Le manque de gestion retarde la modernisation et l’efficacité de la machine publique – Jornal da USP

Un document produit par l’Institut d’études avancées de l’Université de São Paulo révèle que le coût élevé de la masse salariale ne s’accompagne pas d’un investissement adéquat dans la gestion et l’amélioration des fonctionnaires

Les dépenses publiques pour entretenir la machine et les serveurs ne sont pas au même niveau de productivité – Art : Ana Júlia Maciel sur les icônes Flaticon

Un document issu d’une série de huit séminaires thématiques sur L’avenir de la fonction publique aux États-Unis et municipalités au Brésil, qui ont été promus par le partenariat entre l’Atelier municipal – École de citoyenneté et de gestion publique fondée en 2022 – et l’Institut d’études avancées de l’Université de São Paulo (IEA-USP), révèle l’importance de penser et de discuter des problèmes de service et comment réorienter ou améliorer les ressources humaines nationales.

Fernando de Souza Coelho – Photo : AIE

La planification de la main-d’œuvre du secteur public et la gestion des personnes sont secondaires ou souvent inexistantes. Comme l’explique Fernando de Souza Coelho, professeur et chercheur à l’École des arts, des sciences et des sciences humaines de l’Université de São Paulo (EACH-USP) et l’un des organisateurs de ces séminaires, « ce sont des sujets parfois éloignés radar politique des projecteurs médiatiques ». Il ajoute qu’« en période électorale, lorsqu’il s’agit d’améliorer les politiques publiques et d’améliorer les services publics, il n’y a pas moyen d’avoir cette discussion si on ne fait pas bouger les engrenages de cette salle des machines de la planification des effectifs et de la gestion des personnes ».

Les dépenses publiques pour entretenir la machine et les serveurs ne sont pas au même niveau de productivité et de qualité délivrées à la population. Les dernières données de l’État montrent que, sur la période 2014-2018, l’augmentation des dépenses de personnel a été supérieure à la croissance des revenus. De plus, la masse salariale du secteur public de l’éducation, par exemple, est gonflée. Cependant, le rythme de modernisation et l’efficacité du travail, ainsi que la parité des salaires des enseignants dans le système éducatif, ne suivent pas le modèle des autres pays de l’OCDE, comme l’ont démontré les séminaires.

La pandémie, à son tour, a aggravé les inégalités dans le pays et mis en évidence des aspects de la gestion publique aux niveaux infranationaux (États et municipalités) qui compromettent la qualité du service, la modernisation du processus bureaucratique et la productivité du secteur. Le coût est très élevé, mais l’efficacité est faible, et le plus gros problème est le manque d’investissement et de gestion de ces professionnels, comme l’explique le professeur : « Ce que nous appelons un niveau plus tactique et managérial sont secondaires et parfois inexistants. , car l’accent est mis uniquement sur le service du personnel dans les routines de travail ».

Comment améliorer la qualité de service ?

Selon Fernando Coelho, la clé de l’amélioration de la qualité du service public est une meilleure gestion des ressources humaines. Miser sur la formation pour s’adapter aux nouvelles technologies, chercher à améliorer les appels d’offres publics, redimensionner l’enseignement et rechercher une bonne allocation des professionnels font partie des mesures pour pallier la faible productivité et efficacité de la machine publique.

L’initiative doit cependant provenir d’un projet de politique publique. L’objectif des séminaires est de sensibiliser les responsables du projet gouvernemental de placer la gestion des personnes dans le secteur public. « Le document est une synthèse de cet ensemble de séminaires et il tente d’apporter des propositions en ce moment d’un processus politique électoral dans les gouvernements fédéral et des États pour sensibiliser les gouverneurs, les secrétaires d’État et les personnes également responsables des plans gouvernementaux afin que cette question de gestion de personnes entrent définitivement dans l’agenda du gouvernement », souligne-t-il.


Journal USP dans l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica et l’Institut d’études avancées. Nonair, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 14h00, 15h00 et 16h45 pm. À Ribeirão Preto, l’édition régionale est diffusée de midi à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93.7, à Ribeirão Preto FM 107.9, via Internet sur www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

★★★★★