Le lion endormi

25 octobre 2020-11: 45 p. m.
Pour:

Mabel Lara

Pour la première fois dans l'histoire des élections américaines, les Latinos sont devenus la plus grande minorité à voter le 3 novembre.

S'il est vrai qu'aujourd'hui 32 millions d'Hispaniques peuvent voter, ce n'est pas une communauté monolithique comme celle des Afro-Américains. La diversité des origines et en particulier des questions culturelles donne une énorme quantité de sensibilités qui ne peuvent pas tenir pour acquis que la conquête des Latinos est par exemple entre les mains des Cubains, ou des Portoricains et moins que celle des Américains colombiens qui selon Pew Research, il y en a 1 200 000 et dont seulement 220 000 sont qualifiés pour élire le président.

Lorsqu'on analyse le vote latino, par exemple, il faut comprendre que les Mexicains sont plus de 37 millions (ils représentent 61,9% de la population hispanique); ou que les Portoricains sont le groupe des Hispaniques dans le pays avec 5,8 millions répartis dans divers États; o que la majorité des Cubains installés en Floride ne représentent que 5% des électeurs du pays et qu'il y a aussi des Salvadoriens (3,9% parmi les Latinos) ou des Dominicains (3,5% des électeurs hispaniques), beaucoup puis au-dessus des Colombiens.

S'il y avait un facteur unificateur dans la pensée électorale latino-américaine, ce serait religieux. Cependant, comme l’indiquent plusieurs groupes de réflexion, même cela n’est pas un facteur unificateur pour comprendre que Latinos et Colombiens pourraient décider de l’élection en tant que groupe aux États-Unis.

Les votes aux États-Unis sont historiques pour les répercussions que la pandémie a eues sur son économie et pour avoir un caractère aussi particulier que le président Trump. Pour notre région, ils sont également essentiels en raison de la transition de plusieurs pays vers des gouvernements populistes de gauche ou de droite, mais à partir de là, penser que l'avenir de la première puissance mondiale est entre nos mains est pour le moins tendre.

Ceci sans compter l'abstentionnisme qui nous hante depuis 1980: les Latinos et les Hispaniques ont voté dans une proportion plus faible que les autres ethnies historiquement, seulement en 2016 48% l'ont fait, contre 65% des Blancs ou 60% des Afro-Américains; En d'autres termes, nous devons arrêter de gonfler la question de la puissance latine; Cela doit être fait au moins jusqu'à ce que les électeurs comprennent la puissance du lion endormi qui les accompagne et là peu à peu même les Colombiens pourraient bénéficier des politiques migratoires et des ressources destinées au développement du pays.

Suivez sur Twitter @MabelLaraNews

★★★★★