a été lancée aujourd’hui et des investigations sont en cours. Le mari actuel de Débora a été pris en flagrant délit hier sur les lieux du crime. Après enquête de la police civile sur les lieux, nous avons amené le suspect au commissariat féminin, enquêté sur les témoignages des témoins et sur le lieu et l’avons inculpé en flagrant délit », explique-t-il.

Dans une note publiée sur les réseaux sociaux, le MAB Rio Grande do Sul a dénoncé le crime, exprimé sa répudiation du meurtre de la compagne du mouvement et offert sa solidarité à sa famille et ses amis. Il a dit qu’il répudiait « tous les types de violence contre les femmes qui continuent d’être naturalisées et présentent des taux effrayants au Brésil ».

Il a également souligné sa trajectoire de résistance avec la population de Porto Alegre, « infatigable dans la lutte pour les droits des personnes touchées par le barrage de Lomba do Sabão », toujours à l’avant-garde du dialogue avec les voisins et les habitants de la communauté. Selon le MAB, elle a été très présente dans la première phase de réinstallation des personnes affectées et dans l’intermédiation avec les organismes publics responsables.

Le Conseil municipal pour les droits des femmes (Comdim) de Porto Alegre a également publié une déclaration exprimant « sa grande tristesse et son indignation face à la nouvelle de l’assassinat ». « Débora est une autre femme dont la vie a été brutalement prise par son mari. SUFFISANT! Nous ne voulons plus perdre de compagnons à cette haine sans limite.

La féministe Levante Contra o Féminicide RS a exprimé sa « profonde indignation » et a dénoncé le meurtre commis par le mari de Débora Moraes. Solidairement, il a dit qu’il sera vigilant « pour que l’impunité ne marque plus ce crime ». Il a également critiqué l’abandon des politiques publiques destinées aux femmes victimes de violences.

:: Le MAB organise un acte à Porto Alegre en mémoire de Débora Moraes, victime de fémicide ::

« Nous exigeons des politiques publiques de prévention et de prise en charge de toutes les femmes en situation de violence et nous dénonçons les gouvernements fédéral, étatiques et municipaux qui ont tourné le dos aux femmes, détruit le réseau de soins et, de cette manière, permettent à la haine d’être alimentée .. promu par le gouvernement fasciste de Bolsonaro, qui doit être vaincu », dit-il.

La députée fédérale Maria do Rosário (PT/RS) s’est également exprimée sur ses réseaux sociaux, en envoyant un message de solidarité aux amis et à la famille de Débora et à ses compagnons du MAB. Il a exigé « une responsabilité immédiate du meurtrier » qui a interrompu sa vie « pour une cruauté qui ne peut rester impunie ».

La coordination du MAB, les amis et la famille organiseront un acte ce mercredi (14), à la mémoire de Débora Moraes, pour demander justice pour elle et pour tant de femmes victimes de violence et dénonceront la conduite de l’actuel président, qui encourage les violences. La réunion aura lieu à 15 heures, à Esquina Democrática, avec une promenade à l’Assemblée législative, à Porto Alegre.

Les féminicides en hausse en RS

Le meurtre de Débora par son mari ajoute à une réalité de violence contre les femmes dans l’État. Selon l’Observatoire de la sécurité publique de l’État, du Secrétariat à la sécurité publique (SSP), jusqu’en août 75, des femmes ont été victimes de fémicides dans l’État. Il s’agit du plus grand nombre de cas de fémicides de janvier à août depuis le début de l’enregistrement de la série en 2012. Lupa Feminista Contra o Feminicide compte 76 fémicides depuis le début de 2022.

Dans une récente interview avec Brasil de Fato RS, la juge responsable de la Coordination d’État des femmes en situation de violence domestique et familiale de la Cour de justice de RS, Taís Culau de Barrosa, a attiré l’attention sur l’augmentation inquiétante des féminicides. Selon son évaluation, l’État a besoin d’investissements dans les secteurs les plus divers concernés par la question.

« Par exemple, il manque des maisons d’hébergement pouvant accueillir ces femmes et leurs enfants, il manque des policiers dans les commissariats spécialisés et il faut augmenter les équipes multidisciplinaires impliquées dans les démarches. À un moment donné, il y a des ratés dans l’insertion des femmes dans le réseau de protection et leur non-inclusion rend difficile la lutte contre les violences », a souligné la magistrate.

Lisez aussi: Les femmes d’ABC Paulista créent un front pour lutter contre le fémicide

★★★★★