Le FHC demande un vote pro-démocratie, indirectement contre Bolsonaro

São Paulo – L’ancien président Fernando Henrique Cardoso (PSDB) a publié une déclaration ce jeudi (22) en défense du « vote pro-démocratie » lors de ces élections. Le toucan a demandé aux Brésiliens de voter le 2 octobre pour un candidat engagé dans le renforcement des institutions.

« Je demande aux électeurs de voter le 2 octobre pour ceux qui s’engagent à lutter contre la pauvreté et les inégalités, à défendre l’égalité des droits pour tous, sans distinction de race, de sexe et d’orientation sexuelle, à être fiers de la diversité culturelle de la nation brésilienne, à valoriser l’éducation et la science et s’engage à préserver notre patrimoine environnemental, à renforcer les institutions qui garantissent nos libertés et à restaurer le rôle historique du Brésil sur la scène internationale », a écrit FHC.

Bien qu’il ne nomme aucun des candidats à la présidence, le message a été compris comme une manifestation, quoique voilée, contre la réélection du président Jair Bolsonaro (PL). L’indirect prend en compte les dernières années de gouvernement, marquées par des frictions entre les Pouvoirs, principalement contre le Pouvoir Judiciaire. À plusieurs reprises, Bolsonaro a offensé des ministres de la Cour suprême fédérale (STF) et a approuvé des manifestations antidémocratiques qui appelaient, par exemple, au retour de la dictature civilo-militaire et à la fermeture de la Cour suprême, en opposition claire à la politique du pays. établissements.

Indirect à Bolsonaro

Les critiques de l’actuel président étaient également évidentes dans la défense de la science par FHC, contredisant également Bolsonaro, venu faire campagne contre la vaccination au milieu de la pandémie de covid-19. Le représentant affirme ne pas avoir été immunisé contre la maladie qui, bien qu’ayant coûté la vie à plus de 685 000 Brésiliens, a été relativisée par lui. Le passage dans lequel l’ancien président défend la préservation de l’environnement a aussi résonné comme une critique de Bolsonaro, responsable d’une véritable escalade de la déforestation.

Selon les données d’août d’Imazon, avec Bolsonaro, la dévastation, uniquement dans l’Amazonie légale, a atteint le plus haut niveau des 15 dernières années. La note publique de FHC, d’autre part, a également été perçue de manière douteuse. Le PT, par exemple, selon un rapport du portail UOLs’attendait à ce que l’ancien président manifeste en faveur de la candidature de Luiz Inácio Lula da Silva (PT), qui est en tête des intentions de vote dans différents sondages et a été le seul candidat capable de vaincre Bolsonaro.

Le front de soutien de Lula

Ce jeudi également, l’ancien ministre de la Justice de l’administration FHC José Gregori a annoncé qu’il soutiendrait Lula au premier tour des élections. Historique Tucano, l’ancien ministre a renoncé à soutenir le ticket présidentiel de Simone Tebet (MDB) avec la sénatrice de son parti Mara Gabrili, nommée à la vice-présidence. « Le 2 octobre, j’ai décidé de soutenir Lula et (Geraldo) Alckmin comme les meilleures solutions pour le Brésil d’aujourd’hui », a-t-il déclaré dans une note à la chronique de Bela Megale, du journal Le globe.

Dans la note, Gregori a défendu le soi-disant « vote utile » au premier tour pour empêcher l’actuel président d’avancer. «Avec mes 70 ans de vie publique, je sais que la reconduction du président actuel serait très négative, surtout maintenant que le Brésil a besoin d’un leadership efficace qui combat la faim, nous prépare aux pandémies et évite la guerre nucléaire. Lula est sensible à ces questions », a écrit l’ancien ministre, âgé de 91 ans.

Outre le soutien du toucan historique, lundi dernier (19), Lula a enregistré le soutien de huit anciens candidats à la présidence de la République issus de différents sigles de partis. Parmi eux, Henrique Meirelles (União Brasil), Marina Silva (Rede) et Cristovam Buarque (Citoyenneté).

★★★★★